Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Confortement de structures à La Samaritaine

Sujets relatifs :

Confortement de structures à La Samaritaine

© Doc. Pierre-Olivier Deschamps/Agence VU

Entre la Seine et la rue de Rivoli se déroule depuis quelques mois l’un des plus importants chantiers de la capitale : la rénovation et la transformation de La Samaritaine en un complexe intégrant plusieurs programmes : hôtel, commerces, bureaux et logements sociaux, sous la maîtrise d’œuvre de l’agence Sanaa. L’ancien magasin a été complètement désossé et les interventions se déroulent simultanément sur l’emprise des trois bâtiments d’origine - Sauvage, Jourdain et Rivoli - « pour une livraison complète du projet fin 2018 », précise Jean-Jacques Guiony, directeur financier de LVMH et PDG de La Samaritaine.
Au cœur du projet, le bâtiment central (Jourdain) présente certainement les plus grandes contraintes techniques : il s’agit d’y mener une réhabilitation lourde des structures métalliques en préservant la stabilité des façades existantes afin d’adapter la « carcasse » de l’édifice à ses charges d’exploitation futures. Opération d’autant plus délicate que le bâtiment est composé de deux parties distinctes : Jourdain verrière - dont la verrière historique de 1907 va être entièrement restaurée - et Jourdain plateau, dont le cœur d’îlot sera évidé en vue d’aménager un vaste atrium. « Le creusement de ce puits de lumière, comme la création de niveaux de sous-sol supplémentaires implique de conforter l’existant pour garantir la tenue des façades, détaille Jean de Chassey, ingénieur travaux Vinci/Petit. Si la charpente métallique constituée de poutres IAO (I à ailes ordinaires) caractéristiques de l’époque est conservée, on procède actuellement au curage et au renforcement des planchers. »
Dans la partie plateau, on réalise des rives périmétriques qui vont venir s’appuyer sur les noyaux en béton (destinés à accueillir des circulations verticales) actuellement en cours d’édification dans la partie verrière. « Tout le phasage du chantier repose sur la simultanéité des interventions dans les deux espaces, puisqu’il vise à assurer la stabilité générale de l’ouvrage avant d’entreprendre la démolition de l’intérieur du plateau », poursuit l’ingénieur. Ce sera la prochaine étape.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

L'ACV dynamique à l'épreuve du BIM

L'ACV dynamique à l'épreuve du BIM

Annoncée dans la RE2020 par le gouvernement, l'ACV dynamique s'inscrit dans la continuité de l'ACV statique pratiquée avec le label E+C-. Les éditeurs se préparent à cette évolution.L'ACV, qu’elle soit statique comme dans le label...

Prix de la transformation de bureaux en logements

Agenda

Prix de la transformation de bureaux en logements

Calculer les émissions carbone : pas si simple

Calculer les émissions carbone : pas si simple

Projet Bélénos, ça avance

Projet Bélénos, ça avance