Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Entretien

"Cette crise sera l’occasion de repenser tous ses outils" Dominique Sutra del Galy

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Dominique Sutra del Galy, président de l'entreprise Sogeti Ingénierie (18 M€ de CA et 200 salariés) et ancien président du Cinov, nous fait part de son témoignage face à la gestion de crise. Pour ce dirigeant, nul doute, cela modifiera les méthodes de travail et encouragera le travail collaboratif.

Qu’en est-il de la situation aujourd’hui ?

L’élément majeur est la santé de nos salariés. Si une bonne partie de nos collaborateurs est actuellement en télétravail, certains continuent de se rendre dans les locaux (le service informatique, la comptabilité…) ; d’autres par contre ne travaillent pas ou peu (secrétariat par exemple). Les ingénieurs du BET poursuivent leurs études en télétravail. Les affaires courantes sont traitées. Nous estimons que nous avons encore une quinzaine de jours d’activité partielle devant nous, quelques semaines, tout au plus. Quant aux chantiers, 90% sont arrêtés. L’activité est réduite de façon très significative. Les 10% de chantier en activité sont des chantiers en fin de phase, des livraisons… ou quelques interventions ponctuelles pour certains projets comme l’hôpital de Caen. Une perte potentiellement importante de chiffre d’affaires, qui pourrait représenter plusieurs semaines. On parle d’une baisse de 10% du PIB en France !

Êtes-vous prêts pour la reprise des chantiers progressive ?

Certains maîtres d’ouvrage nous incitent à reprendre le travail. Ceci n’est possible que si nous sommes en mesure de garantir la sécurité de nos salariés, ce qui n’est pas chose simple pour nous BE ; vis-à-vis des entreprises du bâtiment nous ne sommes pas des experts en sécurité sanitaire. Avant de reprendre toute activité, nous devons être en mesure de reprendre tous ensembles de manière sereine et sécurisée - un chantier est le fruit de co-activités –,  le CSPS en organise les conditions. Nous sommes dans l’attente du guide des bonnes pratiques. Je reste cependant prudent : la tâche est complexe et devra être étudiée pour chaque typologie de chantier. Un chantier de canalisation avec une co-activité faible sera moins à risque qu’un chantier qui mobilise des centaines de personnes dans un bâtiment. L’exercice doit être cependant effectué pour envisager une reprise progressive et se mettre en ordre de marche.

Comment se passe l’activité en télétravail ?

Nous ne sommes pas encore complètement efficaces, la productivité reste encore faible. Plusieurs difficultés au télétravail : il est nécessaire d’une part que les collaborateurs soient « disponibles » et ne se sentent pas isolés, qu’ils aient les moyens techniques (réception internet, débit, ou problème de logiciels qui ne peuvent pas être externalisés, utilisation des licences flottantes à distance…). Les échanges sont indispensables et le nécessaire travail collaboratif n’est pas toujours évident. Nous vivons de façon subite et non préparée une situation comparable à ce que nous avons expérimenté dans notre démarche BIM.

Comment envisagez-vous la reprise ?

Le démarrage sera progressif après cet arrêt brusque, mais nous devons dès à présent envisager les conditions de la reprise, la préparation des chantiers, les études préalables... et les conditions de sécurité et d’hygiène nécessaires. Pourquoi ne pas avoir sur chantier un spécialiste missionné par le maître d’ouvrage pour gérer les coactivité ?

Pensez-vous que vous allez modifier vos façons de travailler ?

Nous avons déjà travaillé sur l’organisation des réunions de chantier par téléréunion à distance, sachant que chaque entité peut se rendre sur le site de façon individuelle, en sécurité, avec une tablette et transmettre les informations de suivi de chantier. Cela nous permet de réfléchir autrement : avons-nous réellement besoin de ces réunions de chantiers à 30 personnes autour de la table ? Comment adapter le télétravail à nos usages? Comment optimiser et utiliser davantage l’usage de plateformes collaboratives, les outils numériques dont le BIM ? Chez Sogeti, 60% des projets sont en BIM, mais nos clients ne sont pas toujours prêts. Une trop faible partie des maitres d’ouvrage avance sur le sujet.

Cette crise sera l’occasion de repenser tous ces outils et méthodes de travail, d’améliorer les processus et le travail collaboratif avec une gestion de l’information rationnelle. Le BTP doit réfléchir à l’industrialisation de ses méthodes de travail.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Gérer le débit d'air neuf intelligemment

Gérer le débit d'air neuf intelligemment

F2A, fabricant français de produits de ventilation et traitement de l’air vient de lancer e.VAV, un nouveau registre autonome et connecté à débit d’air variable qui gère le débit d’air neuf et contrôle la qualité de l’air...

04/12/2020 | Innovation
L’IA au service des bâtiments Smart & Green

L’IA au service des bâtiments Smart & Green

S'informer sur le bois

S'informer sur le bois

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu