Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

CONCEPTION Première opération HQE pour un bâtiment logistique

Sujets relatifs :

CONCEPTION Première opération HQE pour un bâtiment logistique

2. Les volumes et espaces perdus intérieurs ont été minimisés grâce à des sous-plafonds, passant de 12 à 4,50 m et 2,70 m. Objectif : éviter les déperditions énergétiques pour optimiser le bilan thermique.

© (Doc. LR Services.)

Dédiée à l’approvisionnement des 167 restaurants McDonald’s du Nord de la France, cette plate-forme logistique a servi de site pilote pour l’élaboration du futur référentiel HQE entrepôts.

Situé sur le parc d’activités du Haut-Villé, communauté d’agglomération du Beauvaisis (Oise), ce septième centre de distribution de LR Services (1) inauguré cet automne, s’inscrit dans la logique du partenariat établi de longue date entre le prestataire et son client ­McDonald’s. Ses missions : assurer la sécurité alimentaire grâce à des livraisons en gamme tri-température (ambiant, frais, surgelé) ; gérer les flux d’information, administratif et financier et mettre en œuvre des services de proximité sur mesure. Le tout respectant un timing précis. Pour progresser dans sa démarche, c’est donc naturellement que LR Services a cherché à intégrer les impacts environnementaux de son bâtiment à toutes les étapes de sa vie – c’est-à-dire depuis l’élaboration du projet jusqu’à sa destruction future – mais aussi la qualité ­sanitaire des espaces intérieurs, à travers la gestion d’énergie, de l’eau, des déchets, de l’entretien et de la maintenance.

Une insertion géographique décisive au regard des contraintes

Le choix de la parcelle a été déterminé par la localisation des voies routières, l’éloignement des lieux d’habitation, d’antennes relais et de lignes à haute tension. De même, l’organisation des zones d’accès, la végétalisation gazonnée et le positionnement des façades avec des ruptures de formes ont favorisé l’intégration du bâtiment dans son environnement. Des bassins de rétention destinés aux rejets des eaux de la plate-forme et à la gestion des eaux pluviales ont été créés pour permettre un ­confinement en cas de pollution et la réintégration des eaux propres en nappe souterraine. Quant aux procédés de fabrication, systèmes constructifs et matériaux, leur choix s’est opéré dans l’optique d’une durée de vie de 40 ans, avec une extension possible de l’entrepôt de 4 403 m2.

Des efforts spécifiques ont été faits pour garantir le confort hygrothermique, acoustique, visuel et olfactif des occupants, tout en favorisant les économies d’énergie. La surface des baies vitrées des bureaux est ainsi dimensionnée pour limiter les besoins en éclairage artificiel et éviter la climatisation. Des stores vénitiens intérieurs et le contrôle solaire des vitrages (Antélio argenté) évitent l’éblouissement et la réverbération. Une ventilation double flux avec possibilité de réversibilité chaud/froid assure un renouvellement d’air à raison de 3 volumes par heure, via des bouches de soufflage réglables et insonorisées. Dans les locaux à occupation variable (vestiaires, locaux sociaux), un système de détection de présence et des sondes photosensibles sur les rangées de luminaires proches des vitrages permettent de minimiser les temps d’allumage. En matière de santé, divers paramètres sont pris en compte : qualité des espaces, des matériaux limitant la croissance fongique et bactérienne, une isolation à base de mousse de polyuréthanne haute densité sans CFC et laine minérale, un local machines éloigné des zones d’occupation permanente, etc.

Installation de production de froid innovante

Sur la gestion de l’eau, ont été préconisés des mitigeurs avec commandes par infrarouge et des robinets à fermeture temporisée dans les douches, des aérateurs de jets, des réservoirs de WC à double chasse 3/6 litres, etc. Pour faciliter l’entretien et la maintenance (chauffage, ventilation, éclairage, système frigorifique ou gestion des eaux) LR Services s’est attaché à simplifier la conception, les moyens de suivi et l’accès en séparant les risques. Par exemple, des passerelles ad hoc permettent au personnel de maintenance de ne jamais croiser le personnel des zones de chargement ou d’entrepôt. Les locaux déchets, ménage et sanitaires, disposent tous d’un point d’eau, de siphons de sol et d’une ventilation permanente. Dans les zones de stockage, sont installées des lampes anti-­insectes, des rigoles antirongeurs le long des parois, des étagères avec bac de rétention en cas de fuites ­accidentelles, etc.

