Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dalles et chapes sur plancher bois : un texte complémentaire

Sujets relatifs :

Dalles et chapes sur plancher bois : un texte complémentaire

Claude Fahrner, de la direction des Techniques et des méthodes de Socotec

Les règles Rage pour les dalles et chapes sur planchers bois s’insèrent dans un dispositif évolutif et répondent à des exigences associées à des ouvrages précis

Claude Fahrner, de la direction des Techniques et des méthodes de Socotec, nous indique les dispositions complémentaires à prendre pour la réalisation des chapes et dalles sur planchers bois dans le cadre d’ourages neufs et en rénovation.

Il s’appuie sur les Recommandations professionnelles, publiées dans le cadre des règles Rage en juillet 2013 sous la forme de deux opuscules, qui s’insèrent dans un dispositif qui ne comportait pas, jusqu’à présent, de texte pour ces ouvrages. Ces recommandations complètent à la fois les dispositions des DTU 51-3, pour les planchers en bois et 26-2, pour la mise en œuvre des chapes à base de liant hydraulique sur support bois.

Quel est le périmètre de ces recommandations ?

Ces textes visent la conception et la mise en œuvre des chapes traditionnelles conformes au DTU 26.2 coulées sur des platelages de bois, eux-mêmes placés sur une structure porteuse constituée d’un solivage relevant des DTU 31.1 ou 31.2. Quant au support de la chape, il s’agit généralement de panneaux dérivés du bois ou de lames en bois massif respectant les prescriptions du DTU 51-3.
Ne sont concernés que les locaux intérieurs de classement Upec au plus P3E2 et à faible ou moyenne hygrométrie.
Ces deux textes portent l’un sur les travaux neufs, l’autre sur les travaux de rénovation et ont pour ambition de traiter un ouvrage non-traditionnel, alors que l’ensemble des composants le sont. Notons que ces recommandations sont particulièrement intéressantes pour la rénovation.

Pour quelle raison ?

Dans le cadre de la rénovation, la démarche est plus complexe et nécessite, notamment, un diagnostic de l’existant dont ce texte donne les grandes lignes. Des objectifs de ce diagnostic - en particulier l’évaluation du support - aux différentes étapes qu’il comporte, on rappelle qu’il est indispensable de faire appel à un spécialiste, notamment pour l’inspection, la vérification du support et de son renforcement éventuel.
Ces recommandations listent l’ensemble des données à recueillir (mode constructif, historique…) et tous les éléments nécessaires à la justification par le calcul (comme le relevé détaillé). Elles entrent parfois dans le détail comme pour l’évaluation de l’état de conservation et de la qualité des bois, etc. Une fiche méthodologique permet de guider l’intervenant. La nature des locaux est-elle importante ?
En effet, et l’on aborde là les précautions à prendre au regard de l’humidité. Ces recommandations professionnelles se contentent d’indiquer qu’une étude hygrothermique est nécessaire, et que des dispositifs spécifiques devront être pris en fonction de la nature du local inférieur (vide sanitaire, sous-sol, autre) et de l’utilisation des locaux contigus (chauffage, occupation, autre). Parmi ces dispositifs, il faudra toujours assurer la ventilation en sous-face et la conception du complexe de plancher devra prévenir le risque de confinement d’humidité avec parfois l’ajout d’un pare-vapeur.
Il est donc important de souligner qu’une étude devra être menée au cas par cas pour étudier les transferts d’humidité. Les conditions dans lesquelles cette étude devra être conduite auraient pu être avantageusement décrites. Cette étude devra s’assurer, notamment, que le point de rosée n’est pas au niveau du bois et qu’il n’y a pas d’accumulation d’eau.

Quelles sont les préoccupations à prendre pour la mise en œuvre ?

La mise en œuvre de la chape s’effectue de façon traditionnelle. Ce sont essentiellement les préoccupations à prendre pour protéger le support qui sont importantes. Outre celles que nous venons d’évoquer, il faut penser à prévoir un dimensionnement adéquat du plancher bois. Il faut, notamment, prendre en compte les accumulations de mortier et le compactage lors de la mise en œuvre de la chape.
Il est aussi nécessaire de protéger le support avec une couche d’interposition, généralement un film en polyéthylène dont les différents lés devront être soigneusement raccordés de façon étanche. Il est impératif, en effet, d’éviter des passages de laitance.

Quel est le statut de ce document ?

Les règles Rage n’ont pas de valeur normative ni réglementaire, mais elles complètent un domaine couvert par aucun texte. Comme les autres règles de cette série, ces recommandations pour les chapes sur plancher bois sont utiles pour la profession, mais nécessitent une étude et une conception au cas par cas, car elles ne proposent pas de solutions génériques.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°329

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

La Coprec, qui regroupe les organismes tierce partie, propose un nouveau service : celui de l’instruction du permis de construire.  La Coprec et les organismes tierce partie* saisissent l’opportunité de[…]

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Permis d'innover pour 8 lauréats

Permis d'innover pour 8 lauréats

Plus d'articles