Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Sujets relatifs :

, ,
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Situés dans la cour du 4, rue Lobeau à Paris, ces 1 000 m2 de toits verts ont été réalisés à l'aide d'une membrane bicouche en bitume SBS élastomère de Siplast traité anti-racine.

© Siplast

Les deux grandes familles de membranes s'enrichissent de solutions cool roof et à faible impact environnemental, et voient progresser les offres dédiées aux toits verts et photovoltaïques.

Forts de leur ancienneté, les revêtements bitumineux continuent d'occuper une place importante, mais leur formulation a évolué avec le temps : elle fait désormais appel à des élastomères ou à des plastomères. La plupart des industriels ont intégré à leur gamme des solutions réfléchissantes, dites « cool roof » afin de réduire la température de surface et limiter ainsi le recours à la climatisation. « Sur une tôle d 'acier nervurée avec isolant de 6 cm, la solution Derbibrite NT permet d 'atténuer de 2 à 3 °C la température intérieure lors des pics de chaleur », indique José Otero, directeur technique de Derbigum France. Le procédé Sun-Activ de Siplast affiche de son côté une réflectivité solaire de 98 % grâce à une finition blanche acrylique et polyuréthane. D'autres procédés utilisent des surfaces minérales ou métalliques (Alpalu Reflect d'Axter, Soprastar de Soprema… ).

Essor des solutions autoadhésives

Encore peu nombreuses, des étanchéités plus respectueuses de l'environnement font également leur apparition, à l'instar du Mammouth Neo de Soprema, fabriqué à partir d'huile de colza et de polyuréthane thermoplastique, ou de la gamme NT de Derbigum dont le liant bitumineux provient à 25 % de déchets de pose et d'anciennes étanchéités de toiture recyclées. Les membranes standard se présentent en feuilles de 1 x 8 m, de 3 à 5 mm d'épaisseur minimale, renforcées d'une armature en verre et/ou polyester. Adaptées à tous types de support, elles existent en version bi ou monocouche. Les étanchéités bitumineuses sont privilégiées sur les toitures en béton et bacs acier et s'avèrent particulièrement compétitives dans l'habitat collectif, et de manière générale sur tous les ouvrages comportant force points singuliers ou émergences (ex : conduit de ventilation, désenfumage, édicule d'ascenseur… ). Dans un système bicouche, la première feuille est souvent autoadhésive, ce qui permet de la coller à froid sur le support. La seconde couche est quant à elle soudée à chaud au chalumeau. Les étanchéités peuvent être posées sous protection rapportée, elles sont le plus souvent autoprotégées par des granulés minéraux.


ALes membranes synthétiques Sika Sarnafil T, en alliage de polypropylènes modifiés (FPO), sont adaptées à la végétalisation[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°373

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Naissance de la plateforme digitale Beyond

Naissance de la plateforme digitale Beyond

IBM et Sixense ont signé un accord de 5 ans en vue de la conception, de la réalisation et du déploiement global de la plateforme digitale Beyond, dédiée à la construction et la gestion[…]

Exposition Vivre Bois

Exposition Vivre Bois

De Dietrich et Neutramiante mettent au point une solution pour valoriser les déchets d’amiante

De Dietrich et Neutramiante mettent au point une solution pour valoriser les déchets d’amiante

Qarnot obtient un Titre V Système pour son radiateur-ordinateur

Qarnot obtient un Titre V Système pour son radiateur-ordinateur

Plus d'articles