Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

AMENAGEMENT Cimaises mobiles autoportantes en acier et plâtre

Sujets relatifs :

AMENAGEMENT Cimaises mobiles autoportantes en acier et plâtre

1. La grande cimaise montéepeut être déplacée par un transpalette, puis assemblée à d’autres cloisons du même type.

Dédiée aux expositions temporaires, la vaste salle principale du musée Fabre de Montpellier s’est équipée d’épaisses cloisons de 60 cm d’épaisseur. À tout moment, elles peuvent être déplacées pour organiser une nouvelle scénographie.

Implanté à Montpellier ­(Hérault), le nouveau musée Fabre se compose de trois bâtiments construits à différentes époques : un collège de Jésuites du xviie siècle, un hôtel particulier du xviiie siècle et une ancienne bibliothèque du xixe siècle. Le projet architectural de restructuration et d’extension a été conçu et réalisé par les deux équipes d’architectes, l’agence BLP (Brochet-Lajus-Pueyo) et l’atelier Emmanuel Nebout. Il a pour vocation d’unifier les bâtiments et d’offrir des parcours cohérents par la création d’espaces contemporains, se développant de plain-pied avec l’esplanade sous les cours Bazille et Bourdon. Doublée, la surface hors œuvre nette totale du musée s’élève à 13 000 m2, pour un coût d’investissement total de 61,2 M e.

L’aménagement intérieur du musée part d’une segmentation de l’espace réalisée à partir d’ossatures Mégastil (Placo­plâtre). Supports d’accrochage des œuvres, ces cloisons fixes ont une hauteur qui varie de 3,50 à 12 m. La plus grande salle du musée, située dans l’aile nouvelle, se développe sur 900 m2 et 4,50 m de hauteur. Destinée à recevoir les expositions temporaires, elle a fait l’objet d’une organisation spécifique lui permettant de s’adapter à différentes scénographies. D’où la création de cimaises mobiles présentant le même aspect que les cloisons fixes.

Des cimaises d’exposition innovantes

Une variante de la technique utilisée pour les cloisons fixes a donc été conçue. Elle a été mise en œuvre par l’entreprise de pose des cloisons, Sodac, en collaboration avec les concepteurs et Placoplâtre. Les dix-huit blocs, qui mesurent 2,40 m de longueur, 3,51 m de hauteur et 60 cm d’épaisseur, pèsent 800 kg, chacun. Chacun de ces blocs autostables est conçu pour pouvoir supporter des charges de 100 kg par point de suspente. Ainsi, chaque cimaise comprend un socle en bois lamellé-collé, constitué de deux pièces de bois de 60 cm de largeur, 80 cm de longueur et 9 cm d’épaisseur. Positionnés à chaque extrémité de la cloison, ces deux éléments sont reliés entre eux, par une plaque en médium de 15 mm, vissée dessus. Sur ce socle et ­longitudinalement, sont vissés deux rails filants en U de 10 cm de largeur qui solidarisent l’ensemble. Ensuite, deux longerons Mégastil sont fixés sur le côté des rails et sur le socle. Puis, huit sabots Mégastil sont vissés sur les rails et dans le socle. Suit le montage, entièrement par boulonnage, de la double ossature en montants Mégastil en acier galvanisé de section 100 x 50 mm. Autoportante, cette structure est dotée d’un système ingénieux d’assemblage, entre cloisons. Sur chaque joue de la cimaise, est greffé un élément spécifique, à simple branche ou double branche, réalisé en bois et Placostil de 30 mm. Il permet d’emboîter les panneaux entre eux, pour constituer de longues cimaises d’un seul tenant. Très performante, la mise en œuvre des cimaises n’a duré qu’un mois et demi. Quant à la pose des cloisons fixes, meublant les quelque 6 500 m2 de salles d’exposition permanente, leur montage est presque similaire. En effet, elles se composent des mêmes profilés Mégastil, et sont de même dimensions. ­Assemblés de façon identique, les montants sont, en revanche, ancrés au sol par des sabots et fixés aux murs, avec un, deux ou trois points d’ancrage, selon les hauteurs. Puis, sur les deux cadres créés, sont vissés, sur chacun d’eux, un premier parement en contreplaqué (M1) de 13 mm et un autre parement en plaque de plâtre Placodur BA 13 THD (Très Haute Dureté). Sachant que ces panneaux sont calculés pour pouvoir supporter les mêmes charges de 100 kg.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°269

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles