Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

CLOISONNEMENT Des plaques Duo'Tech 25 reconfigurent une maison de retraite

Sujets relatifs :

CLOISONNEMENT Des plaques Duo'Tech 25 reconfigurent une maison de retraite

Cette restructuration s'accompagne d'une extension qui profitera au hall d'accueil et au restaurant.

Primée au concours de l'innovation de Batimat, la plaque de plâtre PlacoDuo'Tech 25 est au cœur de ce chantier de rénovation. Elle combine les avantages d'une faible épaisseur et d'une étonnante qualité acoustique.

Située à Montpellier, la clinique du Domaine Lavalette est un immeuble de trois étages qui, construit dans les années cinquante, avait subi une extension au début des années quatre-vingt.

Le bâtiment connaît aujourd'hui une rénovation totale afin de l'adapter à son nouveau programme de maison de retraite. Des bâtiments d'origine, seuls les façades, les planchers et les murs porteurs seront conservés, l'ensemble des cloisons et des plafonds existants étant démolis.

« Initialement, les cloisons séparatives entre les chambres et les couloirs étaient prévues en solution Placostil SAD (Séparative d'appartements à ossature double) de 120 et 140 mm », évoque Jean-François Carillo, dirigeant de SLPI, l'entreprise de pose. Un système assez lourd en terme de mise en œuvre qui nécessite le montage de plusieurs plaques de plâtre BA13 de part et d'autre de l'armature métallique. L'arrivée de la nouvelle plaque acoustique Duo'Tech 25 de Placoplatre est tombée à point nommé pour ce chantier relativement exigu en terme d'aménagement. Le concepteur, Philippe Arnihac (37) et Mathieu Maurice, architecte en charge des travaux, ont pu gagner quelques centimètres utiles pour faire rentrer les 65 chambres prévues dans le cahier des charges. Concrètement, toutes les cloisons ayant été basculées en cloisons de 98 mm, chaque séparatif leur ont permis de gagner de 22 à 42 mm ! Soit 2 cm par chambre qui se traduiront également par un peu plus de confort pour les futurs résidents.

Un système "trois couches"

La Placo Duo'Tech 25 est une plaque de plâtre de 25 mm d'épaisseur constituée de deux parements spécifiques qui prennent en sandwich un film acoustique visco-élastique. L'assemblage reconstitue à petite échelle le principe acoustique bien connu de masse/ressort/masse. Le film intercalaire joue ici le rôle ressort, dissipant une partie de l'énergie acoustique qui atteint le parement de la plaque. La micro-déformation par effet de cisaillement qui en résulte amortit les vibrations transmises. La fréquence critique de la plaque de plâtre, qui se situe entre 2 500 et 3 000 Hz est lissée, ce qui améliore très nettement l'indice d'affaiblissement acoustique avec un Ra = 53 dB avec isolant ou 47 dB sans isolant. Ces plaques sont ensuite montées traditionnellement sur une ossature constituée de nouveaux montants acoustiques Stil MSP de 48-50 mm (1). Les plaques sont vissées de part et d'autre de cette ossature à l'aide de vis TTPC de 35 mm maxi afin de garantir les performances acoustiques des cloisons (respectivement 57 et 53 dB avec les montants Stil MSP). Les câblages sont acheminés dans la structure remplie de 48 mm de laine minérale vers des socles et des boîtiers électriques de faible profondeur pour un encastrement qui limite au mieux les ponts phoniques.

Le montage, qui doit se faire dans un sens précis, à savoir le côté acoustique tourné sur l'extérieur, est facilité par la bicoloration de la plaque (couleur bleu phonique, blanche neutre) et un léger décalage en largeur de 5 mm maximum. En effet, la plaque à bord droit Placo BA 13 placée à l'arrière est légèrement moins large que la plaque Placo Phonique placée côté parement. L'intérêt ? Les bords amincis des plaques Placo Phonique sont ainsi toujours en contact, et le jointoiement se fait sans aucun problème. Pas moins de 1 500 m² de plaques de plâtre Placo Duo'Tech 25 ont ainsi été utilisées sur ce chantier. En complément, 400 m² de plafonds sur ossatures autoportantes Megastil d'une longueur de 6 m ont permis de reprendre l'ensemble des charges des plafonds suspendus du dernier niveau, la charpente métallique étant trop fine. Les travaux qui ont commencé au second trimestre 2009 s'achèveront en septembre 2010. Une longueur qui s'explique par le renforcement des fondations par micropieux, le rajout d'une extension sur 3 niveaux qui abritera l'accueil du rez-de-chaussée, et le renforcement structurel afin de ménager de larges ouvertures aux espaces communs (accueil, restaurant.).

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°297

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles