Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

Carol Maillard

Sujets relatifs :

, ,

Lieu

Issy-les-Moulineaux

Maîtrise d'ouvrage

Sefri-Cime AMO HQE Breeam Egis Conseil

Investisseur

Axa Investment Managers

Maîtrise d'oeuvre

Loci Anima, Françoise Raynaud, architecte (mandataire) et Arte Charpentier (architecte cotraitant), Studio Jean-Philippe Nuel, [architecte d'intérieur] et Artelia Bâtiments et Industrie (exécution).

Bureaux d'études

Terrell (structure), Egis Concept-Elioth (façade), Egis bâtiments (fluides), Burgeap (hydrologie), CEE Conseil Économique Engineering (économiste), Avel Acoustique (acoustique), CSD-Faces (conseil en sécurité), Tup Thebaud (paysagiste), Axyal (restauration collective).

Entreprises

Spie Batignolles SCGPM (gros œuvre, décoration, synthèse, OPC), Sedib, France Solo, SPR et DBS/ aménagement intérieur (cloisons, sols), Ouest Alu [façade], Spie Fondations (fondations), Balas (plomberie, sanitaire), Lefort Francheteau (génie climatique), Cotrasol (puits géothermie), Spie Batignolles Énergie (génie climatique), Koné (ascenseurs), MRG (cuisiniste)

Coût des travaux TCE

70 M € HT environ

 

DEUX PRODUITS SPÉCIFIQUES

 

Vérin CLP-1602 d'Enerpac
Bien adapté au projet, ce vérin extra-plat a été inséré aisément en tête des poteaux provisoires en béton de certains porte-à-faux de façade. D'une capacité de 160 tonnes, il est doté d'un écrou de sécurité permettant un verrouillage mécanique de la charge.

Poutres reconstituées soudées d'ArcelorMittal
Deux des porte-à-faux créés ont nécessité la pose et la fabrication sur mesure de plusieurs grandes Poutres reconstituées soudées qui, mesurant 40 cm de haut et 1,10 m de large, permettent de reprendre des charges importantes.

PHOTO - 7104_451692_k2_k1_1113569.jpg

© Cyrille Castel

La morphologie particulière de ce bâtiment a nécessité la mise en œuvre de deux techniques atypiques de reprise des porte-à-faux.

Situé en bordure de Seine et en face du parc de l'île Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux (92), le programme de bureaux Aquarel se construit en lieu et place de l'ancien siège, démoli, de L 'Équipe (55 000 m²). Réalisée par Sefri-Cime pour le compte d'Axa In-vestment Managers, cette opération d'envergure, au sein du projet d'aménagement de la ZAC du Pont-d'Issy, est conçue par les agences d'architecture Loci Anima et Arte Charpentier.

À vocation mixte, le projet comprend trois entités : une, au sud de l'îlot, comporte trois tours de logements (en accession et sociaux) en cours de construction. La deuxième, au nord, est une autre tour de bureaux baptisée Hélice de 145 m de hauteur, à venir. Et la dernière, glissée entre ces deux entités, comprend les 35 000 m2 du bâtiment Aquarel en forme de U. Ce dernier, dont les travaux ont débuté en octobre 2015, sera livré en juin 2017, avec une passerelle de 130 m de long et 11 m de large qui le reliera au tramway T2 et à la gare de RER Issy-Val-de-Seine d'ici à l'été 2017.

Pensé comme « un campus urbain », l'immeuble repose sur trois niveaux de sous-sol surmontés de neuf niveaux de superstructure et s'articule autour d'un jardin central. Un mail arboré et une piste cyclable seront réalisés à terme le long du quai. L'ouvrage se compose de deux ailes desservies par deux noyaux de circulations verticales.

Aquarel se déploie sur 35 000 m2 et devrait être livré en juin 2017. ©Loci Anima

D'immenses terrasses appropriables

Côté organisation des fonctions, l'édifice abrite, au rez-de-chaussée deux halls d'accueil, un food court, une cafétéria, divers espaces (communication, services, etc. ). Si le premier étage englobe une conciergerie, un espace de fitness, un business center ou encore un second restaurant, les autres étages réunissent des plateaux de bureaux et bénéficient, à certains niveaux, de grandes terrasses. Quant au dernier étage, dédié à la direction, il reçoit divers bureaux et espaces de réception ouvrant sur une immense terrasse orientée est, ouest et nord.

Sur le plan technique, l'ouvrage est doté d'une structure en béton (poteaux, poutres, dalles et façades), la toiture-terrasse, ou cinquième façade, recevant des batteries de panneaux solaires et photovoltaïques, sous lesquels sont dissimulés les différents équipements techniques. Par ailleurs, concernant le parti pris architectural, qui a consisté à empiler des porte-à-faux créant d'amples retraits de façades, il a nécessité la mise au point de solutions techniques, atypiques et appropriées.

Doté de deux ailes dessinant un U, l'immeuble Aquarel présente, sur sa façade d'angle pointue longeant le quai, un jeu de retraits de façades créant d'immenses terrasses et d'amples porte-à-faux. ©Cyrille Castel

Deux systèmes : poteaux provisoires…

L'entreprise Spie Batignolles SCGPM a mis en œuvre, sur les trois pointes de l'ouvrage, deux types de porte-à-faux distincts. En bordure du quai, la pointe sud-ouest comprend un imposant porte-à-faux de 16 m de portée protégeant l'entrée de l'immeuble à double hauteur.

Pour pouvoir reprendre les porte-à-faux des deuxième et troisième étages, il a fallu coffrer et couler en place, au rez-de-chaussée et au nu de la façade nord-ouest de la partie avant, quatre poteaux ronds provisoires (Ø 50 cm et 6,80 m de haut) soutenus par des tours d'étaiement, ainsi que deux autres placés en partie arrière. Les têtes des poteaux sont chacune équipées d'une platine métallique les mettant à niveau ainsi que d'une réservation munie d'une cale. Un platelage d'étaiement est alors monté au niveau du plancher, permettant de coffrer ce dernier et de le couler en place.

Coupe de principe sur la façade sud-ouest (angle) de reprise des porte-à-faux
1. Façade : voile en béton.2. Plancher : prédalles en béton précontraint (KP1).3. Porte-à-faux niveau haut.4. Poteaux provisoires en béton de reprise des niveaux R + 6 et R + 7 : Ø 30 cm.5. Allège coulée en place : H/1 m.6. Porte-à-faux niveau bas.7. Vérin circulaire (Enerpac) extra-plat : Ø 20 cm.8. Poteaux provisoires en béton de reprise des niveaux R + 2 et R + 3 : Ø 50 cm. ©Spie

Ensuite, pour constituer l'allège, un voile de 50 cm d'épaisseur et de 1 m de hauteur est étayé, puis coulé en place. Les allèges des niveaux traités forment alors une mégapoutre aux armatures continues, ancrée dans la façade sur 21,60 m de long, avec un débord en porte-à-faux de 16 m. Pour Jean-Pierre Loth, directeur d'exploitation adjoint chez Spie, « la poutre-allège créée, avec une partie ancrée dans le bâtiment et une autre en porte-à-f aux, forme ce que nous appelons une poutre échelle s'élevant sur un bloc de deux étages » . Les deux étages au-dessus sont quant à eux montés en structure béton. Lorsque l'ensemble des éléments est coulé, les cales sont ôtées et remplacées par des vérins plats (Ø 20 cm). Puis, le même mode opératoire de poteaux provisoires est réitéré au sixième étage, accompagné de la réalisation structurelle des septième et huitième étages. Lorsque la totalité de la structure de la façade est formée, il faut attendre vingt-huit jours pour laisser sécher le béton.

Dès lors, le dévérinage, du haut vers le bas, des poteaux provisoires des étages supérieurs peut débuter, à l'aide d'une centrale de vérinage et en fonction des calculs préalables menés par SCGPM, limitant le palier de descente en extrémité à 6 cm : ce dernier ne dépasse pas en réalité 15 mm. Cette opération se déroule simultanément sur les trois premiers poteaux, selon plusieurs valeurs liées à leur emplacement. Cette phase est ensuite répétée au rez-de-chaussée. Les poteaux provisoires devenus inutiles peuvent alors être détruits.

… Et ossature mixte béton-acier

Concernant le second type de porte-à-faux, il se situe sur l'angle (nord-est) pointu, à l'opposé du précédent et sur la seconde aile (est) en vis-à-vis. Dans ces deux cas, une mise en œuvre plus simple à ossature mixte béton-acier a été choisie. Il s'agit de coffrer et couler en place quatre poteaux en béton, dont deux carrés (65 cm de côté) placés à l'intérieur et deux autres en façade (lames de 1,20 m). Ils reçoivent deux grosses poutres reconstituées soudées qui, fixées dessus, se prolongent à l'extérieur sur une longueur de 6 m. Suit, en façade, la pose d'allèges préfabriquées en béton pourvues d'une zone de clavetage permettant de liaisonner les pièces entre elles. Puis le plancher est réalisé. Ces étapes de mise en œuvre se répéteront, elles aussi, aux étages supérieurs.

Concernant la démarche environnementale appliquée sur le projet, l'édifice performant est certifié Breeam Very Good/HQE/Effinergie+ et Isséo ainsi que Well International Building, pour le volet bien-être et santé des utilisateurs.

Second type de reprise des porte-à-faux sur l'angle nord-estSur l'angle pointu nord-est et au niveau du plancher haut du 5e étage, le porte-à-faux est repris par deux poteaux en béton intérieurs et deux lames en façade supportant deux poutres reconstituées soudées qui, fixées dessus, se greffent sur les trumeaux des poutres allèges préfabriquées en béton. ©Spie

 

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°359

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Cette opération, réalisée par le bailleur social 3F, a permis de transformer 7 000 m 2 de bureaux en 90 logements sociaux. L'ensemble pour un coût total de 1 450 €/m². Compte tenu de la pénurie de[…]

31/05/2017 | BoisChantier
Dalles post-contraintes pour parking aérien

Dalles post-contraintes pour parking aérien

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

Peau en bardage de tôle crénelée pour les Coursives de Pantin

Peau en bardage de tôle crénelée pour les Coursives de Pantin

Plus d'articles