Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Peintures intérieures (2/2) - Concilier enjeu sanitaire et performance

Sujets relatifs :

, ,
Peintures intérieures (2/2) - Concilier enjeu sanitaire et performance

Des démarches volontaires de labellisation ont été entreprises par l'ensemble des fabricants de peinture afin de mettre en avant les qualités sanitaire et technique d'une ou plusieurs de leurs gammes.

© Zoplan

D'importants progrès ont été effectués pour doter les peintures les moins nocives pour la QAI de performances équivalentes aux plus émissives en COV : temps de séchage, couleurs, rendement, opacité…

Sur le marché des peintures intérieures, les gammes les moins émissives en COV sont signalées par une étiquette A+ et une teneur en COV qui peut descendre en dessous de 1 gramme/ litre, sachant que la valeur réglementaire pour une peinture mate intérieure se situe en deçà de 30 g/l. Quelques fabricants, dont Caparol et Unikalo, sont en mesure de garantir une faible teneur en COV même après coloration de la peinture. Ils ont pour cela fait évoluer leur système de mise à la teinte afin de n'intégrer que des pigments sans COV. Pour les autres, la teneur en COV est susceptible d'augmenter à partir de la base de blanc. Pour mettre au point de nouvelles formulations faiblement émissives, les industriels ont été amenés à trouver un équilibre entre qualités sanitaire et environnementale d'une part et propriétés techniques d'autre part. Dans cette recherche d'un moindre impact sur la qualité de l'air intérieur (QAI), il s'agissait en effet de ne pas oublier les qualités fonctionnelles et d'usage d'une peinture, comme sa capacité à couvrir les murs et les plafonds, sa bonne tenue dans le temps, sa résistance aux taches et à l'entretien, sa facilité d'application, son aspect régulier, lisse, sa brillance…

Un travail de formulation

Même si toutes utilisent désormais une base aqueuse, les recettes sont multiples et les ingrédients variés : liants à base de résines synthétiques ou naturelles, organiques ou inorganiques, charges minérales (talc, silice, kaolin… ), pigments (synthétiques ou minéraux), additifs (agents de coalescence, conservateur, siccatif, bactéricide… ). Chaque formulateur apporte sa technique, joue sur le temps ouvert acceptable, la viscosité, l'aspect tendu, la résistance à l'abrasion, etc.

Mais toute la difficulté vient de ce qu'en améliorant une propriété, on en dégrade une autre. Un état de fait qui oblige à hiérarchiser les caractéristiques à obtenir en fonction des objectifs. Pour[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°371

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Le centre technique FCBA a développé une technologie de vitrage collé sur châssis bois pour les menuiseries extérieures. L’appel à manifestation d’intérêt lancé fin octobre[…]

11/12/2018 | Actualité
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Enquête

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Plus d'articles