abonné

Configuration atypique

Configuration atypique

En périphérie du bâtiment, la façade vitrée de la salle des pas perdus évoque une justice qui se veut transparente dans son rapport aux citoyens.

© Baumschlager Eberle Architectes

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement Les Cahiers Techniques du bâtiment - édition Abonnés

Implanté à proximité du centre-ville sur la presqu'île de Caen, le nouveau palais de justice regroupe un tribunal d'instance et un tribunal de grande instance au sein d'un bâtiment compact et cubique, interrompu par une faille horizontale vitrée. Situé en zone inondable, l'édifice se développe en hauteur à R+4, faute de pouvoir disposer de sous-sol. La salle des pas perdus est ici installée au premier étage, en périphérie du bâtiment. Elle dispose d'un balcon sur la ville grâce au porte-à-faux de sa structure acier-béton, d'où elle dessert les salles d'audience rassemblées vers le centre du bâtiment. Le RDC est lui réservé à l'accueil du public, tandis que les niveaux R+2 à R+4 sont dédiés aux bureaux. La transparence de la salle des pas perdus (vitrages semi-VEC) permet d'éclairer en second jour les salles d'audience au travers de parois en verre armé. Au cœur de l'édifice, c'est un atrium bioclimatique surplombé d'une verrière qui apporte la lumière naturelle dans les locaux et participe aux performances thermiques globales. Le budget permet d'opter pour des matériaux pérennes en façade. L'enveloppe se compose sur toutes les faces d'un alignement de fines colonnes structurelles en béton clair préfabriqué, espacées de 70 cm,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30) ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr.