Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Bardage : parement courbe en modules de grandes dimensions

Sujets relatifs :

Bardage : parement courbe en modules de grandes dimensions

Dernier-né de la marque, ce bardage en dalles courbes apporte une réponse volumétrique en parement de façade. Il reste néammoins combinable avec les éléments plans de la gamme. Le choix esthétique se complète de différents aspects de surfaces et colorimétriques.

Le bardage Dalles courbes de Carea Façade est un procédé à lame d’air ventilé permettant la réalisation d’une isolation thermique par l’extérieur. Il est constitué de dalles munies de leurs inserts, d’éléments de linteaux et de tableau, d’agrafes d’accrochage, de segments de lisses aluminium horizontales et leurs fixations, et de profilés d’habillage.

Le bardage Acantha est constitué de dalles courbes en béton de résine polyester d’une épaisseur de 14 mm, composées à 88 % de ­charges minérales et à 12 % de résine. La surface de la dalle est protégée par un gel-coat de surface d’épaisseur 500 à 750 microns, en résine polyester isophtalique contenant des microbilles de verre.

Un calage des dalles à l’avancement

Ces dalles, que l’on peut recouper à la mesure, sont disponibles dans tous les formats jusqu’à une longueur maximum de 1 800 mm et une largeur maximum de 900 mm. D’un poids de 32 à 37 kg/m2, elles possèdent un rayon de courbure minimal de 2 m. Classées M2 pour leur résistance au feu, elles sont disponibles en plusieurs aspects, brillant, mat, satiné, lisse ou structuré en huit teintes monochromes et huit teintes porphyrées.

Sur leur face arrière, les dalles sont munies d’agrafes qui viennent ­s’accrocher sur un réseau horizontal de lisses en aluminium, fixées elles-mêmes à une ossature aluminium (110 x 63 mm en 2,5 mm d’épaisseur) solidarisée au gros œuvre. Une disposition classique de bardage qui permet d’installer une isolation thermique et une lame d’air entre la structure porteuse et le revêtement courbe. La pose s’effectue de bas en haut à l’avancement, par rangées horizontales successives, en veillant à maintenir un joint ouvert de 6 mm entre plaques. Chaque plaque est suspendue au rail supérieur par les agrafes supérieures et plaquée par ses agrafes inférieures enfourchée à mi-course sur le rail inférieur. Le glissement latéral des plaques est empêché par des cales de blocage en polypropylène. En rive basse, l’ouverture entre parement et support est protégée par un profil spécial perforé constituant une barrière antirongeurs. En partie haute, la dernière rangée est partiellement protégée par une bavette de garniture munie d’un larmier en tôle d’aluminium prélaquée. Un ­nettoyage périodique avec des produits savonneux suffit à l’entretien du revêtement qui peut être remplacé à l’unité avec un système de fixation particulier.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°240

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Enquête

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

L'usage courant d'un grand nombre de produits d'étanchéité pour toitures terrasses conduit aujourd'hui à leur intégration dans les règles de l'art. Sur le marché de[…]

11/12/2018 | ProduitInnovation
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Plus d'articles