Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Avec l’eurocode 8, la conception précède le calcul

Sujets relatifs :

Avec l’eurocode 8, la conception précède le calcul

L’ambition des eurocodes est de fournir un corps de règles cohérentes et homogènes pour assurer la fiabilité des constructions, tant vis-à-vis des différents matériaux que des différents types d’ouvrages. La « fiabilité » est un concept très général. Il recouvre divers aspects liés aux phénomènes et situations que l’on veut éviter. Les exigences de fiabilité qui s’y rapportent concernent (a) la sécurité structurale, (b) l’aptitude au service, (c) la tenue sous les influences de l’environnement, (d) la robustesse associée à des situations accidentelles, prévues ou non. Ce concept de « fiabilité » est détaillé dans six parties de l’eurocode 8 qui abordent la plupart des ouvrages : 1 – Règles générales et règles pour les bâtiments, 2 – Ponts, 3 – Bâtiments existants, 4 – Silos, réservoirs, canalisation, 5 – Fondations, soutènements et aspects géotechniques, 6 – Tours, mâts et cheminées. Notons que l’obligation de respecter la cohérence du corpus eurocodes entraîne celle d’utiliser, pour un projet, la totalité des autres eurocodes, en sus de l’eurocode 8. Le dimensionnement de toute construction comprend plusieurs étapes selon un processus souvent itératif, avec une phase initiale d’esquisse de conception architecturale et structurale. L’eurocode 8 fait de cette phase un préalable indispensable de la construction parasismique : de « tout se calcule », on passe à « tout se conçoit ». C’est une véritable révolution culturelle, un vrai défi, que les architectes et les ingénieurs doivent relever ensemble.

Ces objectifs s’expriment au travers d’exigences de comportement, associées au niveau d’action sismique défini par sa période de retour :

– une exigence de non-effondrement pour laquelle la structure doit être conçue et construite pour résister, sans effondrement local ou général, pour le séisme de référence (période de retour de 475 ans). Après séisme, la structure doit en outre conserver une capacité de résistance résiduelle notable, notamment vis-à-vis des charges permanentes. Elle devra également être capable de résister à une réplique sans effondrement.

– Une exigence de limitation des dommages pour laquelle la structure doit être conçue et construite pour résister à des actions sismiques présentant une probabilité (période de retour de 95 ans) de se produire plus importante (occurrence plus grande) que les actions sismiques de référence. La période de retour d’un événement (séisme) ne conditionne pas sa fréquence réelle d’occurrence. Dans cette situation, la structure ne doit pas subir de dommages dont le coût de réparation serait disproportionné par rapport à celui de la structure.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

La RE2020 impulse de nouvelles solutions

La RE2020 impulse de nouvelles solutions

En vue de l'application de la RE2020, le secteur doit repenser ses pratiques. Le retour d'expérience des chantiers E+C- illustre les axes prioritaires d'innovation : méthodologie, choix des matériaux et modes constructifs.L'arrivée...

02/09/2021 | ActualitéRE2020
Le hors-site gagne du terrain

Le hors-site gagne du terrain

Domaine d'Adèle, Villeneuve-Saint-Georges (94)

Domaine d'Adèle, Villeneuve-Saint-Georges (94)

Vers une nouvelle ère constructive

Vers une nouvelle ère constructive