Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Des objectifs ambitieux pour James Hardie France SAS

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Des objectifs ambitieux pour James Hardie France SAS

Nouveau bardage Hardie Plank VL

Deux ans après la fusion de James Hardie et de Fermacell, les deux marques seront, dans le courant du prochain trimestre, réunies autour d’un seul nom : James Hardie France SAS. 

« Nous souhaitons devenir un acteur global de l’aménagement intérieur et extérieur avec une gamme large afin d’assurer toutes les peaux du bâtiment. James Hardie pour les bardages à base de fibre-ciment et Fermacell, avec des panneaux de fibre-gypse pour cloisons, sols et plafonds », commence Philippe Remy, le directeur général de James Hardie France. Il vise une croissance annuelle à deux chiffres jusqu’en 2029 pour Fermacell (+ 10% / an) et James Hardie (+25%/ an) et compte « devenir leader européen sur le marché du fibre-ciment et atteindre 150 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2029 contre 31 millions en 2019 et 38 salariés ».


Philippe Remy, directeur général de James Hardie France

Quelques nouveautés

Pour parvenir à relever ces objectifs ambitieux, James Hardie compte s’appuyer sur une réorganisation des équipes (négoce, prescription et résidentiel) installées au nouveau siège social James Hardie France à Rueil-Malmaison (92). Mais aussi sur l’innovation et la commercialisation de produits non encore commercialisés en Europe (bardages, plaques de ciment pour locaux humides…). Des innovations techniques et esthétiques menées par le groupe James Hardie, dont le budget R&D s’élève à 34 millions d’euros. Ainsi, parmi les nouveautés, un bardage doté d’un système de profil en V, unique sur le marché, qui permet d’emboîter facilement et sans outil les lames entre elles (Hardie Plank VL) et offrant un jeu d’ombre et de lumière via un joint entre lames.


Bardage Hardie Plank VL

Et une nouvelle solution de chape sèche constituées de deux plaques de fibre-gypse de cellulose pré-assemblées en usine associées à un isolant contrecollé en fibres de bois, d’une épaisseur de 35 mm (Fermacell) particulièrement adapté pour assurer la liaison pièce sèche / pièce humide sans ragréage. « Une problématique inhérente aux suites parentales avec sur un même plateau une salle de bain avec douche à l’italienne en continuité avec la chambre. Mais aussi l’occasion de parler de nos systèmes de douche à l’italienne », souligne Philippe Rémy. D’autres nouveautés devraient suivre dans les mois à venir comme des bardages avec des finitions déjà enduites et des jeux de texture. Ou encore des plaques en fibre-gypse coupe-feu adaptés au CLT. « Nous optimisons nos solutions pour les applications en construction bois, mais aussi nos produits en finition intérieure sèche et nos systèmes coupe-feu », poursuit-il. A quand des systèmes communs alliant l’expertise des deux marques ? « Il est encore tôt mais cela viendra. Notre fusion a dix-huit mois, le temps nécessaire pour réorganiser et former les équipes. »


Plaque sol 35 mm + fibres bois détouré

L’environnement

Quant à la politique environnementale du groupe, Philippe Remy rappelle que de nombreux efforts ont été réalisés dans les usines (économie d’énergie, eau, déchets...) Les plaques Fermacell sont également récupérées des chantiers pour revenir dans le circuit de fabrication. Deux presses ont été changées sur les sites de production d’Allemagne et de Hollande : un investissement (données non communiquées) qui permet à la fois de diminuer la consommation d’énergie, d’optimiser la fabrication des plaques et la performance des matériaux afin d’économiser la matière. D’ailleurs, sept FDES sont en cours de refonte (dont 5 pour Fermacell). Elles visent les plaques à base de fibre-gypse (y compris les plaques de sol) comme les plaques à base ciment afin que ces produits soient listés dans la base INIES et qu’ils continuent d’être prescrits et mis en œuvre sur des projets soucieux de l’environnement et d’emploi de produits biosourcés.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Grilles et clôtures (1/2) - Délimiter sans dénaturer

Enquête

Grilles et clôtures (1/2) - Délimiter sans dénaturer

Le secteur de la sécurité dite « passive » répond aux demandes de renforcer la sécurité, sans sacrifier la qualité esthétique. Matériaux, formes, teintes, toutes les ressources[…]

27/03/2020 | Innovation
Grilles & clôtures (2/2) - Quand haute résistance rime avec esthétique

Enquête

Grilles & clôtures (2/2) - Quand haute résistance rime avec esthétique

L'autonomie à l'échelle de l'îlot urbain

L'autonomie à l'échelle de l'îlot urbain

Le béton de chanvre prend de la hauteur

Le béton de chanvre prend de la hauteur

Plus d'articles