Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Bois : approche industrielle etenvironnementale

Sujets relatifs :

Bois : approche industrielle etenvironnementale

l’accord cadre bois-construction-environnement, a pour objectif de passer de 10 à 12,5 % de parts de marché du bois dans la construction, à l’horizon 2010. (Doc. Afcobois.)

Une image positive, des qualités environnementales, une forte industrialisation qui ouvre des perspectives. Trois arguments qui font du bois le matériau du xxie siècle.

Sil existe un matériau qui a le vent en poupe, il s’agit bien du bois. En structure, en construction individuelle, en bardage, le bois sous toutes ses formes semble porté par une vague, qui devrait le faire sortir de la relative discrétion dans laquelle il était cantonné. Au travers d’une palette de solutions, le bois en structure répond désormais à quasiment toutes les configurations de la construction : habitat individuel avec les maisons à ossature bois, collectif, tertiaire, entrepôts, cinémas multiplexes…

Plusieurs motifs expliquent cette évolution de l’offre. Schématiquement, le bois se trouve à la conjonction de différents phénomènes, qui le rendent très attractif aux yeux du prescripteur et lui ouvrent de nouvelles perspectives. En premier lieu, l’effet de mode. Dans le grand public ou chez les maîtres d’ouvrage (ou maîtres d’œuvre), ce matériau bénéficie d’un atout incontestable en terme d’image.

Seconde explication, l’aspect environnemental. Sur ce plan, le bois a des arguments à défendre et il s’inscrit dans la démarche haute qualité environnementale (HQE). Cela tient à ses qualités intrinsèques et extrinsèques qui viennent valoriser ladite démarche.

Produits de substitution aux CCA

Son caractère renouvelable est le premier d’entre eux, le second étant sa capacité à stocker le gaz carbonique. Ces deux paramètres ont une ­influence directe sur la problématique du changement climatique. De ce point de vue, le bois offre de nombreux avantages : stockage du carbone, faible consommation d’énergie pour sa transformation par rapport à ses performances mécaniques, recyclable ou réutilisé ou encore revalorisé en énergie. Sans oublier ses qualités extrinsèques, à savoir tout ce que le bois apporte au bâtiment en termes de performances énergétiques ou de réduction des nuisances que procure un chantier filière sèche, donc sans consommation d’eau, utilisant beaucoup la préfabrication (chantiers rapides avec peu de déchets).

On constate également une évolution importante, en termes d’environnement, du côté des produits de traitement et de finition. Les traitements préventifs des charpentes sont débarrassés des produits organochlorés persistants. De même, des produits de substitution aux CCA qui contenaient de l’arsenic ont été trouvés. À base de cuivre, ces nouveaux produits sont d’une toxicité plus faible. D’où une réduction des risques pour les professionnels utilisateurs et au niveau de la gestion des déchets. Observation identique pour les peintures ou les colles, des secteurs où les préoccupations environnementales et sanitaires sont aujourd’hui mieux prises en compte.

Troisième explication : l’industrialisation. Elle a pour origine l’arrivée, à la fin du siècle dernier, des machines de coupe à commande numérique. Ces dernières ­participent fortement à l’évolution de la filière bois, qui pourrait bien devenir une révolution, étant donné leur plus grande maîtrise de l’ingénierie. D’ailleurs celle-ci, via la robotisation, l’automatisation et l’informatisation, améliore considérablement les process de fabrication.

De grandes innovations dans les assemblages

D’où des capacités d’usinage plus précises et une baisse importante des coûts. Mais c’est dans les ­assemblages qu’il faut chercher les plus grandes innovations. Ainsi, le métallo-collé permet de cacher la pièce métallique de liaison dans la masse du bois, tout en renforçant le comportement mécanique. Ou encore l’assemblage à insert (goujon collé), qui laisse entrevoir de nouvelles perspectives à la charpente avec l’avènement de charpentes tubulaires avec assemblages par goujons collés. Toutefois, leur réaction au feu est encore mal connue. Complexes quant à leur comportement et au cheminement des efforts internes qu’ils subissent, ils sont actuellement étudiés – pour le feu et pour les séismes– par les experts du Cstb. De la même manière, la très grande précision de coupe des outils autorise le développement d’assemblages bois/bois avec de nouvelles formes en queue d’aronde.

Autre conséquence : le fort développement de la préfabrication dans tous les domaines (panneaux de toiture, de façade, caissons de plancher ou de charpente) qui s’exprime par la réalisation de véritables kits de charpente bois massif, à l’image des fermettes. Enfin, ce type d’outillage autorise la valorisation des bois reconstitués sous toutes leurs formes : lamellé collé, lamibois, BLR. Ces derniers ayant une qualité constante, adaptée à ce type d’outillage.

Dans tous les cas, la construction bois ne supporte pas la médiocrité dans la prescription, la fabrication et la mise en œuvre. Il revient donc aux maîtres d’ouvrage d’exiger des composants qualifiés (certification CTB structures, Acerbois-Glulam, etc.) et de s’assurer de la qualification des metteurs en œuvre et prescripteurs. Le meilleur moyen pour y parvenir est de s’appuyer sur des concepteurs, fabricants et metteurs en œuvre possédant de nombreuses références dans le domaine.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°243

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Amiante: un arrêté cadre le repérage avant travaux

Amiante: un arrêté cadre le repérage avant travaux

Entretien avec Claire Boutain, directrice technique de Qualiconsult Immobilier, autour du repérage des matériaux contenant de l'amiante avant travaux.  CTB - Dans quel cadre s'inscrit l'arrêté[…]

07/11/2019 |
L'UFME s'engage pour le développement de la lumière naturelle dans les bâtiments

L'UFME s'engage pour le développement de la lumière naturelle dans les bâtiments

Évolutions réglementaires des fluides frigorigènes dans les ERP

Évolutions réglementaires des fluides frigorigènes dans les ERP

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Plus d'articles