Au Royaume-Uni, 200 petites reines dans un cylindre

Sujets relatifs :

PHOTO - 896408.BR.jpg

Le garage à vélos automatisé Eco Cycle débarque au Royaume-Uni. La bicyclette y est rangée par un automate dans des racks répartis dans un cylindre pour un gain notable de place dans l’espace urbain, voire l’intégration à un bâtiment de bureau. « Ce concept a été développé au Japon il y a une quinzaine d’années, explique Nick Night, directeur commercial d’Eco Cycle. L’objectif principal était de ne plus voir les vélos dans l’espace public. » Motivation toute japonaise, remplacée au pays de Sa Majesté par celui de la sécurité. Casque, éclairage amovible, sacoches, le tout peut rester sur le vélo lors de son stockage. Pas de risque de vol. L’utilisateur, est équipé d’une carte d’identification et son vélo d’une puce. Au moment de récupérer son bien, il lui faudra attendre treize secondes en moyenne pour le voir ressortir de l’antre et pouvoir l’enfourcher.
La mise en œuvre de ce cylindre de 8,15 m de diamètre et de 11,6 m de hauteur pour sa version la plus grande, capable d’engloutir 204 vélos, peut se faire en hauteur comme en profondeur. Dans le cas d’une construction en sous-sol, Nick Knight évoque un ratio entre l’emprise urbaine du système (8 m2) et le nombre de vélos stockés de 25,5 unités/m2. Ratio qui chute lorsque c’est la tour qui est choisie à 4 vélos/m2. Mais qui reste bien supérieur aux classiques solutions tubulaires (0,94 vélo/m2) ou Vélib (0,67 vélo/m2). Cette faible emprise peut être un argument fort intéressant dans les grandes villes, même s’il faut pouvoir creuser à plus de 11 mètres de profondeur. Pas sûr que cela puisse s’appliquer au gruyère parisien…
Mais ce n’est pas la seule perspective de cette solution. « Le recours au vélo peut aussi être une piste pour les constructeurs de bâtiments tertiaires à label écologique, offrant aux cyclistes la certitude d’un stationnement disponible à leur arrivée », souligne Nick Knight. Tout utilisateur d’un Vélib qui aura perdu une demi-heure à chercher une place, alors qu’une réunion vient de commencer sans lui, comprendra l’intérêt de la solution. Eco Cycle estime que l’intégration d’une solution de parking pour bicyclette coûte à un aménageur de 3 700 à 12 000 €/place et situe le coût de sa solution dans la partie basse de cette fourchette.
Un partenariat avec un ascensoriste londonien, Apex Lifts, permet à Eco Cycle d’assurer, non seulement, entretien et maintenance du système mais aussi une solution clés en main comprenant gros œuvre, installation technique et exploitation. Et quand on évoque l’intérêt du concept pour la sécurité des vélos électriques dont les batteries sont si coûteuses, Nick Knight avance que « la prochaine étape du développement consisterait à pouvoir les recharger de façon automatique en utilisant un système sans contact. » L’histoire ne dit pas si les Japonais y ont déjà pensé.

N°350

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°350

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

BIM in the USA

BIM in the USA

La digitalisation de la construction semble acquise aux États-Unis. Mais le pays de l'Oncle Sam est-il pour autant en avance sur la France ? Petit tour de l'actualité numérique à Boston pour s'en rendre[…]

BFUP : La guerre des bétons ?

BFUP : La guerre des bétons ?

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

Plus d'articles