Le système retenu pour la production de froid de l’entrepôt (Carrier Tansicold) ne contient pas de fluides frigorigènes de type HFC. Avec une compression à l’ammoniac (NH3) et une distribution au dioxyde de carbone (C02) comme fluides caloporteurs (soit des gaz naturellement présents dans l’atmosphère) l’installation s’avère bien moins polluante pour la couche d’ozone qu’un système utilisant un fluide de type fréon 404A ou glycol. Sachant que 1 kg de fréon équivaut à ­3 tonnes de C02, le risque de pollution s’avère 3 000 fois inférieur en cas de fuite. En outre, le système ­consomme 2 fois moins d’électricité (292 KVV plutôt que 620 KVV) et sa durée de vie est trois fois supérieure à celle d’une installation classique. Il garantit une température dirigée de l’ordre de –22/–25°C dans les chambres froides (18 500 m3) et de 2/ 4°C pour le stockage frais (11 000 m3). Il permet aussi de récupérer la chaleur rejetée par le condenseur pour maintenir la température de l’entrepôt sec (26 500 m3) avec un hors gel à 7°C l’hiver et un maximum de 25°C par rafraîchissement l’été. Enfin, il est piloté par une gestion technique centralisée, qui assure la régulation thermique et le délestage pour optimiser les économies d’énergie et le confort des exploitants de ­manière constante.

Une mini-centrale de traitement des déchets

C’est la conjonction de ces trois critères – production par gaz propre, récupération de chaleur, variation de vitesse et gestion d’énergie par GTC – qui permet de revendiquer une économie de l’ordre de 20 % d’énergie primaire par rapport à une installation au fréon à détente directe.

Afin d’éviter les nuisances dues au bruit, aux odeurs et aux envolées éventuelles, le traitement des déchets de l’entrepôt et la récupération de ceux des clients s’effectuent dans un local dédié, totalement fermé et étanche, isolé de l’exploitation et à l’écart des vents dominants. Fortement ventilé (10 000 m3 par heure), cet espace est dimensionné pour répondre aux exigences en matière de tri sélectif et de recyclage des cartons, palettes, films plastiques, déchets organiques, voire même des déchets dangereux de types tubes, lampes et néons, huiles, piles, ou pollution des sols. Cette optimisation du tri passe par une identification des déchets générés par chaque ­activité de la plate-forme, par une traçabilité et par des bennes disposées au plus près des postes producteurs. À noter que la gestion des déchets est évolutive pour suivre l’extension possible du bâtiment, et qu’elle permet d’améliorer les flux de retour véhicules en déchetterie pour le retraitement en filières ad hoc.

Sur les 14 cibles balayées par rapport aux contraintes, l’évaluation de la qualité environnementale du bâtiment (QEB) fait apparaître 6 cibles à un ­niveau très performant contre les 3 demandées par le référentiel de la certification NF Bâtiments tertiaires – Démarches HQE, sur lequel s’est appuyé LR Services. Soit un résultat supérieur aux objectifs fixés lors du lancement du projet au regard des préoccupations et critères de perfor­mances associés.

Certes, le montant de l’investissement, égal à 12 Me HT pour une surface au sol d’exploitation de 7 620 m2, représente une plus-value de l’ordre de 5 % comparée au ratio d’une construction prenant en compte les seules exigences du cœur de métier.

Des économies d’énergie estimées à 50%

Mais ce surcoût, intuitivement lié à l’intégration des impacts environnementaux et appréhendé sur 40 ans, s’avère limité par rapport aux 12 % de certains projets HQE. En optimisant la fluidité de l’activité sans sur-stock ni rupture, il permet en outre de mieux répondre aux attentes du client. Les économies d’énergie – liées notamment à l’installation frigorifique – sont estimées à 50 %, avec un temps de retour sur investissement inférieur à 3 ans pour l’électricité. Pour LR Services, cette opération pilote a aussi permis de créer un cahier des charges entrepôt HQE type, à étendre à ses autres opérations. Et pour le Cstb (chargé du suivi et des phases d’audit avec le concours de l’Ademe Picardie) cela a permis d’élargir le champ d’application de la certification NF Bâtiments tertiaires – Démarches HQE – au secteur des bâtiments logistique (2) !

.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°258

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Modules pour tout-petits

Modules pour tout-petits

Mercredi 13 février, les neufs modules constitutifs d'une crèche bâtie dans l'enceinte de l'hôpital Trousseau à Paris ont été grutés puis mis en place. Une crèche de 220 m2[…]

15/02/2019 | Chantier
Les poteaux d'abord

Les poteaux d'abord

Quand la brique et le bois collaborent

Quand la brique et le bois collaborent

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Plus d'articles