Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Attention, maisons vivantes !

Sujets relatifs :

Attention, maisons vivantes !

Véronique Willemin, architecte Dplg, auteur de nombreux ouvrages dont Maisons mobiles (1) et Maisons vivantes (à paraître).

© (Doc. DR.)

En France, l’innovation architecturale semble aujourd’hui réservée aux réalisations monumentales, réalisations publiques, mais ne trouve que de très rares – et coûteuses – applications dans le domaine de l’habitat individuel.

Tout d’abord, les décideurs français connaissent mal les avantages et les enjeux des nouvelles techniques environnementales dans la construction. Les promoteurs ne veulent surtout pas prendre le risque d’innover, de peur de ne pas vendre, surtout si cela coûte plus cher et si ce n’est pas du goût de leurs clients. Si on ajoute à cela les blocages administratifs, les négociations avec le maître d’ouvrage (particulier ou promoteur), la diplomatie et la ténacité qu’il faut entretenir sur le long chemin qui mène de l’élaboration du projet à sa construction finale, on comprend mieux cet appauvrissement de la création…

L’innovation et les idées prospectives n’ont jamais été aimées par les services techniques des communes qui sont en charge d’instruire les dossiers des permis de construire. Créé en 1967, par la loi d’orientation foncière, le POS (plan d’occupation des sols) a affirmé le rôle de la commune, ce qui s’est traduit par un accroissement des pouvoirs des élus locaux, dans le noble cadre de ce qui fut nommé l’« élaboration conjointe des documents d’urbanisme ».

Mais face au morcellement du territoire français en une gigantesque mosaïque de communes de petites tailles, face aux stratégies des puissances économiques, le rôle et le pouvoir réel des communes apparaissent aujourd’hui singulièrement complexes et limités par le contenu même des textes. À chaque commune, son « POS personnel » (aujourd’hui PLU : plan local d’urbanisme), ses dispositions et prescriptions particulières, ses limitations et ses interdictions.Décentralisation ? Allégement ? Ou encore paradoxe ?

Décrets, textes juridiques, documents administratifs, nombreuses circulaires, notes techniques du ministère de l’Équipement s’adressent au « praticien de la construction », pour lui « présenter les différents aspects méthodologiques pour l’élaboration de son projet ».

Manque d’information du grand public, pauvreté de l’éveil à l’architecture dans le cadre scolaire, manque de références des décideurs, multiplicité et complexité des règlements administratifs, disparition du savoir-faire des artisans du bâtiment, dictature des promoteurs, concentration et monopolisation des fabricants de matériaux, mainmise des gros industriels sur l’innovation, et sans doute une certaine « mélancolie » des architectes : le déphasage s’accroît entre le pouvoir juridique, le poids économique et la prospective architecturale…

« Contrairement à des projets du passé, selon l’écrivain Michel ­Ragon, les utopies présentes sont toutes immédiatement réalisables. Seule notre société bloquée empêche leur réalisation. Perspectives à la fois enthousiasmantes et terrifiantes… »

Longtemps, les pionniers de la prospective architecturale ont travaillé isolés, sans communiquer. Or, depuis quelques années il existe un courant international fort pour la recherche de nouvelles formes, de nouvelles extensions, de nouveaux procédés en symbiose avec la Nature (Japon, Etats-Unis, Inde, ­Angleterre, Pays-Bas, Allemagne, Suisse…). Les signes de mutation d’une architecture vivante sont émergeants. Trop longtemps oublié, l’homme réinvestit son espace de vie.

Certains architectes se sont retranchés de la pratique, pour se consacrer à l’architecture rêvée (dessins, maquettes, mais pas de constructions), d’autres cherchent dans des prototypes la note juste, le la de l’architecture vivante.

Dans l’état de survie, d’urgence qui est le nôtre, toutes les propositions, toutes les tentatives sont à prendre en considération, car à force de vouloir étouffer, brider nos maisons, elles vont vivre d’elles-mêmes, sans aucun contrôle…

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°261

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Entretien avec Joël Latour, référent technique national maçonnerie et second œuvre chez Qualiconsult, à propos de l'aspect réglementaire des acrotères. CTB Pour quelles raisons avoir[…]

10/07/2019 |
BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Plus d'articles