Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Acteur BTP engagé... et certifié !

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Acteur BTP engagé... et certifié !

© Apave

Acteur BTP engagé est le nom du tout nouveau label lancé par les certificateurs Afnor Certification et Apave afin de certifier une reprise d'activité sûre.

 

Et un label de plus, mais cette fois-ci, complètement inédit ! Afnor et Apave lancent Acteur BTP engagé. L’objectif est « d’inspirer confiance, avec la délivrance d'une attestation et sa déclinaison visible (macaron) attestant qu'une entreprise de BTP applique à la lettre les règles sanitaires spécifiques au Covid-19 ». Ce label, valable un an, atteste, via un organisme reconnu tierce partie et la vérification sur site, que les mesures de protection contre le Covid-19 sur le lieu de travail et sur les chantiers sont scrupuleusement respectées. Ce label est proposé aux entreprises (bureaux, dépôts et ateliers des entreprises, chaînes logistiques d'approvisionnement des matériaux) et sur les chantiers (bases vie, bungalows de chantier ...) en capitalisant sur des documents sectoriels comme le guide de l'OPPBTP et les fiches métiers de la Direction générale du travail (DGT). Alors quid du référent Covid-19 ? « Le référent Covid-19 est justement un interlocuteur naturel et privilégié, qui vient épauler la démarche. Ainsi, le label, loin d’interférer avec le rôle du référent, le complète, précise Jean-Luc Nectoux, directeur business line Bâtiment et Génie Civil chez Apave. Le référent Covid 19 intervient du côté maîtrise d’ouvrage pour les aider à mettre en place les mesures de prévention liées à la crise sanitaire. Et du coté des entreprises pour définir pour aider à l’organisation des mesures au sein de la structure et pour chaque chantier. Le label a pour vocation de valider les mesures prises par l’entreprise et le référent lorsqu'il y en a et rassurer les salariés quant aux mesures mises en place ».

Le référentiel de ce label, en cours de finalisation, se veut « praticopratique » : deux pages maximum avec un coût  « raisonnable » variable en fonction de la taille des entreprises. « Pour l’instant, nous avons quelques demandes de labellisations un peu partout en France, essentiellement de la part  des petites et moyennes structures », conclut-il.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Centres aquatiques (2/5) - Offrir une expérience sensorielle

Dossier

Centres aquatiques (2/5) - Offrir une expérience sensorielle

Quasi incontournables aujourd'hui dans les centres aquatiques, la palette des « options » de bien-être est garante de recettes complémentaires et différencie l'offre par rapport à la concurrence.«Depuis une dizaine d'années, les...

03/08/2020 | Dossier d'actuERP
Centres aquatiques (1/5) Le loisir dans le grand bain

Dossier

Centres aquatiques (1/5) Le loisir dans le grand bain

L’ingénierie privée menacée par le décret n°2020-751

L’ingénierie privée menacée par le décret n°2020-751

L’hydrogène, un atout pour atteindre la neutralité carbone

L’hydrogène, un atout pour atteindre la neutralité carbone