Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Cinov s’inquiète de certaines mesures prévues par la RE2020

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Cinov s’inquiète de certaines mesures prévues par la RE2020

La Fédération s’alarme, par voie de communiqué, du choix de la méthode de l’ACV dynamique et de l’abandon du bilan Bepos, découlant de la dernière phase de concertation sur la RE2020.

La nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs, prévue par la loi Elan, entrera en vigueur à partir de l’été 2021. En phase avec le principe de l’Expérimentation Energie-Carbone, qui consiste à favoriser la construction de bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone (E+C), la Fédération Cinov se réjouit de la prise en compte du carbone dans la RE 2020, du confort d’été ainsi que de la qualité de l’air intérieur (QAI). Elle salue par ailleurs la présence d’éléments qu’elle juge positifs dans cette nouvelle réglementation, parmi lesquels le principe de progressivité des seuils carbone (en cohérence avec l’évolution de la décarbonation de l’activité de construction et de ses produits, ainsi que de l’énergie), le souhait d’un accompagnement des filières et d’une acculturation progressive des acteurs à la RE 2020, et la préfiguration de labels qui permettraient de distinguer certaines opérations.

Des choix « discutables »

Malgré ces éléments positifs, Cinov regrette que certaines propositions qui ont recueilli un grand nombre d’avis défavorables lors de la phase de concertation aient été malgré tout maintenues. A contrario, d’autres éléments – dont les retours d’expériences sur la mise en œuvre de la RT 2012 – n’ont été que trop peu intégrés à la démarche RE 2020. La Fédération s’inquiète plus particulièrement du choix de la méthode de l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) dynamique, qui consiste à réaliser un bilan environnemental multicritère et multi-étape d’un système sur l’ensemble de son cycle de vie, tout en pondérant les émissions de gaz à effet de serre en fonction de l’année de l’émission. « L’imposition de cette méthode est difficilement compréhensible, et son intérêt discutable. Nous nous opposons, comme la majorité des acteurs concernés, à cette méthode dont nous considérons qu’elle manque de pédagogie, qu’elle est difficile à comprendre et qu’elle ne repose sur aucun fondement scientifique », souligne Damien Racle, président de Cinov Ingénierie. Cette méthode marque également une rupture avec la pratique E+C- susmentionnée, et présente une complexité additionnelle à la RT 2012 – déjà perçue comme particulièrement complexe par l’ensemble des acteurs. À l’ACV dynamique, Cinov aurait préféré l’adoption de la méthode de l’ACV statique complétée d’un indicateur sur le stockage carbone. Elle regrette également l’abandon du Bilan Bepos dans la nouvelle réglementation. La majorité des acteurs s’était pourtant prononcée pour le maintien de cet outil, qui permet d’évaluer le bilan énergétique global d’un bâtiment, et de valoriser les bâtiments Bepos, qui produisent davantage d’énergie (thermique ou électrique) qu’ils n’en consomment.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

L’IA au service des bâtiments Smart & Green

L’IA au service des bâtiments Smart & Green

La Smart Buildings Alliance publie son livre Blanc sur l’intelligence artificielle au service des bâtiments Smart & Green. L’occasion d’en savoir un peu plus… et, cas d’usages à l’appui, comprendre les bénéfices de...

S'informer sur le bois

S'informer sur le bois

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu

Des plans dans le désert

Des plans dans le désert