Avec Ecoscale, le CSTB mesure la circularité des produits

Mathieu Michel

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec Ecoscale, le CSTB mesure la circularité des produits

© CSTB

Sur le modèle du Nutriscore, le Centre scientifique et technique du bâtiment lance un indicateur pour jauger la circularité d'un produit ou équipement. L'institution attribue une lettre (de A à E) par catégories – matières recyclées & renouvelables ; démontabilité ; réemployabilité ; recyclabilité – pour plus de transparence et de simplicité pour le client.

Le centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) lance l'indicateur Ecoscale pour mesurer la circularité des produits du bâtiment. Un indicateur simple à interpréter qui attribue une lettre de A (pour le plus haut niveau) à E pour chacune des 4 catégories : matières recyclées & renouvelables ; démontabilité ; réemployabilité ; recyclabilité. « Le choix des indicateurs résulte d’un échange avec un comité de suivi constitué d’une trentaine d’industriels, maîtres d’ouvrage, bureaux d’études, assureurs ou encore chercheurs, explique Sylvain Laurenceau, directeur opérationnel Economie et Ressources au CSTB. Les 4 catégories regroupent 17 critères au total. Si des demandes complémentaires se font fortes, il n’est pas exclu qu’on affine davantage l'indicateur en ajoutant de nouveaux critères. » Ceux-ci évaluent les performances techniques durables dans le temps du produit, sa simplicité de réemploi, la faculté à détacher ses composants ou encore les effets sanitaires des substances qu’il contient. Ecoscale oblige ainsi à penser son produit à long-terme : « Si la réglementation évolue, attention aux substances qu’on utilise aujourd’hui et qui pourraient être interdites demain », prévient-il.

Limiter le greenwashing

« Notre rôle de tierce partie limite le risque de greenwashing », juge Sylvain Laurenceau. L’étiquette Ecoscale placée sur le produit contient un QR Code qui renvoie vers la base de données qui référence l’ensemble des produits. Ouverte depuis début avril, elle recense actuellement 300 produits-types relatifs au revêtement, à la menuiserie, au bardage et à l'isolation. 200 autres produits attendent une validation et d'autres suivront afin de couvrir un maximum de domaines du bâtiment. Une démarche laissée au bon vouloir de chaque fabricant. Pour être évalué, un produit doit avoir une fiche FDES ou PEP et faire l’objet d’un classement de performances obtenu à l’issue d’une évaluation. Ensuite, « on évalue au terme d’échanges avec des experts et en s’appuyant sur une recherche scientifique internationale, poursuit Sylvain Laurenceau. Ecoscale constitue l’aboutissement d’une partie de la recherche du CSTB autour de l'économie circulaire. » La demande initiale émane des acteurs industriels comme des bureaux d’études et maitres d’ouvrages. « Ceux qui sont en mouvement veulent changer les choses, affirme ce représentant du CSTB. Les maitres d’ouvrage qui ont de grosses ambitions constatent un manque d’informations et de transparence. Ecoscale répond ainsi à ce besoin. »

Nous vous recommandons

« Bien prescrire les bétons » revient pour une saison 2

« Bien prescrire les bétons » revient pour une saison 2

La délégation Grand Ouest de l’AFGC, le SNBPE et CimBéton annoncent leur saison 2 de « Bien prescrire les bétons », centrée notamment autour de la norme NF EN 206+A2/CN et les changements qu’elle impose dans ses recommandations....

26/05/2023 | Béton
Le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière devient France Ciment

Le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière devient France Ciment

Nomination :  Jean Vidal devient président du directoire  de l’entreprise Charier

Nomination

Nomination : Jean Vidal devient président du directoire de l’entreprise Charier

Rénovation des écoles : « Les bureaux d’étude donnent des réponses opérationnelles aux décideurs »

Rénovation des écoles : « Les bureaux d’étude donnent des réponses opérationnelles aux décideurs »

Plus d'articles