Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

De nouvelles exigences réglementaires en tertiaire et en logements collectifs

Sujets relatifs :

De nouvelles exigences réglementaires en tertiaire et en logements collectifs

Composé de 14 logements privés situés à Nantes (44), cet immeuble collectif à ossature bois avec isolation par l’intérieur, est doté de chaudières gaz à condensation, de ventilations mécaniques simple flux hygroréglable et de 19 m2 de capteurs solaires pour l’ECS. (Doc. Effinergie.)

Jean-Pierre BARDY, sous-directeur de la Qualité et du développement durable dans la Construction au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, chef d’orchestre de la RT 2012 dans son écriture, s’attache à garantir la performance thermique des logements tout en maintenant les coûts de construction à un niveau raisonnable.

Avec la Réglementation thermique 2012, la France devient le seul pays d’Europe à imposer un tel niveau d’exigences énergétiques. Un saut qualitatif par rapport aux exigences actuelles qui va impacter profondément les équipements traditionnel-lement énergivores que sont le chauffage, le refroidissement, l’éclairage et l’eau chaude sanitaire.

De plus, le calendrier de mise en application de cette réforme est très ambitieux. Cette réglementation est l’aboutissement de deux ans de travaux – depuis septembre 2008 – issus d’une concertation large auprès de 13 groupes de travail thématiques, de plus de 500 contributions écrites, d’un groupe d’« applicateurs » experts composé notamment de 40 bureaux d’études thermiques et centres techniques reconnus et de conférences consultatives publiques.

Objectifs

Quels sont les grands principes de la RT 2012 ?

Les objectifs de la Réglementation thermique des bâtiments neufs ont été fixés dans l’article 4 de la loi Grenelle 1. Ces objectifs proposent deux axes de travail.

D’une part, proposer une évolution technologique et industrielle significative dans la conception et l’isolation des bâtiments et pour chacune des filières énergétiques.

D’autre part, faire en sorte que le bouquet énergétique soit équilibré, faiblement émetteur de gaz à effet de serre et contribuant à l’indépendance énergétique nationale. La loi de Grenelle 1, qui est une loi de programme, affichait l’obligation d’une consommation d’énergie primaire inférieure à 50 kWh/m²/an en moyenne. Cette consommation de référence prend en compte le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, le refroidissement, l’éclairage, mais aussi les auxiliaires tels que les ventilateurs, ou les pompes.

À noter que dans le collectif, les ascenseurs ne sont pas pris en compte. Ce « Cmax » est modulé en fonction des émissions de gaz à effet de serre et de critères techniques tels que l’altitude, la zone géographique ou les caractéristiques et l’usage du bâtiment – les exigences étant différentes, lorsqu’il s’agit d’un immeuble de bureaux ou d’un immeuble d’habitation. Pour garantir une qualité énergétique minimale du bâti, la définition d’un seuil ambitieux de besoin maximal en énergie de chauffage, refroidissement et éclairage a été rajoutée.

Exigences

Quelles sont les exigences de la RT 2012 pour atteindre ces objectifs ?

Trois exigences de résultats sont au cœur de la nouvelle réglementation :• une exigence énergétique minimale du bâti, afin de valoriser une conception bioclimatique. Un coefficient « Bbiomax » caractérise ce changement constructif,

• une exigence de consommation maximale d’énergie primaire (EP) « Cmax »,

• une exigence de confort d’été.

Ces trois mesures principales sont complétées par quelques exigences de moyens, afin de garantir la qualité de la mise en œuvre, la qualité énergétique globale, le confort et d’accélérer le développement des énergies renouvelables.

Consommation énergétique

Pour quelles raisons a-t-on remplacé la consommation de référence par une consommation plafond ?

La RT 2012 ne demande plus une comparaison par rapport à un bâtiment de réfé­-rence comme cela était mentionné dans la RT 2005. Cette nouvelle réglementation « performantielle » offre une plus grande liberté dans la conception des bâtiments.

Ses exigences se concentrent sur la performance globale du bâtiment et quelques exigences de moyens restent limitées au strict nécessaire, avec pour objectif : développer de nouvelles pratiques telles que l’utilisation d’équipements d’énergie renouvelables ou l’affichage des consommations.

Plus simple et plus lisible, cette nouvelle réglementation supprime de nombreux « garde-fous » techniques imposés dans la RT 2005 et n’impose plus de devoir comparer les performances d’un projet à celles d’un bâtiment de référence théorique qui avait la même architecture.

