Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

AMÉNAGEMENT Translation et rotation pour le fauteuil RT

Sujets relatifs :

AMÉNAGEMENT Translation et rotation pour le fauteuil RT

Les mouvements de rotation et de translation des sièges sont assurés par des éléments mécaniques. Les pieds, qui intègrent ces dispositifs, sont en fonte d'aluminium. Ils sont livrés en monobloc sur le site pour être fixés par chevillage.

Le modèle de fauteuil RT intègre deux dispositifs dans son pied. Le premier sert à effectuer des mouvements de rotation, le second assure une translation d'avant en arrière, sur une distance de 180 mm.

Pour l'aménagement de ses nouveaux locaux à Epernay (Marne), le syndicat des vignerons de Champagne souhaitait une salle de réunion. L'architecte, Jean-Baptiste Michel, avait besoin d'un passage arrière dans chaque rangée, pour faciliter la distribution de documents, tout en s'affranchissant de l'encombrement d'un siège à roulettes. Autre exigence : organiser la salle de façon à ce que chaque siège soit accessible sans déranger toute une rangée de personnes. Ainsi, le siège RT - mis au point par le fabricant d'origine espagnole Figueras - s'est imposé. Les études de faisabilité et d'implantation ont commencé en novembre 2007 et le chantier a été livré en juin 2008. La conception de la salle a été réalisée en coordination entre les équipes de Figueras et l'architecte. Le siège RT se caractérise par la possibilité d'effectuer deux mouvements : le piétement tourne sur son axe jusqu'à 360° et, dans le même temps, un mouvement de translation d'avant en arrière de 180 mm est possible. Ces deux mouvements autorisent ainsi l'installation et le rangement du siège sans déranger les voisins. Quand l'occupant se relève du siège, celui-ci reprend immédiatement sa position initiale. Les sièges sont ainsi toujours rangés, facilitant les opérations de nettoyage et d'entretien du sol. En cas d'incendie et d'évacuation de la salle en urgence, ils ne gênent pas la sortie des personnes.

Sièges avec barrière antifeu

Trois normes sont particulièrement importantes. En premier lieu, la norme CO 36 relative aux calculs de dégagement et à la sécurité dans les espaces publics, en particulier en matière d'évacuation d'urgence. Le texte impose une largeur minimale de passage, proportionnelle au nombre total de personnes appelées à l'emprunter. Les sièges doivent aussi répondre à l'arrêté AM 18 qui concerne la réaction au feu des mobiliers de bureaux en fonction de leur usage et de leur lieu d'implantation.

Selon ce texte, les matériaux constituant les sièges non rembourrés et les structures de sièges rembourrés doivent être de catégorie M3, soit moyennement inflammables. Les matériaux en bois ou ses dérivés, d'une épaisseur égale ou supérieure à 9 m, sont admis. Les sièges de l'amphithéâtre sont composés d'un tissu non-feu sur lequel est soudée une barrière antifeu, qui carbonise au contact des flammes, sans émettre de gaz toxiques. Enfin, les fauteuils doivent prendre en compte les exigences de la norme NF D 60-013 qui correspond au protocole de certification des mobiliers rembourrés. Pour répondre aux besoins en termes d'ergonomie et d'organisation de l'amphi­théâtre de 246 m2, l'architecte a choisi d'installer des tables filantes en hémicycle. Elles forment six rangées, face à la table de la présidence. La première rangée compte 11 sièges, les suivantes en comptent 13. L'entraxe entre chaque siège est compris entre 880 et 920 mm. Reculé dans la position la plus éloignée de la table, le siège se trouve à 38 cm de la table derrière lui. Lorsqu'il est en position « rangée », la distance derrière le siège est de 55 cm, une distance suffisante pour le passage en cas d'évacuation. L'étude d'implantation a ainsi permis d'installer 88 sièges équipés du système RT auxquels s'ajoutent en fond de salle 12 fauteuils fixes pour des invités ou des auditeurs supplémentaires.

Technicité du pied indépendante

La mise en place des fauteuils est intervenue à la fin du chantier, après la plupart des finitions. Une fois la géométrie et l'implantation des sièges définies, une étude du support est réalisée afin de déterminer la bonne fixation. À Epernay, des chevillages lourds ont été choisis. Une fois que l'ensemble des calculs et vérifications ont été réalisés, les piètements sont mis en place, alignés et fixés au sol. Les pieds sont livrés entièrement assemblés en pièce monobloc. Le berceau métallique est ensuite fixé sur le pied, au moyen de quatre vis alènes. Enfin, la dernière opération consiste à monter les accotoirs, puis l'assise et le dossier de chaque siège. Le pied et le siège sont séparables, il est donc possible d'adapter différents sièges sur le piétement RT à condition de respecter une charge de 150 kg. Le pied correspondant a un besoin sécuritaire et ergonomique tandis que le fauteuil doit correspondre à un type d'usage et à l'esthétique du projet. Le pied est donc garanti 10 ans et le fauteuil 5 ans. La technicité du pied est donc indépendante du mobilier à fixer dessus. La pose des sièges a été réalisée par une société sous-traitante formée par Figueras. L'installation des sièges a nécessité une semaine à quatre personnes. La qualité et les ajustements sont contrôlés avant la livraison finale de la salle. Le siège étant constitué uniquement de pièces mécaniques avec une majorité d'éléments en aluminium, aucun entretien particulier n'est nécessaire. Le fabricant propose des visites de contrôle annuel avec un contrat sur 10 ans de maintien de la salle. Par ailleurs, 10 % des pièces de rechange sont stockées sur place afin de garantir une salle homogène sur la durée. Le budget total représente environ 100 000 e pour l'étude et l'installation des sièges.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°290

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

À Versailles, une charpente en bois a été greffée sur les fermes en acier d'une halle SNCF désaffectée et une structure à poteaux et planchers en bois mise en œuvre conjointement, afin[…]

29/11/2018 | ChantierInnovation
Meccano géant sur le toit d'un bunker

Meccano géant sur le toit d'un bunker

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Plus d'articles