Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Des propriétés en constante évolution

Sujets relatifs :

Des propriétés en constante évolution

© (Docs Wienerberger, Terreal, Bellenger.)

Cantonnée autrefois à des niches régionales, la brique de structure a conquis tout le territoire. Elle répond point par point aux critères environnementaux, réglementaires et techniques, tout en facilitant la vie des maçons par la généralisation de la maçonnerie à joints minces.

À l'instar de la construction bois, la construction en brique a largement surfé sur la vague du construire durable pour assurer son développement. Aujourd'hui encore, la brique reste à la mode et s'attache à démontrer ses qualités, même si sur le plan environnemental il faudra probablement aller plus loin : « Les industriels de la brique agissent sur deux leviers, explique Hervé Pétard, secrétaire général de la Fédération des tuiles et briques. Ils continuent à améliorer leur produit, notamment sur l'axe de la performance thermique, afin de renforcer la qualité du bâti, tout en cherchant à limiter l'impact environnemental de leur industrie dans la phase de fabrication ».

Amélioration de la qualité

De fait, pour ses détracteurs, la brique de terre cuite n'a qu'un seul défaut, mais de taille : une forte consommation d'énergie utilisée pour la phase de cuisson. Du coup, les fabricants cherchent à limiter les consommations d'énergie en agissant sur les process de fabrication et par l'utilisation d'énergies renouvelables telle la biomasse.

L'effet de mode ne saurait à lui seul justifier l'engouement pour la brique de terre cuite. Son explication est à chercher aussi, et surtout, dans les propriétés intrinsèques des produits (résistance mécanique, résistance au feu, durabilité, absence d'entretien, qualité sanitaire, performances thermiques, dans l'amélioration de leur qualité avec la généralisation des briques rectifiées, et le renforcement des propriétés thermiques des produits pour assurer soit l'isolation complète (Monomur), soit un complément d'isolation (brique de 20 et 25 cm).

Rectification : gain de temps et nouvelle pose collée

Au chapitre thermique, les propriétés des briques sont renforcées grâce à l'utilisation, en phase de fabrication, d'agents dits « porosants » tels que la sciure de bois, la cellulose ou les bulles de polystyrène. Une fois brûlés, ces agents laisseront des microcavités dans lesquelles l'air reste emprisonné, d'où de meilleures propriétés isolantes.

La rectification après cuisson permet, quant à elle, d'assurer un parallélisme parfait et une précision dimensionnelle de ± 0,5 mm. Avec les briques rectifiées, les briquetiers sont, tout comme les fabricants de blocs béton cellulaire, à l'origine d'une révolution dans les modes de pose, à savoir la maçonnerie roulée collée à joints minces. Très marginale lorsqu'elle a été introduite, cette technique est aujourd'hui plébiscitée et représente presque 100 % des chantiers de briques Monomur et plus de 80 % des chantiers de briques de 20 et de 25. Ce développement spectaculaire s'explique, entre autres, par les gains de temps à la pose, estimés de 20 à 40 % par rapport à une pose traditionnelle au mortier. Certains parlent même de 60 % ! Une croissance qui est assez logique quand on sait les qualités que cette pose confère à la construction, le joint mince supprimant les ponts thermiques au droit des joints. Résultat : la maçonnerie à joints minces a été intégrée à la nouvelle version de la norme DTU 20-1 Maçonnerie, et passe donc dans le domaine des techniques traditionnelles.

Brique Monomur

La première brique Monomur est sortie des fours des briqueteries Sturm en 1976. À l'époque, c'était une innovation majeure et cela ne s'est jamais démenti depuis.

Ici, le mur est à la fois porteur et isolant, sans adjonction de doublage intérieur ou extérieur. Ce sont à la fois les propriétés isolantes des briques et la limitation, voire la suppression, des ponts thermiques aux points sensibles de la maçonnerie (plancher intermédiaire, liaison mur extérieur/de refend, angles...) qui leur garantissent ces bonnes performances thermiques. Ils répondent aux critères de l'isolation dite « répartie », par opposition à l'isolation dite « rapportée ». Critères au nombre de quatre :

• l'isolation thermique ;

• la résistance thermique ;

• l'inertie thermique ;

• l'hydrorégulation ou la capacité d'un matériau à laisser migrer l'humidité ambiante naturelle d'une habitation. On pourrait ajouter un cinquième critère à condition que la mise en œuvre soit de qualité : l'étanchéité à l'air.

Inertie

C'est par leur structure particulière que ces briques obtiennent leurs performances. Ce, grâce à leur épaisseur et à leur structure alvéolaire couplée à un dessin en labyrinthe qui impose au froid un trajet important d'un côté à l'autre du mur. Les alvéoles d'air entre les parois agissent comme les lames d'air d'un double vitrage, ce qui dote la brique d'un coefficient de résistance thermique R compris entre 2,70 pour une épaisseur de 30 cm, et 4 pour une épaisseur de 42,5 cm.

