Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Ces bâtiments qui jouent avec le vide

François Ploye

Sujets relatifs :

, ,

UN OBJET ARCHITECTURAL


Coûteux à mettre en œuvre, le porte-à-faux a des atouts objectifs comme une moindre emprise au sol, un gain en mètres carrés, une protection des espaces sous-jacents, etc. Il s'agit aussi d'un élément fort du langage architectural. Concernant le siège de GL Events (photo), les quatre niveaux de superstructure font partie d'un bloc parallélépipédique d'environ 53 m par 35 m à qui l'architecte a imprimé un angle de 86° par rapport au bloc du rez-de-chaussée. Conçu par l'architecte Dominique Coulon, le nouveau bâtiment du conservatoire de Belfort réalisé en béton coulé sur place, est ouvert au public depuis 2015. D'inspiration moderne, il est façonné en un ensemble de volumes en béton, décalés ou en porte-à-faux. En particulier son entrée principale est signifiée par un volume en porte-à-faux de 17 m.

Ces bâtiments qui jouent avec le vide

Porte-à-faux de la surélévation des Dock's, à Strasbourg.

© Heintz-Kehr

Si la technique est prisée des architectes pour gagner de la surface sans augmenter l'emprise au sol, elle demande des études amont parfois longues, un bon dimensionnement et une mise en œuvre assez lourde.

Signe d'une ambition architecturale, le porte-à-faux rompt l'aspect monolithique d'un bâtiment en lui apportant élan et légèreté. Tout en augmentant la surface habitable, il réduit l'emprise au sol du bâtiment et couvre de son ombre protectrice des halls d'entrée, des terrasses ou des bassins. Le Centre régional de la Méditerranée (Cerem), à Marseille a été conçu par l'architecte italien Stefano Boeri, avec un impressionnant porte-à-faux de 40 m habité de bureaux. Près de 3 500 tonnes d'acier et de béton surplombent un bassin carré de 60 m de côté rempli d'eau de mer. Deux années d'études furent nécessaires au BET parisien AR & C pour concevoir la structure et contrôler les vibrations dues au pas des occupants. Le porte-à-faux étant une avancée en hauteur, il est généralement vitré et orienté du côté le plus dégagé offrant la meilleure vue. Ainsi du nouveau Casino de La Seyne-sur-Seine, tout en strates horizontales, dont le porte-à-faux de quasi 20 m abrite la salle de jeux et donne par une large façade vitrée sur la rade de Toulon.

Le Cerem de Marseille est caractérisé par un impressionnant porte-à-faux de 40 mètres.

Associé à une surélévation

Il arrive aussi fréquemment qu'une surélévation soit prolongée par un porte-à-faux. Confiée au cabinet Heintz-Kehr, la restructuration lourde des Dock's (ex-entrepôt Seegmuller), à Strasbourg, comprend une surélévation de trois niveaux de logements. Sur le côté ouest, un porte-à-faux de 14 m de portée a été créé, avec, comme structure portante, six poutres treillis type Vierendeel de 32 m de long et 20 tonnes chacune. Un autre exemple récent est la restructuration réalisée par l'architecte bordelais Flint d'une des ailes de l'université de Paris-Est Créteil. Un étage supplémentaire a été ajouté avec un porte-à-faux de 8 m de portée. Dans ces deux exemples, le bâtiment initial est en béton et la surélévation est à ossature métallique pour des questions de légèreté.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°360

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Conception, du divin au dessin

Conception, du divin au dessin

Entre renouveau programmatique et invariants symboliques, la construction des lieux de culte doit toujours composer avec les particularismes liturgiques. En dépit d'une apparente désaffection de la société pour la[…]

16/11/2017 |
Entrer dans la lumière

Dossier

Entrer dans la lumière

Trame unique pour mixité programmatique

Trame unique pour mixité programmatique

Un code éthique pour le BIM

Un code éthique pour le BIM

Plus d'articles