Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Appareillage électrique Des éléments décoratifs qui concilient confort et efficacité énergétique

Sujets relatifs :

Appareillage électrique Des éléments décoratifs qui concilient confort et efficacité énergétique

Docs. Legrand et Niko

Dans le tertiaire, comme dans le résidentiel,les appareillages évoluent dans une recherchede confort et de flexibilité des usages, combinée à une esthétique affirmée qui transforme ces terminaux en objet décoratif à part entière.

Les espaces intérieurs devenant intelligents, les automatismes sont de rigueur, mais pas à n’importe quel prix : prise de conscience écologique et économies d’énergie obligent.

Les appareillages déploient une large gamme de fonctions dans des designs variés facilement adaptables aux décors changeants, permettant ainsi de reconfigurer les aménagements sans surcoût de maintenance. L’heure est à la flexibilité : qu’il s’agisse de bureaux individuels, de plateaux paysagers, de salles de réunions, les équipements doivent s’adapter à des configurations variées et le courant doit être amené au plus proche des postes de travail. Gestion de l’éclairage, des volets roulants, du chauffage, le confort se pilote à distance, au bureau comme à la maison.

Du simple interrupteur à la prise de courant en passant par les détecteurs, l’appareillage électrique est devenu un véritable élément de décor. En France, les traditionnelles plaques blanches en plastique commencent à céder la place aux couleurs, pastel pour la discrétion, vives pour attirer le regard. Les formes et finitions se multiplient pour s’adapter aux usages et les matériaux se diversifient pour élargir l’offre : peinture laquée, métal brut, essences de bois, céramique, laiton, etc.

De l’interrupteur au détecteur

La sobriété revient à la mode et le côté rétro de l’interrupteur à levier qui permet tout simplement d’allumer ou d’éteindre un appareil, le plus souvent un point d’éclairage, séduit de nouveau. Ainsi, Meljac, entreprise française créée il y a tout juste 15 ans, propose des gammes d’appareillages fabriqués de manière artisanale principalement en laiton, ou en verre. Franck Becker, responsable du service technique, précise : « Nous déclinons nos produits –interrupteurs, boutons sonnette, commandes de stores, thermostats, interphones, digicodes, claviers d’alarme, plaques ascenseur – en 25 finitions différentes, afin d’obtenir le plus de combinaisons possibles ».

• Plus classique, l’interrupteur à bascule, équipé ou non de voyant lumineux, permet d’être visible dans le noir. À ne pas confondre avec le témoin lumineux qui permet, quant à lui, de connaître l’état de la source lumineuse : si le point d’éclairage est allumé, le témoin est allumé, utile lorsque l’interrupteur n’est pas dans le même lieu que le point lumineux.

• Le bouton-poussoir, de plus en plus répandu, habille aussi bien les lieux de travail que d’habitation. Il est actionné par un mouvement simple, une touche circulaire à enfonceret fait souvent office de variateur. Autre avantage : il estplus silencieux, tout commeles interrupteurs tactiles ouà effleurement.

• Avec sa gamme Pure, Niko mise sur de nouveaux matériaux, bambou et acier inoxydable et une conception qui doit faciliter la pose : toutes les bornes de raccordement se trouvent du même côté du socle et tous les fils peuvent donc être dénudés à la même longueur. De plus, un seul tournevis suffit pour toute l’installation et la profondeur d’encastrement du socle a été réduite, afin de libérer de l’espace pour le raccordement. La tôle d’acier utilisée pour le support d’encastrement (1 mm) est galvanisée après le découpage du pont pour éviter la formation de rouille. Enfin, l’installation de l’unité d’éclairage avec raccordement automatique s’effectue par un simple système à encliqueter.

• Gewiss a choisi modularité et polyvalence avec Chorus qui englobe trois lignes de produits qui permettent de jouer sur la personnalisation des pièces d’une maison, d’un ensemble de bureaux ou d’un espace commercial. One décline des éléments – interrupteurs traditionnels, alarmes, interrupteurs sans fil – conçus en « techno­polymère », disponibles en 12 coloris, du 2 modules au 4 x 2 modules en horizontal ou en vertical. Lux est un ensemble de plaques pour boîtes d’encastrement normalisées qui se décline en 18 cou­-leurs, en monoposte/multiposte, et en cinq types de matériaux : technopolymère, bois, métal, cuir et verre. Enfin, l’ovale de la plaque Art donne la possibilité de jouer sur la disposition et la hauteur et offre un grand nombre de combinaisons avec 6 matières et 18 coloris. Disponibles en 3 coloris et 3 finitions (blanc brillant, noir mat, titane verni brillant), les touches permettent d’associer chaque mécanisme à toutes les plaques des trois gammes.

Un confort sous contrôle

Plus automatique, le détecteur de mouvement, permet d’allumer la lumière lorsqu’on passe devant et s’éteint selon une temporisation réglable. Et pour aller plus loin, le gestionnaire d’ambiances lumineuses définit de façon simple des scénarios d’éclairage, sans programmation, ce qui permet une parfaite adaptation de la lumière à l’activité de la salle.

• Le programme Mosaic de Legrand propose, par exemple, 4 types de mises en lumière pouvant se commander en local en fonction de l’activité (conférence, réunion, projection), ou à distance par télécommande, grâce à un récepteur infrarouge. Chaque scénario sélectionné est repéré par une led lumineuse qui permet, par ailleurs, de visualiser en permanence l’état des circuits, le réglage de la variation chromatique ou d’intensité lumineuse de chaque voie.

