Confortement de structures à La Samaritaine

Sujets relatifs :

PHOTO - 907622.BR.jpg

© Doc. Pierre-Olivier Deschamps/Agence VU

Entre la Seine et la rue de Rivoli se déroule depuis quelques mois l’un des plus importants chantiers de la capitale : la rénovation et la transformation de La Samaritaine en un complexe intégrant plusieurs programmes : hôtel, commerces, bureaux et logements sociaux, sous la maîtrise d’œuvre de l’agence Sanaa. L’ancien magasin a été complètement désossé et les interventions se déroulent simultanément sur l’emprise des trois bâtiments d’origine - Sauvage, Jourdain et Rivoli - « pour une livraison complète du projet fin 2018 », précise Jean-Jacques Guiony, directeur financier de LVMH et PDG de La Samaritaine.
Au cœur du projet, le bâtiment central (Jourdain) présente certainement les plus grandes contraintes techniques : il s’agit d’y mener une réhabilitation lourde des structures métalliques en préservant la stabilité des façades existantes afin d’adapter la « carcasse » de l’édifice à ses charges d’exploitation futures. Opération d’autant plus délicate que le bâtiment est composé de deux parties distinctes : Jourdain verrière - dont la verrière historique de 1907 va être entièrement restaurée - et Jourdain plateau, dont le cœur d’îlot sera évidé en vue d’aménager un vaste atrium. « Le creusement de ce puits de lumière, comme la création de niveaux de sous-sol supplémentaires implique de conforter l’existant pour garantir la tenue des façades, détaille Jean de Chassey, ingénieur travaux Vinci/Petit. Si la charpente métallique constituée de poutres IAO (I à ailes ordinaires) caractéristiques de l’époque est conservée, on procède actuellement au curage et au renforcement des planchers. »
Dans la partie plateau, on réalise des rives périmétriques qui vont venir s’appuyer sur les noyaux en béton (destinés à accueillir des circulations verticales) actuellement en cours d’édification dans la partie verrière. « Tout le phasage du chantier repose sur la simultanéité des interventions dans les deux espaces, puisqu’il vise à assurer la stabilité générale de l’ouvrage avant d’entreprendre la démolition de l’intérieur du plateau », poursuit l’ingénieur. Ce sera la prochaine étape.

N°352

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°352

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Bâtiment intelligent et efficacité énergétique

Bâtiment intelligent et efficacité énergétique

La rédaction des CTB vous présente une publication récente. Cet ouvrage s’interroge sur les moyens d’optimiser l’efficacité énergétique des bâtiments en s’appuyant sur[…]

24/01/2017 | Librairie
Vers une ACV mieux contextualisée

Vers une ACV mieux contextualisée

Fondasol passe la cartographie au laser

Fondasol passe la cartographie au laser

Appel à candidature pour les trophées « Bâtiment Santé Innovation »

Evénement

Appel à candidature pour les trophées « Bâtiment Santé Innovation »

plus d’articles