Les exigences sont exprimées désormais en valeurs absolues et non plus relatives. Toutes les valeurs de résistance pour les fenêtres, les parois, etc. ont été abandonnées du fait que les besoins exigés pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage du bâtiment sont faibles et plafonnés. Cela écarte les bâtiments qui ne se focalisent que sur les énergies renouvelables, tout en négligeant la qualité des fenêtres ou de parois. Quelques exigences de moyens garantissent la qualité générale du bâtiment et une mise en œuvre correcte et soignée. Afin de s’assurer du traitement correct des ponts thermiques et de l’étanchéité à l’air du bâti, un essai d’imperméabilité à l’air par le testde la porte soufflante est obligatoire jusqu’en 2015 pour les logements collectifs.

Particularités

Quelles sont les particularités du collectif et du tertiaire ?

La RT 2012 est plus exigeante pour l’habitat individuel que pour le collectif.

Dans le logement collectif, l’équation investissement/économies d’énergies étant moins favorable, il était nécessaire de ne pas le pénaliser par rapport à la maison individuelle, en prenant en compte la densification, l’étalement urbain, les transports collectifs… De plus, la filière industrielle doit s’adapter, notamment en proposant des pompes à chaleur performantes conçues pour le collectif. Pour ce cas particulier de logement, la nouvelle réglementation autorise d’augmenter temporai-­rement de 7,5 kWhEP/m²/an l’exigence de consommation, jusqu’au 1er janvier 2015.

Dans la RT 2005, le tertiaire ne comportait pas de consommation maximale imposée, car les consommations sont très différentes de celles du logement. À savoir, peu de chauffage et d’eau chaude sanitaire, mais beaucoup de climatisation et d’éclairage. Le but de la RT 2012 n’est pas de changer l’architecture des immeubles tertiaires. Par exemple, elle incite au développement de grandes ouvertures vitrées qui favorisent au maximum l’éclairage naturel « gratuit » tout en limitant les déperditions thermiques. Il faut faire attention à ne pas décalquer systématiquement ce qui se fait en Allemagne car, par exemple, dans toute une partie de la France, le triple vitrage n’est pas pertinent, parce qu’il laisse peu passer l’énergie solaire.

Il n’existe pas de solution miracle et cela amène l’ingénierie thermique à réfléchir à autre chose qu’à des solutions standard. Deux remarques toutefois :

• le confort d’été n’a pas été complètement traité, ce qui rend nécessaire la poursuite de son étude pour atteindre un meilleur niveau de performance ;

• les ascenseurs n’ont pas été pris en considération, bien que le pourcentage d’énergie dédiée à ces équipements soit devenu non-négligeable dans la consommation globale.

Avancées

Quels sont les changements constructifs induits par cette réglementation ?

La RT 2012 favorise la conception de bâtiments bioclimatiques. Il faut savoir que pour viser une consommation d’énergie primaire Cmax de 50 kWh/m²/an, nous partons d’une consommation moyenne de 15  kWh/m²/an dans la RT 2005. Nous sommes conscients que de diviser l’objectif de consommation par trois est difficile à réaliser, mais cela peut se faire comme le montre déjà la construction de certains bâtiments BBC. Ces réalisations montrent que cette évolution ne peut pas se faire avec le tout-venant existant. Le coefficient « Bbio » qui caractérise la qualité d’un bâtiment de ce type prend en compte son orientation, ainsi que son isolation. Cet indicateur rend compte de la qualité de la conception et de l’isolation du bâtiment indépendamment du système de chauffage et va probablement faire émerger des systèmes constructifs nouveaux. Il valorise la conception bioclimatique et l’optimisation de l’orientation du bâtiment en fonction du site, du climat et des règles d’urbanisme. Ses objectifs sont d’éviter une climatisation dans les logements, de valoriser l’accès à l’éclairage naturel, l’orientation au sud des surfaces vitrées, etc. Ce coefficient favorise l’émergence de produits nouveaux ou à adapter tels que les chaudières à condensation, les pompes à chaleur ou les chauffe-eau thermodynamiques.

Méthodes

Les méthodes et outils de calcul seront-ils prêts à temps ?

Cette réglementation est applicable pour les bâtiments dont le permis de construire sera déposé à partir du 1er janvier 2012. Le texte de la réglementation devrait être publié vers le mois de novembre de cette année. Les logiciels vont être mis sur le marché au même moment. Cela laisse un temps suffisant pour que les bureaux d’études thermiques se familiarisent avec les méthodes de calculs induites par cette réglementation. Plus de 40 bureaux d’études ont déjà travaillé sur ces méthodes de calcul. Méthodes qui seront accessibles à tous les bureaux d’études.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°300

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles