Dossier

Des appareils de relevés toujours plus compacts et puissants

Sujets relatifs :

PHOTO - 867848.BR.jpg

Les scanners laser 3D, comme les caméras à rayonnement infrarouge, numérisent avec précision les ouvrages existants. Leur usage se développe en rénovation et dans le neuf.

À l’heure de la maquette numérique et du BIM, les scanners laser 3D constituent un formidable outil pour documenter l’existant. Posés sur un trépied, ils sont conçus pour balayer l’espace automatiquement en pratiquant une série de rotations verticales et horizontales. Cela permet d’acquérir des colonnes de points géoréférencés en trois dimensions. Grâce à un logiciel, il est alors possible de tracer le volume d’une façade ou d’un environnement intérieur. Avec un intérêt majeur : la rapidité d’exécution.

Chez Leica, les nouveaux modèles P16, P30 et P40 de la gamme ScanStation peuvent relever jusqu’à 1 million de points par seconde. D’une portée respective de 40, 120 et 270 m, ils affichent une précision de 3 mm à 40 ou 50 m, grâce à un compensateur qui pallie les aléas tels que les chocs, les vibrations ou le vent. Ils intègrent un appareil photo qui complète le relevé 3D. Cette imagerie numérique utilise la technologie HDR, afin de nuancer l’éclairage et le contraste. Les nuages de points sont colorés automatiquement.

Post-traitement facilité

Cette nouvelle génération bénéficie d’un laser plus performant, mais de classe 1, c’est-à-dire inoffensif pour les yeux. Sa puissance, et sa capacité de lecture du signal (technologie WFD), améliore le rendu et facilitent le travail de post-traitement. En outre, la caméra peut être utilisée pour localiser les cibles à longue portée, ce qui réduit le nombre de stations nécessaires pour capturer les ouvrages et donc, accroît la productivité.

Scanner laser 3D portable

De son côté, Faro propose la gamme Focus 3D composée des modèles X130 et X330. D’une portée respective de 130 et 330 m, ces matériels à laser de classe 1 intègrent un GPS, une boussole, un altimètre, un compensateur biaxial et un appareil photo couleur jusqu’à 70 millions de pixels. « Ces scanners laser sont les plus compacts du marché », précise Christophe Cesari, ingénieur commercial chez le fabricant. Leur capot de 24 x 20 x 10 cm, pour un poids de 5,2 kg, incorpore une batterie à charge rapide.
Bien que capables de numériser un ouvrage à partir d’une distance de 60 cm seulement, ces appareils sont difficilement utilisables dans un environnement réduit et encombré. Pour pallier cette difficulté, le fabricant commercialise un scanner laser portable appelé « Freestyle 3D ». Complété par une tablette tactile, il capture jusqu’à 88 000 points par seconde à une distance maximale de 3 m, avec une précision de 1,5 mm. D’un poids inférieur à 1 kg, il est orienté manuellement vers les ouvrages à documenter et mémorise le processus de collecte.

N°345

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°345

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Technipédia : Traitement du bois

Dossier

Technipédia : Traitement du bois

Le traitement du matériau est un sujet central dans la construction bois. Obligation d'autorisation de mise sur le marché, choix du traitement de prévention et de son procédé de mise en oeuvre ou lutte[…]

01/06/2017 | MateriauxInnovation
"Le réemploi, une pratique à massifier"

Interview

"Le réemploi, une pratique à massifier"

Réglementation : les AMM changent la donne

Dossier

Réglementation : les AMM changent la donne

Quel traitement préventif pour une bonne durabilité

Dossier

Quel traitement préventif pour une bonne durabilité

Plus d'articles