Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Automatismes et protocoles améliorent le confort

Sujets relatifs :

Automatismes et protocoles améliorent le confort

Le portail en aluminium Galaxie Line présente des montants centraux aux formes originales. Hall 1 - stand U54

Les fabricants proposent une palette de systèmes permettant de répondre aux attentes de l’utilisateur : piloter en parallèle son ambiance thermique et lumineuse, contrôler l’accès de son logement et ­assurer une protection contre l’effraction.

Proposés depuis quelques années, les automatismes simples comportant une télé­commande filaire ou radio, commandant un ou plusieurs stores (ou volets roulants) se sont banalisés. Les commandes par liaisons filaires sont progressivement remplacées par des commandes radio (bande passante de 433 MHz ou 868 MH), cette dernière plus fiable évitant les interférences entre commandes et les équipements hi-fi. Les liaisons par bus ajoutent au système filaire la possibilité d’installer une commande générale assurant la manœuvre de tout ou partie des composants à partir d’un seul interrupteur. Mais lorsque le câblage n’existe pas, la télécommande radio RTS centralisée dans un seul boîtier assure les mêmes fonctions que le système filaire. Elle évite néanmoins les tranchées dans les murs pour le passage des fils. Elle intègre, si ­nécessaire, une horloge de programmation.

En rénovation de stores ou de volets roulants actionnés manuellement, les fabricants proposent des motorisations tubulaires avec récepteur radio intégré qui s’insèrent facilement dans les axes d’enroulement sans obliger au changement des ­fermetures. Des progrès sensibles ont également été réalisés en terme de sécurité. Tous les automatismes possèdent désormais des systèmes d’arrêt sur obstacle, des switchs de fins de course, un déblocage et manœuvre manuelle en cas de coupure du secteur… En remplaçant uniquement les interrupteurs existants par des commandes dotées d’un récepteur radio, il est possible d’obtenir un résultat identique à ­celui d’un réseau radio RTS.

Une télécommande pour plusieurs composants

L’amélioration du confort par la motorisation touche également les portails et les portes de garage. À partir d’une télécommande, il devient très facile de déclencher l’ouverture totale ou partielle d’un passage piétonnier, de temporiser la fermeture de l’équipement, et de mettre en route l’allumage de l’éclairage de la zone. Les motorisations, par leur miniaturisation, s’intègrent progressivement au portail (lignes mais aussi coloris). Plus discrètes, ces motorisations qui intègrent de nombreuses fonctions de sécurité embarquée (arrêt sur obstacle, débrayage manuel…) sont positionnées en partie haute du tablier. La tendance est à la simplification des commandes. Là où chaque élément était pilotable par sa propre télécommande, le pilotage de différents composants d’un logement s’effectue désormais à partir d’une même télécommande via une centrale. Les automatismes dotés de récepteur sont programmables à l’aide de ces radiocommandes et/ou par une horloge, des capteurs de température, luminosité, vent, pluie… La programmation « basique », hebdomadaire et calée sur des modes de fonctionnement préprogrammés, s’ouvre au système « conversationnel » piloté par un tableau déporté, ou à distance par téléphone ou par Internet. De surcroît, ces systèmes plus sophistiqués permettent des renvois d’alarmes ou d’informations sur l’état des installations. Assurant les mêmes fonctions que celles d’une solution basique, ils assurent une programmation horaire, journalière ou hebdomadaire… selon des modes « jour-nuit », « présence ou absence »… Tous les fabricants d’automatismes de stores et volets roulants (Jolly Motor International, Nice, Somfy…) proposent des systèmes de programmation compacts adaptés à leurs composants qui, raccordés à des détecteurs et des capteurs extérieurs, tiennent compte de la température extérieure, de l’ensoleillement, du vent ou de la pluie. Ces équipements qui participent à une gestion climatique des apports naturels se généralisent. D’autant qu’en cas d’absence de l’occupant, ils participent automatiquement à l’animation des façades de la construction, laissant penser que le logement est habité. La programmation s’effectue à partir d’un PC équipé d’un logiciel de gestion, les instructions étant ensuite transmises par courant porteur, fil pilote, commande radio ou infrarouge.

La domotique, pour une gestion globale des logements

La réglementation thermique prenant en compte tous les apports de chaleur dans le calcul du coût de la consommation d’énergie, la solution optimale consiste à mettre en œuvre un système global – généralement mis au point par les fabricants d’appareillages électriques – gérant tous les composants du confort, le premier étant naturellement le chauffage ou la climatisation. La ­domotisation du logement s’accélère proportionnellement à l’apparition de produits communicants via des protocoles simples.

La nouveauté actuelle concerne le regroupement de fabricants autour de protocoles de bus de terrain fermé destinés à la maison individuelle. Ainsi Honneywell, Hörmann, Somfy, Assa Abloy (Vachette), ­Velux… ont développé le protocole eHome (gamme Doméo) qui possède un énorme avantage en terme d’installation : sa simplicité. L’installateur n’a pas de configuration à faire pour adresser les produits, ni leur fonction. Pour l’utilisateur, eHome repose sur des scénarios qu’il crée très simplement à l’aide d’un système dédié. Seize scénarios qui prennent en compte un ensemble de fonctions différentes – je pars en week-end, je pars en vacances, je me couche… – sont possibles. Ensuite, les connections s’effectuant par courant porteur, il n’y a pas d’installation spécifique à faire. Le rajout à tout moment d’un nouveau matériel est bien entendu possible. Une fois programmé, il s’intégrera de lui-même dans le ou les scénarios qui le concernent. Actuellement, d’autres fabricants sont en train de s’ajouter à la liste afin de compléter les fonctions nécessaires.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°265

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles