Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Couverture : les protections de terrasses accessibles

Sujets relatifs :

Couverture : les protections de terrasses accessibles

La pose des dalles de bois sur plots s’effectue de façon identique à celle des dalles plus lourdes. Les plots comportent un système de calage des dalles et leur partie supérieure est d’au moins 100 cm2.

Destinées à protéger l’étanchéité et à faciliter la circulation, les revêtements de terrasses se répartissent en deux familles de produits : les dalles sur plots et les systèmes d’étanchéité liquides.

Les terrasses accessibles reçoivent une étanchéité qu’il est nécessaire de protéger afin d’éviter qu’elle ne soit endommagée. Cette protection est assurée soit par des éléments rapportés, soit par le produit d’étanchéité lui-même qui présentera alors des qualités de résistance aux chocs et à l’usure suffisantes et dont l’esthétisme est satisfaisant. Deux grandes familles se distinguent par leur nature : les protections par dalles et les protections par résines. Le choix du système de protection est fonction de la nature des locaux qui sont situés au-dessous de la terrasse, en particulier s’ils sont chauffés ou non. En effet, la présence d’un isolant rendra impossible l’utilisation des résines.

Certaines terrasses accessibles, protégées par une étanchéité et du gravillon, circulables uniquement pour des raisons d’entretien et de visites techniques, reçoivent des cheminements matérialisés par des dalles directement posées sur le gravillon ou ont pour couche de finition des systèmes autoprotégés.

Le DTU 43-1– Étanchéité des toitures-terrasses avec éléments porteurs en maçonnerie – traite des dalles de protection d’étanchéité et fixe les conditions auxquelles elles doivent obéir et les performances qu’elles doivent atteindre. Le marché propose aujourd’hui un grand échantillonnage de dalles en pierre naturelle, pierre reconstituée, céramique ou béton et, depuis moins longtemps, en bois. Et ce afin de répondre à une demande croissante des maîtres d’œuvre qui en apprécient la connotation naturelle. « Mais le marché est en pleine mutation et les règles techniques en cours d’aménagements », explique Philippe Driat, directeur technique de la Chambre syndicale française nationale de l’étanchéité.

Quand elles sont en pierre naturelle, les dalles doivent être conformes à la norme XP B 10-601, relative à la pierre de construction, et leurs dimensions aux spécifications de la norme NF P 61-202-1. En béton, elles seront conformes à la norme NF EN 1339 – Dalles en béton pour revêtements de sols extérieurs ou assimilés – et être marquées NF. Les performances dépendent de la destination, privative ou collective, et de la hauteur des plots utilisés.

Dalles sur plots : diversité de matières

Cette protection est sans doute la plus répandue et présente de nombreux avantages techniques, esthétiques et d’usage. « C’est peut-être la meilleure solution pour l’accessibilité handicapés puisqu’elle permet de traiter les seuils sans ressaut, remarque Philippe Driat. De surcroît, les dalles sur plots peuvent être posées aussi bien sur les étanchéités bitumineuses que sur l’asphalte. » La dalle sur plots est utilisable en terrasse inversée, les plots reposent alors directement sur l’isolant posé sur le complexe d’étanchéité. Enfin, le système autorise les pentes dites nulles (c’est-à-dire inférieures à 1 %).

La gamme de couleurs, granulats, dessins et motifs, est extrêmement riche. Les fabricants d’étanchéité en proposent un bon éventail mais d’autres productions permettent de satisfaire à peu près tous les besoins. Toutefois, en cas de choix d’une dalle particulière, il est toujours nécessaire de s’assurer qu’elle correspond aux prescriptions du DTU et qu’elle est adaptée à cet usage.

Les plots relèvent de l’Avis technique afférent à un complexe d’étanchéité donné ou d’un Avis technique spécifique. En règle générale, ils doivent correspondre à certaines contraintes qui portent sur la surface minimale de l’embase (fixée à 300 cm2), sur la surface de la partie supérieure qui reçoit les dalles et doit en permettre l’appui en toute sécurité ne peut être inférieure à 100 cm2, et comporter des systèmes de maintien de l’écartement de ces dalles.

D’une hauteur réglable comprise entre 0,05 m et 0,20 m s’entend de l’embase du plot à la sous-face de la dalle. Elle a été fixée à la fois pour permettre l’écoulement de l’eau sous le sol fini et pour limiter les risques en cas d’éventuelle rupture de la dalle.

Enfin, ces plots doivent présenter des résistances à la rupture qui ont été fixées à 2,5 kN pour un essai au chargement excentré sur le quart du plot (qui correspond au support d’une seule dalle) et de 5 dN pour un essai réparti de façon uniforme sur l’ensemble de la surface de réception du plot.

Solutions liquides : directement sur le support

L’autre grande famille de revêtements de protection des terrasses accessibles aux piétons est celle des résines applicables à froid ou systèmes d’étanchéité liquides (SEL) directement circulables qui se sont considérablement développés au cours des vingt dernières années. L’intérêt de ces produits réside essentiellement dans leur autonomie. Applicables en adhésion sur un support préalablement bien préparé, et donc sans fixation mécanique, ils offrent une finition dont l’aspect final est disponible dans une palette relativement riche de couleurs.

Pour répondre aux exigences de leur utilisation en étanchéité, ces produits doivent présenter des qualités de souplesse et de résistance parfois difficiles à obtenir ensemble. Sans oublier une compatibilité suffisante avec un maximum de types de supports et une bonne résistance aux UV. Ces performances sont définies depuis 1999 par les Règles professionnelles qui fixent, en général, les conditions d’application des SEL sur des planchers extérieurs en maçonnerie. Les performances concernées relèvent de la résistance à la fissuration, la résistance à l’arrachement, la résistance aux sollicitations mécaniques, etc.

Les SEL relèvent de l’Agrément technique européen (ATE) en application de l’arrêté du 3 avril 2002 et font obligatoirement l’objet d’un marquage CE depuis le 1er janvier 2005.

Ils présentent d’incontestables avantages de poids (de 1,5 à 3,5 kg/m2) d’épaisseur (maximum 2 mm) mais présentent l’inconvénient de ne pas pouvoir être appliquées sur des isolants. Pour les terrasses circulables, l’isolation doit être assurée de l’intérieur. Intérêt des résines en mise en œuvre : on repère immédiatement les défauts d’application.

Les résines appartiennent à trois familles de produits :

– polyuréthannes monocomposant ou bicomposants,

– polyesters saturés,

– méthacrylates, produits de nouvelle génération en fort ­développement.

Le principe est identique pour tous les cas, la différence se fait dans le conditionnement. Les polyuréthannes monocomposant sont conditionnés en un seul pot et la polymérisation se fait au contact de l’humidité de l’air. Lorsque l’air est très sec, elle peut ne pas se faire. Les polyuréthannes bicomposants ont une prise beaucoup plus rapide. Lorsqu’il est réalisé in situ, le mélange doit être particulièrement soigné. Procédé de professionnel, le principe du double mélange (dans un pot, puis dans un autre) apporte une relative sécurité. L’avantage des polyuréthannes réside essentiellement dans leur résistance mécanique et leur élasticité qui permet de se dispenser d’un entoilage.

Au contraire, les polyesters exigent une armature ou voile de renfort. Ces produits tricomposants sont, en revanche, extrêmement faciles à mettre en œuvre et il est possible de réaliser rapidement de grandes surfaces.

Enfin, les méthacrylates, des bicomposants également très rapides à mettre en œuvre, permettent l’accessibilité au support après deux à trois heures alors que deux jours sont nécessaires avec les finitions pour les polyesters et de 3 à 4 jours pour les ­polyuréthannes monocomposant.Si les polyuréthannes bicomposants sont les moins chers, leurs contraintes d’application parlent en leur défaveur. L’application des polyesters se fait à raison de 3 kg/m2 et les polyu­réthannes à 2 kg.

Fabricant S.L. Produit Nature Mono ou bicomposant Élasticité(%) Poids/m2 Densité Extrait sec Résistance au poinçonnement Commentaires Prix
Kemco Triixa 513 Système Trixsel BT à finition teintée pailletée. Résine polyester liquide armée en plein d’un textile manufacturé Résine polyester à 2 composants catalyseur À –10 °C, pas de rupture de l’étanchéité après 500 cycles de ­mouvement d’une fissure de 1 mm ± 1 mm. (essai dit de fatigue).Système vérifié selon FIT 3 à 4 kg 1,15 ± 0,08 67 ± 2 % Non percé sous 25 daNLe système a été vérifié selon FIT et classé I5 à ce titre. Systèmes remplissant simultanément la fonction d’étanchéité et celle de la protection.Ils bénéficient d’un Agrément Technique Européen (ETA 03/0025) – avec marquage CE –, d’un Document Technique d’Application (5/05-1824*V1) visé par le Cstb. (Référence Avis Technique) et d’un Cahier des Clauses Techniques (50712004068) visés par Qualiconsult.
Système Trixsel D-Rocà finition sablée Environ 5 kg (sable compris)
Système TRIXSEL D avec protection dure collée ou posée Env. 2,5 kg hors protection dure Selon la nature de la protection dure
Système KEMPEROL 2 Cavec finition teintée, sablée ou sous protection dure Résine polyuréthanne liquide exempte de solvants armée en plein d’un textile manufacturé Résine polyuréthanne à 2 composants, non solvantée À –10 °C, pas de rupture de l’étanchéité après 500 cycles de mouvement d’une fissure de 1 mm ± 1 mm (essai dit de fatigue). 3 à 4 kg 1,28 ± 0,08 97 ± 2 % Non percé sous 25 daN Ce système remplit simultanément la fonction d’étanchéité et celle de la protection. Il bénéficie d’un Agrément Technique Européen (ETA 03/0044) – avec marquage CE – et d’un Document Technique d’Application (05/05-1833) visé par le Cstb (Référence Avis technique).Non solvanté.
Sika 514 Sikafloor 400 N Elastic Polyuréthanne Monocomposant 500 %NF EN ISO 527 2 – 2,5 kg 1,5 82 % du poids Conforme norme XP 84-873 Classes SE1, SE2, SE3 et SE4 selon règles professionnelles SL.Evaluation et suivi technique d’aptitude à l’emploi du CEBTP. Environ 24 e/kg
Soprema 515 Alsan 500 PU directement circulable Monocomposant 900 1,8 kg 1,15 75 % Conforme aux règles professionnelles APSEL Grande resistance chimique avec la finition et permet la réalisation de parking. NC
Alsan 400 PU circulable sous carrelage collés ou scellé Monocomposant 1 000 1,5 kg 1,11 75 % Conforme aux règles professionnelles APSEL Resistance parfaite en immersion permanente. NC
Alsan 410 PU sans solvant circulable sous carrelage collé ou scellé Monocomposant 1 000 1,2 kg 1,13 99 % Conforme aux règles professionnelles APSEL Permet la réalisation en milieu occupé. NC
Alsan Quick PU rapide directement circulable Bicomposant 800 2,2 kg 1,15 75 % Conforme aux règles professionnelles APSEL Permet la réalisation du chantier dans la journée. NC
Zolpan 516 Revetanche 3000Système SE2 Revêtement à base d’élastomère polyuréthanne Monocomposant 400 Sous-couche finition1,4 Kg 1,13 73 % Bille de 10 mm25 kg 24 heuresPas de perforation Système SE2 avec primaire sol béton. 41,75/m²
Fabricant S.L. Nom du produit Nature Utilisation Dimensions(cm) Classement à la compression Rendement de pose Poids(kg) Charges d’exploitation Réserves d’usage Commentaire Prix(e)
sur plot sur couche de désolidarisation
répartie localisée
Axter 501 Dalle confort Bois exotique Oui Non 50 x 50 x 4,4 6 400 daN/m² 52,8/m²
502 Dalle prestige Bangkiraï Oui Non 50 x 50 x 4,4 5,5 450 daN/m² 84,4/m²
Meple 503 Dalle Forum IPE 30 Ipé Oui Oui 50 x 50 x 3 Equivalente à T7 4/m² 5 250 daN/m² / Terrasses privatives Protection classe IV 45
504 Dalle Forum P44 Pin Oui Oui 50 x 50 x 4,4 Equivalente à T7 4/m² 3,7 250 daN/m² / Terrassesprivatives Imputrescible 48
505 Dalle ForumA44 Maçaranduba Oui Oui 50 x 50 x 4,4 Equivalente à T11 4/m² 7,1 600 daN/m² / Terrassescollectives Imputrescible 68
Siplast 506 Dalle boisée HR 56 Pin des landes traité en autoclave Oui Non 56 x 56 4,4 cm 3,2 dalles/m2 16 kg/m2(5 kg l’unité) 5,1 kN/m² 3,66 kN/m² NC
507 Dalle boisée Bangkiraï Bois exotique Oui Non 50 x 50 4,4 cm 5,7 kg/m2 600 daN/m² NC
508 Carrelage grès pressé émaillé bi-face oui Non 45 x 45 2 45 kg/m2(unité 9,1 kg) NC
Soprema 509 Daldécor Pin maritime Oui Non 50 x 50 x 4,4 Classement à la flexion et rupture : T7 selon EN 1339 250 kg/m² Dépression au vent maxi 4100 Pa Choix support isolant sous étanchéité cf NC
510 Prestidalle IPE Oui Non 50 x 50 x 4 Classement à la flexion et rupture : T7 ou T11 selon EN 1339 600 kg/m² Dito Dito NC
511 Exodalle Masaremduba Oui Non 50 x 50 x 3,8 cm Classement à la flexion et rupture : T7 ou T11 selon EN 1339 600 kg/m² Dito Dito NC
512 Sopradalle quartz Dalles en béton de résine Polyester et marbre Oui Non 40 x 40 x 2 cm Classement à la flexion et rupture : T 7 selon EN 1339 250 kg/m² Dito Dito NC

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°272

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Enquête

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Équipement technique complexe, le spa offre aux hôtels, centres aquatiques, salles de sport et autres lieux d'hébergement un moyen supplémentaire de doper leur taux d'occupation. Le spa, qu'il soit dans les[…]

20/06/2019 | Produit
Spas collectifs (2/2) - Un bain de technicité

Enquête

Spas collectifs (2/2) - Un bain de technicité

Recyclage du PVC, Veka montre l’exemple

Recyclage du PVC, Veka montre l’exemple

Super-isolants (2/2) - Concilier performance et mise en œuvre aisée

Enquête

Super-isolants (2/2) - Concilier performance et mise en œuvre aisée

Plus d'articles