Dossier

Composition dynamique pour immeuble de bureaux

Sujets relatifs :

PHOTO - 880804.BR.jpg

Découpé par des patios et des loggias, le volume construit est entièrement vitré et habillé de brise-soleil perforés, perpendiculaires aux façades.

Par le choix d’une trame serrée, de brise-soleil verticaux de profondeur variable et de verres sérigraphiés, les architectes de l’agence Jacques Ferrier rompent l’image traditionnelle des bâtiments de bureaux français.

Inauguré à Vanves (Hauts-de-Seine) en mars, le siège social de Hachette Livre est un bâtiment R+6 certifié NF HQE Bâtiment Tertiaire. Le travail sur la lumière naturelle mené par l’agence Jacques Ferrier Architectures se traduit par un volume largement vitré et découpé en cœur d’îlot par deux patios et neuf loggias. Le squelette de l’ouvrage, réalisé en béton à l’exception du porte-à-faux métallique surplombant l’entrée, est revêtu de façades légères représentant une surface totale d’environ 12 000 m2, réalisées par M&N Aluminium France. Deux typologies sont définies : la première sur les quatre façades principales du bâtiment (8 000 m2) ; la seconde, sur les façades des patios et loggias (4 000 m2).

Variations selon les étages

La première utilise un procédé de mur-rideau à grille traditionnel, comportant des parties opaques et des parties vision, dont les trames très serrées de 675 mm - soit moitié moindres que celles habituellement utilisées dans le tertiaire -, participent à l’effet élancé et dynamique de l’ouvrage. Les parties vision sont ici constituées de châssis fixes et d’ouvrants de confort à l’anglaise (un toutes les trois trames) en vitrage extérieur collé (VEC). Au droit de ces ouvrants, la sécurité contre les chutes est assurée par des lisses de garde-corps intérieurs en profilé tubulaire inox fixées sur les épines du mur-rideau. L’une des particularités des façades principales est liée à la présence de brise-soleil métalliques verticaux. Totalisant quelque 9 600 m linéaires, les lames sont en tôle d’aluminium de 3 mm d’épaisseur, laquée sur les deux faces, pliée et perforée. Elles sont fixées perpendiculairement aux façades sur les épines en aluminium du mur-rideau. La conception de leur système d’accrochage tient compte des contraintes de maintenance et autorise une intervention rapide sur les vitrages, grâce à des capots latéraux démontables. La profondeur des brise-soleil varie en fonction des étages pour profiter au mieux des apports solaires. Elle est déclinée en trois largeurs, dont la plus importante est de 51 cm et concerne les niveaux supérieurs.
Une autre spécificité des façades principales réside dans le choix de vitrages sérigraphiés avec un dégradé de teinte blanche en face 1 et une couche de contre-solaire (de type Planistar Sun de Saint-Gobain). Au droit des allèges et des trumeaux, les parties opaques sont composées d’un isolant en laine de verre en deux couches d’une épaisseur totale de 200 mm, d’une lame d’air ventilée de 45 mm et enfin, d’un vitrage entièrement sérigraphié sur la face 1.
Développée au niveau des patios et des loggias, la seconde typologie de façade comporte un aspect lisse, traité avec un système VEC, intégrant des cadres opaques et des cadres vision fixes ou ouvrants. Des trames serrées (675 mm) et standard (1 350 mm) coexistent. Les cadres vision VEC sont fixés horizontalement et verticalement sur la grille de façade au moyen de clameaux assurant la reprise des efforts, ainsi que les dilatations différentielles. Les ouvrants à l’anglaise sont ferrés sur trois paumelles ; la partie mobile est directement visée sur l’ouvrant. Les limiteurs d’ouverture sont également prévus. Les parties opaques des cadres VEC sont vissées ponctuellement sur leurs quatre côtés dans le nez du montant de grille par des vis taraudeuses. Elles comportent une isolation en laine de verre.
La spécificité des façades VEC tient à la présence d’angles rentrants qui comportent des vitrages isolants ou simples bombés, à courbure cylindrique. Cette technique non traditionnelle a fait l’objet d’une Atex favorable. Les vitrages isolants des parties vision sont également à couche de contre-solaire ; les vitrages simples des allèges, eux, trempés HST, avec une couche sélective. Virginie Pavie

N°347

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°347

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Dossier Spécial ATEx 2016

Dossier

Dossier Spécial ATEx 2016

Les Atex ont le vent en poupe. Les dossiers déposés sont de plus en plus nombreux et plus diversifiés. La reprise du secteur et l’accompagnement du CSTB en sont les principales raisons. Les projets les plus[…]

27/12/2016 | BoisActualité
Rénovation des bétons anciens

Dossier

Rénovation des bétons anciens

Quatre crèches à Paris Intra-Muros

Dossier

Quatre crèches à Paris Intra-Muros

Entre nord et sud : quatre collèges de province

Dossier

Entre nord et sud : quatre collèges de province

plus d’articles