Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

décryptage Expertise Sécurité incendie : 4 moyens d'éviter les sinistres

Sujets relatifs :

Les quatre exemples qui suivent, issus de l'observation ou de conclusions d'enquêtes après sinistres, montrent comment, à relativement peu de frais, certains immeubles peuvent améliorer leur sécurité face à l'incendie. POUR LES SCHEMAS VOIR PDF

1. Propagation verticale du feu en façade par les loggias fermées

Ouvrage

Bâtiment d'habitation (R 3), appartements privatifs avec loggias fermées et jardins d'hiver en façade.

Anomalies détectées

Constat

Le développement de l'architecture bioclimatique a donné naissance aux loggias fermées, serres et jardins d'hiver associés aux logements. Ces loggias fermées sont conçues et vécues comme des pièces à part entière, elles reçoivent du mobilier ou servent de pièces de stockage.

Conséquences prévisibles

En cas de sinistre, la présence des loggias accroît le risque de transmission du feu d'un étage à l'autre par propagation verticale (schéma 1).

Règles à appliquer

Il faut appliquer la règle du C D au droit des façades des ­loggias fermées.

C et D sont définis dans l'arrêté du 31 janvier 1986 ou dans l'instruction technique n° 249 relative aux façades (schéma 2).

2. Désenfumage des cages d'escalier

Ouvrage

Immeuble d'habitation (R   6) avec toitures en pente. Les étages sont desservis par une cage d'escalier commune.

Anomalies détectées

Constat

Impossibilité de pose de lanterneaux de désenfumage sur les toitures en pente. Utilisation des fenêtres de palier pour assurer le désenfumage.

Conséquences prévisibles

Création de zones non désenfumées dans les circulations. Perturbation de l'évacuation des occupants du dernier niveau. Difficulté d'intervention des services de secours. (schéma 1)

Règles à appliquer

La cage d'escalier doit comporter, en partie haute de l'étage le plus élevé, un dispositif exutoire (lanterneau pour les toitures-terrasses ou châssis pour les toitures en pente).

Fermé en temps normal, ce dispositif doit permettre, en cas d'incendie, une ouverture d'au moins 1 m² afin d'assurer l'évacuation des fumées. L'ouverture de ce dispositif doit être aisée et intuitive et sa commande facile d'accès.La base de ce dispositif doit être située le plus haut possible, et toujours au-dessus du niveau des linteaux des portes du dernier niveau habité (schéma 2).

3. Accès aux sous-sols

Ouvrage

Bâtiment d'habitation R 2 sur sous-sol accessible par escalier intérieur.

Anomalies détectées

Constat

Architecture de halls aérés et esthétiques, privilégiant les espaces ouverts et les volumes. Cage d'escalier sans rampants ni plafonds. Escalier de sous-sol communiquant avec l'escalier des étages. Pas d'isolement du sous-sol par bloc-porte, ni de bloc-porte imposé.

Conséquences prévisibles

Évacuation perturbée en cas de sinistre : les usagers risquent de se diriger vers le sous-sol, les locaux à risques et les culs-de-sac

(schéma 1).

Règles à appliquer

Installation d'un bloc-porte PF avec ferme-porte ouvrant vers la sortie, ou d'une barrière avec dispositif empêchant d'accéder au sous-sol par une simple manœuvre de poussée.

Mise en place d'une signalétique adaptée.

Décision de la commission du règlement de construction - Sous-commission incendie-logement du ministère en charge du logement - Séance plénière du 23 novembre 2007

(schéma 2).

4. Dispositions concernant les logements-foyers

Ouvrage

Logement-foyer privé (R 2), 6 studios T1 par étage.

Anomalies détectées

Constat

Certains promoteurs assimilent le regroupement de logements de type T1 bis à une unité de vie. Ils interprètent l'application du règlement lié aux logements-foyers de façon à surseoir à l'installation de désenfumage des couloirs distribuant les studios de type T1 bis.

Conséquences prévisibles

Détournement des classements 3e famille A et 3e famille B. Multiplication du nombre de cuisines. Allongement des distances d'évacuation. Absence de désenfumage des circulations en partie commune. Perturbation de l'évacuation en cas de sinistre (schéma 1).

Règles à appliquer

Une unité de vie est :

- un regroupement de chambres individuelles avec sanitaires, mais sans cuisine individuelle ;

- un grand logement avec cuisine commune.

L'accès est protégé par une porte coupe-feu. Il n'y a pas de désenfumage des couloirs en partie privée.

Ainsi, une multitude de studios T1 avec cuisines individuelles ne constitue pas une unité de vie. Selon sa hauteur et son accessibilité aux engins de secours, le bâtiment pourrait être classé en 3e famille B, ce qui implique un désenfumage des circulations (schéma 2).

La référence et l'auteur cités ci-dessous concernent les quatre exemples de sinistres.

Réf. : Décision de la commission du règlement de construction - Sous-commission incendie-logement du ministère en charge du Logement - Séance plénière du 23 novembre 2007.

Auteur : Jean-Charles du Bellay, ingénieur CHEC section CHEBAP, titulaire du DESS « Structures et méthodes » de l'université de Jussieu, expert en sécurité incendie auprès de l'État, membre des commissions techniques de l'Afnor, auteur de codes pratiques, de la collection des guides métiers du plan Europe et d'une encyclopédie sur la conception des bâtiments.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°296

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Difficile de proposer une rénovation énergétique des bâtiments du patrimoine sans braquer des architectes. Raison pour laquelle le collectif Effinergie, soucieux des enjeux de rénovation liés au[…]

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Permis d'innover pour 8 lauréats

Permis d'innover pour 8 lauréats

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Plus d'articles