Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

BALUSTRA Garde-corps en verre avec leds intégrées

Sujets relatifs :

BALUSTRA Garde-corps en verre avec leds intégrées

Des couleurs sombres et un habillage par panneaux de bois rendaient, à l’origine, ce hall d’accueil difficilement lisible.

Le Glassiled est un vitrage équipé de 60 leds/m2 sans câblage apparent. Fixé ici au garde-corps, il apporte transparence et animation au hall.

Le théâtre Claude Debussy de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) a fait l’objet d’une importante restructuration. Si l’enveloppe a été conservée, il était nécessaire de moderniser les aménagements intérieurs. Le hall d’accueil s’ouvrait sur l’ancien garde-corps en verre fumé, habillé d’un rebord en bois. Ce dernier marquait la limite avec le dessous de la salle de spectacles. L’ensemble était dominé par les couleurs sombres et des matériaux hétéroclites comme le bois et le carrelage. Afin de mettre en valeur l’espace, il était nécessaire de tout enlever ou presque. « Nous voulions jouer uniquement sur l’architecture intérieure du lieu », indique Nicolas Fritz, directeur général des services techniques de la Ville et architecte de formation. Il choisit de mettre en valeur la lumière naturelle et les matériaux, soit le béton, le bois et le verre. Le verre sera plebiscité pour remplacer l’ancien garde-corps. Le Glassiled, un balustra en verre, équipé de diodes électroluminescentes et mis au point par AGC Vertal Ile-de-France, est sélectionné. Le verre feuilleté trempé intègre 60 leds/m2 sans câblage apparent. Les leds sont alimentées à travers une couche conductrice invisible. Transparent le jour, le Glassiled renferme son propre éclairage la nuit.

Le chantier complet de réaménagement a commencé en juin 2008 et s’achève en octobre, pour le lancement de la nouvelle saison de spectacles.

Un délai qui a permis la fabrication des balustras, qui s’est déroulée entre juillet et août sur deux sites d’AGC, en France et en Belgique.

Plusieurs modules de balustras étaient nécessaires pour réaliser les deux garde-corps différents du chantier. Six modules de 1 366 mm de longueur et deux de 1 283 mm forment le premier garde-corps. Les différences de longueurs servent à épouser le coude de la dalle béton. De l’autre côté de l’escalier au même niveau, quatre volumes de 1 282 mm ont été mis en place. La fixation du balustra en verre feuilleté est soumise à un avis technique du Cstb qui concerne uniquement celui en verre feuilleté 10.10/4. Le verre de 6 mm d’épaisseur qui contient les leds a été assemblé en usine avec deux films en pvb (butyral de polyvinyle). Ce vitrage n’est pas pris dans la feuillure, car il est impossible de le percer sous peine de perdre la conductivité. Il a donc été décalé dans sa longueur de 18 cm. L’épaisseur totale des volumes représente donc environ 3 cm. Si les modules sont livrés prêt à monter avec les leds intégrées et le câblage nécessaire, la pose requiert des équipes habituées à manipuler des modules lourds (environ 100 kg chacun) et fragiles. La première étape a consisté à déposer les anciens garde-corps et à enlever l’ancien revêtement de sol pour travailler directement à partir de la dalle de béton. « Nous avons ainsi utilisé des fers plats 50 x 5 pointés et fixés à l’extrémité de la dalle de béton pour faciliter le calage des contreplaques en nez de dalle », indique Hubert Outteryck, conducteur de travaux chez Croixalmétal. La plupart de ces fers plats ont ensuite été enlevés. La disposition des perforations dans la contreplaque et la plaque est capitale, puisqu’elle doit correspondre avec celles du module de vitrage. L’avis technique précise ainsi que la contreplaque doit être percée de trous cylindro-coniques à 12,5 mm minimum du chant inférieur et selon des entraxes de 200 à 300 mm. La plaque qui va permettre la prise en feuillure doit également être percée de trous de 12 mm de diamètre, fraisés sur la face extérieure et implantés à 45 mm des chants supérieurs selon des entraxes de 200 à 300 mm disposés en quinconce par rapport au percement d’assemblages inférieurs. « Toutes ces perforations ont été réalisées au préalable en atelier sur une plaque d’acier de 12 mm d’épaisseur, haute de 28 cm pour la contreplaque et de 19,5 cm pour la plaque », explique le conducteur de travaux. Une fois mises en place, les contreplaques ont reçu au droit de chacun des percements une douille taraudée en acier inoxydable de 18 mm de diamètre extérieur. Une fois les aciers mis en place, la pose des balustras de verre s’est déroulée avec deux personnes de chaque côté. Auparavant, un joint en caoutchouc EPDM a été disposé pour isoler l’acier des vitrages. Le module de vitrage est ainsi pris en feuillure entre les deux plaques d’acier. L’ensemble est maintenu par serrage à l’aide de vis M12 à tête fraisée. Un manchon en nylon évite le contact entre les douilles métalliques et le vitrage.

L’ensemble a ensuite été habillé par un coffrage en acier inoxydable réalisé par Croixalmétal. Ce coffre sert également à dissimuler les transformateurs électriques nécessaires à l’alimentation des leds. Un électricien de la société Forclum a réalisé les raccords nécessaires. Le coffre est démontable pour la maintenance sur les transformateurs. Le balustra constitue quasiment une attraction en elle-même puisque les spectateurs cherchent dans sa transparence les câbles d’alimentation.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°287

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Centre d’exploitation géant pour le Grand Paris Express

Centre d’exploitation géant pour le Grand Paris Express

Souvent évoqué sous l’angle de ses infrastructures, le projet du Grand Paris Express comprend aussi des équipements annexes dont un gigantesque centre d’exploitation de 6 hectares en cours de construction[…]

03/10/2019 |
Palais patrimonial pour congrès modernes

Palais patrimonial pour congrès modernes

Nouvel élan pour l'aéroport d'Orly

Nouvel élan pour l'aéroport d'Orly

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Plus d'articles