Dossier

BIM & Maquette numérique

Sujets relatifs :

An 2026. « Tu te souviens la 2D ? Les plans papier ? Oh là là ! Quand on y pense… On pourrait plus travailler comme ça. Tu sais que mon patron a même connu le temps du Rotring et de la gomme… » Un outil chasse l’autre, on gagne en qualité et, toujours, on accélère. La révolution de la maquette numérique et du process BIM s’inscrit dans cette longue tradition de l’invention qui change tout, sans changer les métiers. La maquette numérique est-elle utile ? Faut-il passer au BIM ? La question n’est déjà plus de savoir s’il le faut, elle est plutôt de décider quand . Car qui oserait nier leur pertinence à ces nouvelles approches se verra ostracisé comme le furent, il y a trente ans, ceux qui n’ont pas osé toucher à la souris. Peut-être même plus vite d’ailleurs. Mais l’objectif de ce copieux dossier élaboré par Les Cahiers techniques n’est pas de faire peur. Au contraire, il est là pour alerter sur les enjeux, éclairer sur la complexité, allécher avec la puissance de ces outils. Certes, la profusion de l’offre de logiciels alimentée par la bagarre commerciale des éditeurs brouille le discours. L’on pourrait croire que tout le monde fait du BIM (c’est faux) ou que personne n’en fait vraiment (c’est tout aussi faux). Or, le BIM est semblable à une philosophie qui s’enrichirait de différentes pensées et qui demande quelques repères pour en comprendre le B.A.BA : niveaux de BIM, bibliothèques d’objets ou partage de données. Sur ce dernier point notamment, la question de l’interopérabilité des logiciels métiers avec la maquette numérique est essentielle. Comment faire en sorte que cette dernière et les outils de calculs des ingénieurs travaillent en « bonne intelligence » ? Les problèmes liés aux types de fichiers, tels les .IFC, sont nombreux, mais les promesses grandes. Le but étant d’éviter à tout prix de ressaisir les données. Et, au bout de la chaîne, si la maîtrise d’ouvrage pousse à son usage, c’est qu’elle voit aussi dans la maquette numérique la possibilité d’améliorer grandement le poste majeur qu’est l’exploitation du bâtiment. Autre enjeu de taille, celui, juridique, que pose ce nouveau livrable qu’est une maquette numérique. L’avocat Xavier Pican s’est essayé à douze points d’encadrements de la pratique du BIM. Des pistes mises en perspective avec le témoignage d’acteurs de l’assurance et de l’expertise. Enfin, pour en revenir aux logiciels, la complexité peut aussi se nicher dans son choix. Thierry Nabères, de TNA. Architectes, a ainsi dû s’y prendre à deux fois pour trouver celui qui allait s’adapter à son équipe et à ses méthodes. Mais cela en valait la peine, et il suffit de parcourir les exemples de réalisations distillés dans ce dossier pour se convaincre du potentiel extraordinaire de ces nouveaux outils.

N°350

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°350

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Quatre gymnases municipaux en régions

Dossier

Quatre gymnases municipaux en régions

Les gymnases « nouvelle génération » offrent une grande diversité de réponses techniques et architecturales, notamment axées sur la recherche de performance énergétique et de[…]

23/02/2017 |
Rénovation énergétique du patrimoine

Dossier

Rénovation énergétique du patrimoine

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

Interview

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

plus d’articles