Evénement

Bâtir pour le climat : "la REP ajoute du sens à notre métier"

Mathieu Michel

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Bâtir pour le climat :

© Mathieu Michel

L'événement Bâtir pour le climat, organisé par Infopro Digital, constitue l'occasion pour tous les acteurs du BTP d'échanger autour des enjeux actuels et à venir, pour atteindre la neutralité carbone au plus rapidement.

L'événement Bâtir pour le Climat, organisé par le groupe Infopro Digital, se déroule ce jeudi 1er décembre 2022 à Paris, au Parc des Princes, pour échanger sur les enjeux du secteur et notamment autour de la récente RE2020 et la mise en place de la REP dès janvier 2023 qui bouleversent l’intégralité du secteur du bâtiment et les acteurs qui y prennent part, de près comme de loin. L’occasion de faire le point sur la façon dont se déroulera la reprise des déchets ; qui la financera, directement ou non.

Pour le secteur de la construction, la RE2020 sera progressive. Le premier seuil, en 2025, sera atteint aisément pour les logements collectifs, selon Nathan Leverrier, consultant à Carbone 4, qui parle d’un « seuil d’apprentissage. Les solutions techniques existent déjà pour atteindre le seuil 2025. C’est une autre paire de manches pour les maisons individuelles où de sérieux efforts seront à fournir. » Il ajoute que les acteurs devront s’appuyer sur les précieuses données que produisent les industriels.

La REP, démarrage progressif

Côté recyclage, la REP vise en partie à lutter contre les dépôts sauvages en obligeant les artisans à trier leurs déchets. Le président de la commission économique FDMC, Patrick Bourdon, souligne qu’il s’agit d’un sujet déjà actuel pour les parties prenantes « déjà engagées depuis 2017 dans la collecte des déchets. Mais cette nouvelle réglementation implique une forte évolution avec la reprise obligatoire sur site, au-delà de 4 000 m². » Il prévoit qu’au 1er janvier 2023, le dispositif ne sera pas pleinement effectif partout. « Même si on peut s’attendre à ce que tous les négociants aient déjà adhéré à un éco-organisme et que les industriels reversent une part au distributeur, comme demandé, il faudra que le reste de la chaîne suive. La facturation peut poser problème. Egalement, la récupération de déchets constitue un métier à part entière, surtout avec la complexité de produits mélangés, parfois très anciens. Pour être opérationnel, beaucoup de contraintes techniques se présentent : foncier, formation, sécurité et il n’y a pas toujours les autorisations locales de PLU pour ouvrir des déchetteries. »

L'éco-contribution et les points de récolte

Laurent Chameroy, directeur général et financier du Groupe de distribution Samse, a choisi « d’accueillir uniquement les déchets triés, donc gratuitement, pour inciter véritablement au tri. Dans nos magasins de bricolage, nous aménagerons sûrement sept bennes sur le parking mais on s’adaptera à chaque site, au cas par cas. Nous, distributeurs, jouons un rôle central : on reçoit les matériaux des fabricants, on commercialise aux clients qui nous les ramènent et on renvoie aux industriels. Nous devons aussi réfléchir à comment récolter les marchandises sur le chantier, en s’occupant de la livraison des matériaux et de la récupération en même temps. » Ainsi, le maillage des points de récolte jouera aussi un rôle clé. Dominique Mignon, présidente d’éco-maison, estime le maillage initial relativement conséquent et chiffre à 600 le nombre de centres de tri et de recyclage opérationnels. Elle observe toutefois la nécessité d’en faire plus, notamment concernant l’assimilation de la réglementation par les acteurs : « La répercussion des coûts sur le prochain acteur de la chaîne est plus simple pour le négoce et les artisans. Mais si le fabricant peut justifier qu’il sera en œuvre in fine pour les travaux publics, qui ne sont pas concernés par la contribution, il faudra la déduire d’une certaine façon. » Même son de cloche pour Laurent Chameroy : « Chaque acteur paie l’éco-contribution puis la reverse à un autre acteur, mais c’est le client final qui supportera le coût. Il pourrait y avoir une difficulté à identifier les flux sur la facture du fournisseur. Le jeu de conversion ne plaide pas pour la simplicité. » Il estime que l’affinage se fera au fil de l’eau : « Nous devons faire preuve d’imagination pour la partie collecte et apprendre en marchant durant les deux années charnières à venir. »

Nécessité de formation et pédagogie

Pour les distributeurs, le directeur du Samse pense que cette tâche « ajoute du sens à notre métier », malgré la crainte de détériorer les relations avec les clients moins ordonnés. Enfin, une attention particulière devra être portée sur l’aspect formation, à commencer par les exécutants : « Nous devons organiser nos réunions directement sur le chantier pour former les ouvriers, avance Christian Le Rouzic, de Geode environnement. Le turn-over important des équipes du bâtiment oblige la mise en place d’une pédagogie régulière. » Sans oublier de prendre en compte le temps destiné au tri, qui devra être intégré au temps de travail. Le secteur de la rénovation semble accuser un certain retard culturel : « Il y a encore trop peu de demande de rénovation, constate Thierry Fournier, directeur général adjoint de Saint-Gobain. Le particulier n’est pas sensibilisé à ce sujet et l’artisan fait actuellement face à soucis de trésorerie importants. »

Nous vous recommandons

Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Enquête

Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Dans cet épisode consacré aux liens d’intérêt des bureaux de contrôle, nous proposons une data visualisation des liens d’intérêt des bureaux de contrôle avec d’une part le monde des CEE, et d’autre part le monde des...

01/02/2023 |
Vers une meilleure traçabilité des déchets

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Enquête

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Un fonds vert pour les projets de transition écologique des collectivités

Un fonds vert pour les projets de transition écologique des collectivités

Plus d'articles