• Arnould propose pour l’habitat des séries d’interrupteurs (mais aussi de boutons poussoirs, variateurs, plaques, prises) classiques ou contemporains qui se déclinent via Art d’Arnould, en plusieurs collections. Ces séries intègrent de nouvelles commandes électroniques de pointe, ainsi qu’une palette d’interfaces simples et intuitives, rendant compatible l’appareillage avec le système domotique MyHome (Legrand).

Les fonctions se multiplient. Ainsi, la gestion d’ambiance lumineuse, la commande individuelle, par zone ou centralisée de l’éclairage et des volets roulants, les commandes sans fil, les interrupteurs automatiques... apportent un confort amélioré.

• L’offre ne se limite pas aux commandes de l’éclairage, à l’instar de la gamme M-Plan de Schneider Electric qui propose interrupteurs simples, doubles, commutateurs à clé ou rotatifs, variateurs rotatifs, de vitesse, tactiles, détecteurs de mouvement, thermostats, horloge programmable, prise de courant dans des finitions verre, métal ou bois, spécialement adaptées aux locaux tertiaires.

• De même, Living de Bticino, qui couvre, aussi bien, le tertiaire que le résidentiel, intègre des systèmes de contrôle, commande et gestion complexes de l’énergie et de communication dans un même espace, grâce à une série de composants pouvant s’utiliser indépendamment les uns des autres. Depuis un simple interrupteur, il devient ainsi possible d’allumer ou d’éteindre les lumières de pièces différentes, d’abaisser ou lever simultanément ou séparément les volets roulants et d’activer en même temps le chauffage d’une habitation.

•Le fabricant allemand Jung a développé un « Roomcontroller » compact KNX. Petit, compact avec écran LCD, ce contrôleur centralise la régulation de la température, la commande de l’éclairage et des stores. Pour ce faire, l’appareil dispose de trois touches de commande pour la commutation, la modification de consigne de température, la variation ou la commande des stores. Sur l’écran rétro-éclairé, s’affiche au choix, la température de la pièce, la température extérieure ou la température de consigne, ainsi que l’heure. Il a été décliné dans les finitions A500 et ACréation, CD et LS.

• Spécifiquement destinée au tertiaire, la série Trancent de Schneider Electric comprend une gamme d’appareillage rectangulaire qui mélange verre et couleur métallisée. Transpa­rente ou satinée, la plaque de verre commande, par un simple effleurement, les points lumineux ou les volets roulants.

Des supports au plus près des utilisateurs

Chez Legrand, le programme Mosaic et ses 200 fonctions dédiées aux bureaux, répond aux besoins des utilisateurs habitués aux produits mobiles et à la convergence numérique. Salles de réunions, de conférences, de formation, sont autant d’espaces de travail où il devient nécessaire de moduler la lumière, de disposer d’équipements de sonorisation et de visualisation, d’accéder sans fil aux réseaux d’informations, d’avoir à portée de main les branchements et les commandes. Les différents supports d’installation intègrent désormais prises audio/vidéo et informatiques (prises XLR et speak-on pour le raccordement des systèmes de sonorisation et prise HD15 pour le raccordement de l’ordinateur au vidéoprojecteur ou à l’écran plasma), points d’accès Wi-Fi. Très compact (seulement 4 modules), ce dernier s’intègre dans les supports d’installation de façon identique au reste de l’appareillage et n’est raccordé qu’à un seul câble VDI.

Les courants électriques doivent être partout disponibles et faciles à utiliser. Les supports d’installation se conjuguent en boîtes murales, goulottes, colonnes, colonnettes, boîtes de sol, blocs nourrices, pour permettre, dans n’importe quel type de configuration, d’amener le courant au plus près de son point d’utilisation.

• C’est dans cet esprit que Legrand recommande l’utilisation de prises RJ 45 standard et à traversée cuivre pour les postes de travail dits réduits (2 ou 3 RJ 45) et des prises optiques pour les postes de travail isolés ou nécessitant de hauts débits. Le fabricant, pour qui la facilité d’accès au réseau VDI est un des éléments de l’ergonomie du poste bureautique qui contribue à la productivité, recommande de prévoir un équipement en point d’accès Wi-Fi pour 100 m². Les supports d’installation Mosaic ont été conçus pour répondre aux problématiques des bâtiments, plafond, sol, mur et pour permettre aux téléphones et ordinateurs d’être raccordés sans que les fils encombrent le sol.

• Chez Hager, l’accent est mis sur la modularité et la facilité de mise en œuvre avec la série Systo qui propose, en complément de la pose en encastré et en saillie, une solution spécifique pour l’enclipsage direct dans les produits de cheminement de câbles. Les prises Systo spécial goulottes sont compatibles avec toutes les goulottes appareillables à enclipsage direct. Le raccordement entre deux blocs de prises s’effectue d’un simple clic, à l’aide de l’accessoire de jonction.

• Même optimisation du coût global de l’installation avec la marque Planet-Wattohm qui propose d’une part, le système Logix PVC, couple goulotte appareillage, dont l’installation est facilitée par son système de clipsage rapide et d’autre part, la gamme Logix Aluminium conçue pour accueillir des appareillages au format 45 (Logix 45 Aluminium) et entraxe 60 (Logix U Aluminium). L’accessoire Normaclip (système breveté) permet de maintenir les appareillages et protège les parties actives de l’installation auxquelles il est impossible d’accéder avec des outils fins ou des objets pointus.

Les deux gammes sont disponibles en 4 coloris : blanc Artic, gris High tech, Alumic, gris anthracite.

Tableau des fabricants

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°300

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Les installations sportives indoor appellent la polyvalence afin de permettre l'exercice de plusieurs activités, sportives ou non. Les sols doivent ainsi pouvoir s'adapter à de nombreuses sollicitations.

03/05/2018 | Produit
Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête - Éclairage des musées

Enquête

Enquête - Éclairage des musées

Plus d'articles