Résultat : la brique Monomur est apte à répondre à la Réglementation thermique 2012, y compris avec des briques de 30. De ce point de vue, l'inertie du matériau est un vrai plus. En revanche, pas question d'envisager la mise en place d'une isolation intérieure car, dans ce cas, la construction ne profiterait plus de l'inertie naturelle du bâtiment.

Pour autant, le renforcement de la Réglementation thermique, même si elle privilégie le Bbio et n'impose pas de valeurs pour les parois maçonnées, a conduit les fabricants à renforcer le caractère isolant des produits pour éviter que le Monomur ne soit pénalisé par le calcul réglementaire : « La brique Monomur est en petite forme, reconnaît Hervé Pétard. Construire un bâtiment RT 2012 avec une brique de 37,5 et un R de 3 ou 3,2 ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre dans le calcul. Il faut jouer sur d'autres leviers tels que l'isolation des combles ou des planchers ».

Un discours pas facile à faire passer. Pour améliorer les performances, les fabricants ajoutent de la perlite ou de la laine de roche dans les alvéoles des briques. Résultat : des produits qui obtiennent un R largement supérieur à 5 pour les blocs de 42,5 cm.

Beaucoup de progrès également du côté des briques de 20 et de 25, afin d'en améliorer les caractéristiques. De fait, les fabricants leur ont appliqué les innovations qu'ils avaient réalisées avec le Monomur : préparation des argiles, cheminement des flux thermiques, travail sur les alvéoles... Ainsi, la plupart sont aujourd'hui rectifiées et toutes ont vu leur performance thermique augmenter considérablement.

Brique de 20 et de 25

Les briques de 20 ont aujourd'hui un R égal à 1 et celles de 25 un R compris entre 1,5 et 2. Un progrès considérable qui a des répercussions importantes. En effet, ces produits, en apportant un complément d'isolation, renforcent les caractéristiques thermiques des parois. Ils permettent aussi, dans le cas d'une Isolation thermique par l'intérieur (ITI), soit de s'affranchir de la pose de rupteurs de pont thermique en about de dalles, soit d'apporter un renfort à ces rupteurs. Ces produits sont bien sûr compatibles avec l'Isolation thermique par l'extérieur (ITE). D'ailleurs, avec l'ITE, ces dernières conservent leur inertie et toutes les qualités. Idem avec des doublages en briques plâtrières à l'intérieur. Les fabricants ont également travaillé les formats et l'ergonomie, notamment avec la mise en place de poignées sur les côtés pour faciliter la manutention.

Monomur ou non, ces produits concordent avec le souci croissant d'un habitat sain. Les briques de structure ne contiennent, en effet, aucune fibre minérale ni végétale, ne dégagent aucun composé gazeux et bénéficient de propriétés hygrorégulantes. Cette dernière caractéristique est capitale pour écarter les risques de moisissures et d'allergie qui vont généralement avec. Pour mémoire, une étude complète « Santé et environnement : la brique pionnière » a été réalisée à la demande de la Fédération des tuiles et briques (FTB) sur le sujet.

Fabricant Nom du produit Descriptif Mise en œuvre Domaine dutilisation Dimensions (L x l x h) en mm Poids de la brique (kg) Nombre au m² Résistance thermique (m2.K/W) Isolation acoustique Rw(C, Ctr) en décibels Résistance mécanique (en bars)
BELLENBERG Brique MZ8 Brique Monomurà isolation intégrée Mortier-colle joint mince de1mm Murs porteurs de constructions passives 248 x 300 x 248 248 x 365 x 248 248 x 425 x 248 11,2 13,5 15,8 16,2 3,83 4,59 5,39 (enduite deux faces) 100
Monomur 3B Brique à alvéoles verticales et à faces rectifiées au laser Assemblage à sec par emboîtement par cannelures verticales Jointoiement au mortier-colle à joint mince de 1 mm 247 x 240 x 248 247 x 300 x 248 247 x 365 x 248 247 x 425 x 248 247 x 490 x 248 8,9 11,1 13,5 15,7 18,1 16,2 2,27 2,77 3,40 4 4,59 (enduite deux faces) 43 45 46 48 50 75
BOUYER LEROUX BGV Costo Briques collées à perforations verticales Montage à joints minces Logements collectifs et bâtiments non-résidentiels pour lesquels les exigences de résistance mécanique et de sécurité incendie sont élevées (sous certaines conditions) 500 x 200 x 212 500 x 200 x 314 14,5 21,4 9,40 6,35 1 (maçonnerie isolante de type A) 56 (-2, -8) Enduite une face + Doublissimo (13+80) sur lautre face 70
BGV Thermo+ Brique collée à perforations verticales Montage à joints minces Maisons individuelles Logements collectifs deuxième famille et bâtiments non-résidentiels (sous certaines conditions) 500 x 200 x 314 500 x 200 x 212 24 16,2 6,35 9,40 1,45 (maçonnerie isolante de type A) 60
MonoMur 30 Brique Monomur Montage à joints minces Maisons individuelles bioclimatiques Bâtiments de santé, crèches, établissements scolaires Logements collectifs deuxième famille(sous certaines conditions) 300 x 300 x 212 16,5 15,7 2,60 (maçonnerie isolante répartie) 41 (0, -2) Enduite 15 mm sur une face + enduit plâtre sur lautre face 60
BGV 25 thermo Brique collée à perforations verticales Maçonnerie collée Montages à joints minces Maisons individuelles Logements collectifs deuxième famille et bâtiments non-résidentiels (sous certaines conditions)) 500 x 250 x 249 21,5 8 1,62 (maçonnerie isolante de type A) 60
BGV Primo Brique collée à perforations verticales Maçonnerie collée Montages à joints minces Maisons individuelles Logements collectifs deuxième famille et bâtiments non-résidentiels (sous certaines conditions) 500 x 200 x 314 500 x 200 x 212 570 x 150 x 314 18,9 12,8 17,6 6,35 9,4 5,57 0,75 (maçonnerie isolante de type B) 69 (-3; -9) Enduite une face + Optima/laine de verre 100mm sur lautre face 60
TERREAL Calibric Th Max Brique de structure à pose collée, maçonnerie dépaisseur 20cm Maçonnerie collée Joints minces Murs à enduire, porteurs ou non-porteurs: Maisons individuelles Logements collectifs Bâtiments à usage commercial, industriel ou agricole 500 x 200 x 314 500 x 200 x 249 500 x 200 x 110 22,5 17,8 7,9 6,3 8 nc. 1,45 Enduit 1 face: RW + Ctr = 37 80
Calibric Monomur 37,5 Brique de structureà pose collée Maçonnerie à isolation répartie Joints minces Murs à enduire, porteurs ou non porteurs: Maisons individuelles Logements collectifs Bâtiments à usage commercial, industriel ou agricole 250 x 375 x 249 250 x 375 x 194 250 x 375 x 164 20,3 16,3 13,4 16,0 20,5 24,2 R brique =2,95 R paroi complète =3,12 0,75 ? R ? 0,8 Support classe RT2 (emploi denduit type OC2) 100
Brique creuse à pose traditionelle Brique creuse à gorgeet à barrettes Maçonnerie courante de20cmà isolation rapportée (maçonnerie isolante de type B) Murs à enduire, porteurs ou non porteurs: Maisons individuelles Logements collectifs Bâtiments à usage commercial, industriel ou agricole 500 x 200 x 270 15,9 7,2 R brique =0,52 R paroi complète =3,74 Brique seule: Rw 52 (-1, -3) dB 40
WINERBERGER Porotherm R30 Brique rectifiée à tesson allégé et perforations verticales Maçonnerie roulée Mur bioclimatique ou mur hybride, ou avec isolation extérieure 373 x 300 x 249 20 10,7 Avec joints verticaux secs R =2,56 Avec joints verticaux mincesR = 2,36 Enduit mortier 1,5 cm + Brique de 30 + Enduit plâtre 2 cm Rw + C 41 Rw + Ctr 39
Porotherm R37 Brique rectifiée à tesson allégé et perforations verticales Maçonnerie roulée Mur bioclimatique 250 x 375 x 249 18,4 16 Avec joints verticaux secs R = 3,09 Avec joints verticaux minces R = 3,09 Enduit mortier 1,5 cm + Brique de 37,5 + Enduit plâtre 1,5 cm Rw + C 42 Rw + Ctr 40
Porotherm R50 Brique rectifiée à tesson allégé et perforations verticales Maçonnerie roulée Mur bioclimatique 250 x 500 x 249 21,9 16 Avec joints verticaux secs R = 3,72 Avec joints verticaux remplis de mortier isolant R = 3,53 Avec joints verticaux remplis de mortier bâtard R = 3,44 Enduit ciment 1,5 cm + T25 Rw + C 42 Rw + Ctr 40
Porotherm GF T15 Brique à perforations verticales Maçonnerie à la truelle 15 cm Pose au mortier traditionnel Mur à isolation extérieure durable 500 x 150 x 300 17,1 6,4 R = 0,33
Porotherm T25 Brique à perforations verticales Maçonnerie à la truelle 25cm Mur à isolation thermique 500 x 250 x 250 20,7 7,6 Avec joints verticaux secs R = 0,92 Avec joints verticaux minces R = 0,89 Enduit ciment 1,5 cm + T25 Rw + C 42 Rw + Ctr 40
N°331

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°331

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Enquête

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

L'usage courant d'un grand nombre de produits d'étanchéité pour toitures terrasses conduit aujourd'hui à leur intégration dans les règles de l'art. Sur le marché de[…]

11/12/2018 | ProduitInnovation
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Plus d'articles