Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Sujets relatifs :

, ,
Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Mise en œuvre d'une membrane géotextile sous terrasse bois.

© TenCate Bidim

Parmi les critères qui vont guider le choix d'un matériau pour une mise en œuvre extérieure, il y a la classe d'emploi, son esthétique et sa durabilité.

Les bois et matériaux dérivés utilisés en terrasses et platelages doivent en premier lieu répondre à la classe d'emploi de l'ouvrage - 3.1, 3.2, 4 et 5 - selon leur exposition à l'humidité et à l'eau (lire encadré p. 73). Ils doivent également respecter le traitement - insecticide, fongicide, termite - demandé par trempage (classe 3.1) ou autoclave avec des produits d'imprégnation à base de matières actives organiques ne nécessitant pas de recyclages spécifiques en fin de vie (classe 3.2, 4 et 5). Chaque imprégnateur/transformateur définissant ses formulations et apportant sa propre garantie (entre dix et vingt ans), il s'agit d'exiger l'attestation de traitement, les fiches FDES et de privilégier les produits bénéficiant d'une certification type CTB B+, en provenant de forêts gérées durablement PEFC et FSC.

Résineux, feuillus et bois modifié

Trois familles d'essences sont disponibles. Les bois naturellement durables compatibles jusqu'à la classe d'emploi 4 : châtaignier, chêne, robinier… ; les bois imprégnés en autoclave, essentiellement le pin, mais aussi le frêne, le hêtre et le noyer, le sapin n'atteignant que la classe 3.1 ; et les bois THT, traités par haute température, en cours de certification. De plus en plus utilisé, ce procédé améliore la durabilité et la stabilité de 30 à 50 % et augmente les possibilités de couleur.

Le choix de l'origine du produit dépend surtout de l'esthétisme souhaité. Le pin français est tendre avec des tailles de nœuds plus importantes que ses homologues nordiques. « Nous répondons à la demande d 'une qualité supérieure avec du pin de Finlande, de Suède et de Russie importé par bateau pour limiter l' impact environnement, précise Thierry Bergerault, directeur de Protac. Les terrasses en Douglas progressent également, mais non traité, le hors aubier est rare et le Douglas à aubier traité est directement en compétition avec le pin. » Les coloris les plus appréciés restent le vert et le bronze, les teintes trop sombres accentuant la montée en température des lames durant l'été. Les bois traités autoclave apportent le meilleur rapport qualité/prix. À noter également, une offre de solutions brevetés en bois technique modifiés avec une classe d'emploi 3.

Par ailleurs, les solutions en bois modifié selon des processus brevetés se développent : acétylation ou imprégnation de composants végétaux. Dotés d'une forte stabilité et durabilité pour une[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°373

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

À l’occasion du SIMI, Georges-Henri Florentin, directeur général de l’Institut Technologique FCBA, et Laurent Girometti, directeur général d’EpaMarne/EpaFrance ont signé un partenariat[…]

07/12/2018 | ActualitéEnvironnement
Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Bâtiment durable E+C-, les lauréats de la première édition du concours SNBPE

Bâtiment durable E+C-, les lauréats de la première édition du concours SNBPE

Plus d'articles