Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Automatismes : vers une approche domotique du confort

Sujets relatifs :

Automatismes : vers une approche domotique du confort

Le design fait une entrée remarquée dans la conception des systèmes de motorisation. (Doc. Somfy France.)

© (Doc. Faac.)

De plus en plus intégrables dans une gestion globalisée, les automatismes possèdent désormais une ergonomie qui facilite la commande et la programmation de chacune des fonctions d’un logement.

Aujourd’hui, l’habitant veut pouvoir intervenir sur son ambiance thermique et lumineuse, contrôler l’accès de son logement, assurer sa protection contre l’effraction et de ce fait commander et programmer individuellement ou en groupe, sur place ou à distance, le fonctionnement d’un certain nombre de composants (volets roulants, stores, éclairage, portail, garage, appareils de chauffage, climatisation…). Les fabricants proposent une palette de systèmes – généralement modulaires – permettant de répondre à tout ou partie des attentes. Proposés depuis quelques années, les ensembles simples, avec une télécommande filaire ou radio commandant un ou plusieurs stores ou volets roulants, se sont banalisés. Les commandes par liaisons filaires encore en cours dans le neuf, laissent place dans l’existant (et maintenant dans le neuf) aux commandes radio autour de la bande passante de 433 MHz ou mieux encore de 868 MHz plus fiable pour éviter les interférences entre commandes ou les équipements hi-fi.

Des systèmes modulaires pour une évolution par étapes

Avec un système filaire, chaque composant est piloté individuellement à partir d’un interrupteur selon le principe « une touche – une fonction ». La liaison par ligne Bus y ajoute une commande générale qui permet la manœuvre de tout ou partie des composants, à partir d’un seul interrupteur. La télécommande radio RTS, centralisée dans un seul boîtier, assure les mêmes fonctions que le système filaire mais évite les tranchées dans les murs pour le passage des fils. Elle intègre, si nécessaire, une horloge de programmation. En matière de confort dans l’habitat ancien, un effort particulier est fait pour élever le niveau. En rénovation de stores ou volets roulants actionnés manuellement, les fabricants proposent des motorisations tubulaires – avec récepteur radio intégré – qui s’insèrent facilement dans les axes d’enroulement, sans obliger le changement des fermetures. Aujourd’hui, tous les automatismes proposés possèdent les éléments de sécurité indispensables : arrêt sur obstacle, non-réversibilité, switchs de fins de course, déblocage et manœuvre manuelle en cas de coupure du secteur… À partir de cette transformation non-destructive, tout système de radiocommande compatible avec ces composants est réalisable. Spécialement pour l’amélioration d’une installation filaire existante sans dommage pour les cloisons. En remplaçant uniquement les interrupteurs existants par des commandes dotées d’un récepteur radio, il est possible d’obtenir un résultat identique à celui d’un réseau radio RTS.

Des motorisations « design »

Même à l’extérieur de la maison, le confort est recherché. Tous les types de portails ou portes de garages, même existants, peuvent être équipés d’une motorisation. Chaque accédant autorisé possède une télécommande qui déclenche l’ouverture totale, ou partielle pour un passage piétonnier (un seul vantail du portail), temporise la fermeture et allume un éclairage autant sécuritaire qu’utile.

Les motorisations sont maintenant carénées « design » pour se fondre dans le style et la couleur du portail. D’un volume moins imposant, les motorisations de portes de garage se placent plutôt en haut du tablier afin d’éviter les installations en plafond. Là encore, toutes les sécurités sont mises en place : débrayage manuel, arrêt sur obstacle…

Un revers à la médaille du confort : le risque que l’utilisateur soit perturbé par la détention de plusieurs télécommandes. La tendance actuelle est de piloter les différents composants d’un logement à partir d’une même télécommande, via une centrale de « gestion du confort ». Les automatismes dotés de récepteurs sont programmables à l’aide de ces radiocommandes et/ou par une horloge, des capteurs de température, luminosité, vent, pluie… La programmation « basique » est hebdomadaire selon quelques modes de fonctionnement préprogrammés. Avec un budget plus important dans une résidence neuve, principale ou secondaire où la programmation du confort est très variable selon les modes d’occupation des lieux, il est préférable d’installer un système « conversationnel » piloté par un tableau déporté, ou à distance par téléphone ou via Internet.

De plus, ces systèmes permettent des renvois d’alarmes ou d’informations sur l’état des installations. L’ensemble contient des composants assurant les mêmes fonctions que celles d’une solution basique, mais tout est programmable – programmation horaire, journalière ou hebdomadaire… – généralement sur deux modes : jour-nuit, présence ou absence… Les fabricants d’automatismes de stores et volets roulants (Stark, Somfy, Nice, Jolly Motor International…) proposent des systèmes de programmation compacts adaptés à leurs composants qui, raccordés à des détecteurs et des capteurs extérieurs, tiennent compte de la température extérieure, de l’ensoleillement, du vent ou de la pluie. Sécurité oblige, il est possible de programmer des ouvertures et fermetures de volets en période d’absence afin de laisser penser que le logement est habité et décourager les cambrioleurs. La programmation à partir d’un PC équipé d’un logiciel de gestion, les instructions sont ensuite transmises par courant porteur, fil pilote, commande radio ou infrarouge.

La domotique pour une gestion globale des logements

La réglementation thermique prenant en compte tous les apports de chaleur dans le calcul du coût de la consommation d’énergie, la solution optimale consiste à mettre en œuvre un système global. Généralement mis au point par les fabricants d’appareillages électriques, il gère tous les composants du confort, le premier étant naturellement le chauffage ou la climatisation. La domotisation du logement devrait s’accélérer d’autant plus que les protocoles de communication type BacNet sont en cours de normalisation européenne.

Exemple significatif, le système In One de Legrand propose de « domotiser » le logement. Bien sûr, il permet avec quelques gestes simples de programmer tous les équipements électriques du logement – composants du chauffage, stores et fermetures, ventilation… – et de les commander sur le site ou à distance, en groupe ou individuellement. Plus intéressant, il crée un petit réseau VDI (voix – données – images) et permet d’accéder indifféremment à la télévision, au téléphone ou à Internet dans toutes les pièces du logement. Dans l’avenir, les fabricants de stores et de fermetures devront se pencher sur un élargissement des capacités fonctionnelles des systèmes d’automation qu’ils proposent. Sans oublier les différents types de contrôle d’accès électronique.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°247

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Grès cérame (1/2) - Le XXL repousse les limites de l'agencement

Enquête

Grès cérame (1/2) - Le XXL repousse les limites de l'agencement

L'aménagement intérieur trouve de nouvelles opportunités avec les carrelages très grand format pour sols et murs, mais aussi pour le placage de mobilier, de plans de travail ou encore de vasque. Le marché[…]

20/05/2019 | Produit
Grès cérame (2/2) - 50 nuances de grès

Enquête

Grès cérame (2/2) - 50 nuances de grès

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Enquête

Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Plus d'articles