Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Adapter le label E+C- pour doper l’innovation

Stéphanie Obadia

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Adapter le label E+C- pour doper l’innovation

L’opération tertiaire Le Thémis, à Paris (17e), labellisée E+C- le 15 mars 2017.

Décroiser les critères énergie et carbone dans l’expérimentation du label E+C- permettrait plus de souplesse et d’innovation. Telle est la conviction  du secrétaire d’État à la Cohésion des territoires Julien Denormandie, qui souhaite que soit étudié un système à points.

Le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a récemment annoncé sa volonté de donner plus de souplesse à la future réglementation environnementale qui fait actuellement l’objet d’une expérimentation avec le label E+C-. Il a, en effet, décidé d’assouplir le référentiel E+C- afin que les critères énergie et carbone puissent être décroisés. La nouveauté tient au fait que, à partir d’un socle minimal à respecter sur les deux critères, il serait possible de mettre davantage l’accent sur la partie carbone ou énergétique. Ainsi, un bâtiment pourrait être plus performant sur l’une ou sur l’autre, mais tout en gardant un socle minimum sur les deux critères (E1C1, par exemple).

Vers un système à points

Un système à points serait mis en place permettant qu’une construction puisse être certifiée pour sa performance énergétique ou bas carbone, voire les deux. À condition toujours que le minimum requis soit atteint. Bien évidemment, les maîtres d’ouvrage peuvent viser toutes les combinaisons actuelles. L’objectif de cette évolution serait d’encourager l’innovation en profitant d’un moment où l’expérimentation bat son plein, avec 110 bâtiments-tests,  400 en cours d’évaluation pour un total de 800 à 1000 prévus d’ici à la fin de l’année. 

Par ailleurs, lors de cette journée, Julien Denormandie a également souhaité  une prise en compte de la gestion active d’efficacité énergétique dans la RT2012 (système de pilotage des consommations, numérique), ce qui impliquerait une adaptation de cette dernière. À suivre donc…

Nous vous recommandons

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Le Groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe (GTQE) du Pôle de compétitivité Fibres-Énergivie publie un livre blanc en faveur d’une enveloppe performante pour un bâtiment sain et[…]

Finalcad lève 40 millions de dollars

Finalcad lève 40 millions de dollars

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Plus d'articles