Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Carrelages collés : encore plus de possibilités

Sujets relatifs :

Carrelages collés : encore plus de possibilités

NICOLAS JURASZEK,ingénieur spécialiste de l’enveloppe du bâtiment à la direction des Techniques et des méthodes de Socotec

Les aménagements relatifs aux textes réglementant la mise en œuvre des carrelages collés au sol autorisent, entre autres, de plus grands formats de carreaux.

La plupart des référentiels concernant les revêtements de sol collés ont connu une évolution importante avec la publication des nouvelles versions des Cahiers de prescriptions techniques (CPT) qui complètent le DTU 52.2. Ces évolutions portent, notamment, sur les formats et élancements autorisés. Nicolas Juraszek, ingénieur spécialiste de l’enveloppe du bâtiment à la direction des Techniques et des méthodes de Socotec, détaille les principales nouveautés.

De quels textes relèvent les carrelages collés ?

Le DTU 52.2, réglementant la pose collée de revêtements céramiques, ne traite que de sols faiblement sollicités dans le cadre de travaux neufs, locaux P2 et P3 du classement Upec (Cahier du Cstb n° 3509 : Revêtements de sol - Notice sur le classement Upec et classement Upec des locaux, novembre 2004).
Les éléments pris en compte, quels que soient les matériaux, ne peuvent excéder 3 600 cm 2 et un élancement (rapport entre la longueur et la largeur) de 3.
Pour les autres applications de carrelages collés, par exemple en rénovation de locaux à sollicitations modérées ou fortes (locaux P4 ou plus) tels que centres commerciaux ou halls de bâtiments soumis à un roulage lourd, des CPT édités par le Cstb servent de référentiels en complément du DTU. À savoir :
- en travaux neufs : • le CPT 3526 V4 pour les locaux P4 et P4S, • le CPT 3666 V2 pour la pose collée de carreaux grand format et de format oblong dans les locaux classés P3 au plus, - en rénovation : • le CPT 3530 V4 pour la pose collée dans les locaux P4 et P4S, • et le 3529 V4 pour les locaux classés P3 au plus.
Ce sont des CPT qui viennent d’être révisés.

Pourquoi ?

Principalement pour répondre à une demande de revêtements de sols de format ou d’élancement importants. Ainsi, le CPT 3666 pour les carreaux en céramique de grand format dans les locaux P3 au plus, autorisait la pose de carreaux d’une surface maximale de 10 000 cm 2 , mais limitait leur élancement à 3.
Cette version révisée permet l’emploi de carreaux oblongs, c’est-à-dire des carreaux dont l’élancement est compris entre 3 et 8 et de longueur limitée à 120 cm.
La pose à joints alignés avec un décalage maximal d’un tiers de la longueur des carreaux et/ou réduit à 3 mm, sera possible à condition que les carreaux soient certifiés Upec et qu’ils bénéficient de l’option « D », signifiant qu’ils respectent des tolérances dimensionnelles réduites.

Et concernant les CPT 3526 et 3530 pour les locaux P4 et plus ?

Si, dans cette nouvelle version des CPT 3526 et 3530, les surfaces de carreaux dans les locaux avec siphons de sol restent inchangées (400 cm 2 ), celle des locaux P4S est passée à 3 600 cm 2 (au lieu de 1 200 cm 2 ).
En revanche, les longueurs et les élancements autorisés diffèrent entre ces locaux. On peut, ainsi, poser des carreaux de 90 cm de longueur avec un élancement de 3 en P4, et de 60 cm avec un élancement de 2 en P4S. Réservées aux locaux P4, seules les pierres présentant une résistance à la flexion supérieure à 16 MPa étaient autorisées, leur surface ne pouvait excéder 2 200 cm 2 et l’élancement 1,5. Dans la nouvelle version des CPT, la résistance à la flexion est abaissée à 8 MPa, la longueur maximale peut varier de 50 à 90 cm selon cette résistance, et l’élancement passe de 1,5 à 4 suivant les configurations.
Dans tous les cas, les caractéristiques de la pierre doivent correspondre aux prescriptions de la norme NF B 10-601, en particulier pour leur résistance à l’usure qui doit être inférieure à 22 mm selon la norme NF EN 14 157. Par ailleurs, une tolérance de ± 0,5 mm sur l’épaisseur des dalles doit être spécifiée sur les bons de commande au fournisseur.

Les révisions ont-elles modifié la largeur des joints ?

Oui, elle passe de 4 mm à 2 mm en P4 et P4S, à condition que les carreaux soient certifiés Upec, qu’ils bénéficient de l’option « D » et que le mortier de jointoiement ne soit pas à base de résine réactive.

Ces modifications ont-elles des conséquences sur la certification Upec ?

Absolument, ce référentiel a été modifié parallèlement aux différents CPT, afin de tenir compte des évolutions de format. Cela était d’autant plus nécessaire que les carreaux en céramique doivent impérativement être certifiés Upec, lorsqu’ils sont employés dans le cadre de ces CPT modifiés.
Dans le cadre du DTU 52.2 ou du CPT 3529, la certification Upec n’est pas obligatoire.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°327

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Difficile de proposer une rénovation énergétique des bâtiments du patrimoine sans braquer des architectes. Raison pour laquelle le collectif Effinergie, soucieux des enjeux de rénovation liés au[…]

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Permis d'innover pour 8 lauréats

Permis d'innover pour 8 lauréats

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Plus d'articles