Cont@ct révolutionne l’exploitation énergétique domestique

Sujets relatifs :

PHOTO - 842385.BR.jpg

Commercialisée au prix de 99 euros, la ThermoLens est équipée d’un microprocesseur Intel cadencé à 3 GHz. Elle localise, mesure la température et l’éclairage dont a besoin son porteur.

© Source : Novartis

Avec sa lentille connectée ThermoLens, la toute jeune start-up Cont@ct innove dans l’exploitation des bâtiments. Disponible dès ce mois d’avril, posé par les entreprises de second œuvre et exploité par les gestionnaires d’immeubles, ce système facilite le comptage et la facturation domestique. Objectif : 70 % d’économies d’énergie.

Maîtriser et individualiser les consommations domestiques. L’idée n’est pas neuve. La start-up toulousaine Cont@ct, créée par Alexis Colin, jeune ingénieur spécialisé en ophtalmoconnectique, investit le marché du bâtiment avec cette modeste ambition. Son produit, lancé sur le marché français en exclusivité ce mois d’avril est une lentille de contact connectée, partie émergée d’un système complet baptisé « DomoLens ». Le principe est simple. Techniquement, il reprend le fonctionnement de la lentille Smart Contact Lens que Google a mis au point avec Novartis pour les diabétiques. Seule différence : au lieu d’informer sur le taux de sucre de l’individu qui la porte pour évaluer la dose d’insuline à délivrer, la « ThermoLens », nom de la lentille, mesure la température corporelle et l’ouverture de la pupille du porteur pour connaître le besoin en chauffage ou climatisation, ainsi que le niveau d’éclairage de la pièce où il se trouve. Mieux encore, son système de localisation intégré permet à la lentille de commander et sécuriser l’ouverture des portes d’un immeuble, d’un bureau ou d’un appartement, l’accès aux fluides, l’appel d’un ascenseur.

En nombre limité, pour ne pas gâcher

La ThermoLens communique par wifi ses données - localisation, température, taille de la pupille - à une DomoLens Box. Ce boîtier centralise les informations, les traite et envoie des ordres à une nouvelle gamme d’objets connectés, les DomoLens Pupils. La société en propose déjà plusieurs, fabriqués par un industriel chinois spécialiste de l’« Internet of things ». D’abord, bien sûr, un thermostat connecté. Arriveront ensuite, des ampoules connectées dont la luminosité et la teinte évoluent selon l’activité de l’œil : liseuse directe si la pupille se déplace horizontalement (lecture), lumière d’ambiance quand la pupille bouge en saccade (vie quotidienne), éclairage tamisé en cas de vision fixe (musique, film ou TV), extinction progressive lorsque la paupière est fermée (sommeil).
De nombreux autres systèmes connectés à déclenchement direct sont prévus pour créer un véritable univers domotique : groom de porte, libérateur-déverrouilleur de serrure, commande de volets roulants, démarrage de voiture… sont les plus classiques. Mais d’autres sont plus innovants, comme l’ouvreur de robinet, le tireur de chasse d’eau, le distributeur de feuilles de papier toilette - en nombre limité mais suffisant pour ne pas gâcher -, le détecteur d’ouverture de tiroirs réservés aux alcools, boîtes à cigares ou de réfrigérateur pour lutter contre l’alcoolisme, le tabagisme ou la boulimie. Dernier-né : la sonde qui déclenche l’ouverture de la poubelle, identifie et comptabilise le déchet, puis le vide dans le bac approprié. Sécurité oblige, tous ces systèmes devront être installés par des entreprises agréées du second œuvre, uniquement des partenaires labellisés « DomoLens ».
Dans un an, le 1er avril 2016, Cont@ct proposera une nouvelle appli sur smartphone pour comptabiliser les consommations individuelles de tous ses connecteurs. La facture sera individualisée et son montant prélevé directement sur le compte bancaire du porteur de la DomoLens. Les exploitants d’immeubles et les syndics de copropriété sont particulièrement intéressés par cette solution qui facilitera la répartition des charges. Les premières entreprises qui l’ont testé notent déjà 70 % d’économies en énergie, en entretien et en consommable… même de papier toilette.

N°341

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°341

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Ecodis renouvelle l'air intérieur

Ecodis renouvelle l'air intérieur

Présent en Angleterre depuis plusieurs années, le système Windcatcher arrive en France. Distribué par Ecodis, il permet de renouveler naturellement l'air intérieur des bâtiments et de répondre[…]

Lumicene met ses objets BIM en ligne

Lumicene met ses objets BIM en ligne

Dossier Spécial ATEx 2016

Dossier

Dossier Spécial ATEx 2016

UNE RECHERCHE DE QUALITÉ ET D'AUTHENTICITÉ

UNE RECHERCHE DE QUALITÉ ET D'AUTHENTICITÉ

plus d’articles