Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

La GTB du data center Marilyn de Celeste, à Champs-sur-Marne, a été modernisée récemment, avec des automates Jace et un superviseur Niagara distribués par Btib, qui fonctionnent sur IP et qui sont programmables.

© Celeste

La voie privilégiée pour réduire le coût de la climatisation est de rafraîchir avec des frigories gratuites (free cooling ou free chilling) provenant soit de l'air extérieur, soit de l'eau ou du sous-sol (geocooling).

Pour climatiser un data center, le plus simple est d'extraire le froid de son environnement. D'où des implantations dans des zones climatiques spécifiques. La société américano-norvégienne Kolos envisage, par exemple, de construire un des plus grands data centers au nord de la Norvège, au-delà du cercle Arctique. Quant à Microsoft, elle expérimente une nouvelle approche avec le projet de recherche Na-tick, qui vise à immerger un conteneur abritant 864 serveurs pendant cinq ans à 100 mètres de profondeur dans les eaux glacées de la mer écossaise. En France, tout du moins dans sa partie nord, le free cooling sur air extérieur évite d'avoir recours aux circuits frigorifiques des groupes froids et peut être exploité plus de onze mois par an.

Recours accru au free cooling

Un des premiers exemples ambitieux d'utilisation du f ree cooling est le data center Normandie de Orange, situé à Val-de-Reuil (27), construit à partir de 2010 et qui abrite quatre salles informatiques de 1 200 m² chacune. « Auparavant, les boucles d 'eau glacée avaient généralement un départ inférieur à 10 °C, précise Sylvain Leduc, chef de projet chez Cap Ingelec. Aujourd'hui, avec le cloisonnement des allées chaudes et froides dans les salles informatiques, les températures de départ de l 'eau glacée peuvent aller au-delà de 15 °C pour des températures de retour supérieures à 20 °C. Plusieurs avantages découlent de cette conception : moins de déperditions thermiques sur les réseaux, un meilleur COP au niveau des groupes froid et le recours à des systèmes fonctionnant en free cooling plus longtemps sur l 'année. » La forme du bâtiment peut également aider à exploiter la ventilation naturelle. C'est le cas du data center Marilyn du fournisseur d'accès internet[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°371

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

2ème édition des Journées Régionales de la Construction Bois en Nouvelle-Aquitaine

2ème édition des Journées Régionales de la Construction Bois en Nouvelle-Aquitaine

Les interprofessions Forêt Bois Papier de Nouvelle-Aquitaine organisent les 15 & 16 novembre la 2ème édition des « Journées Régionales de la Construction Bois en Nouvelle-Aquitaine à Jonzac[…]

12/11/2018 | Actualité
PARI, 4e Biennale du Réseau des maisons de l’architecture

PARI, 4e Biennale du Réseau des maisons de l’architecture

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Présentation des Prix AMO 2018

Présentation des Prix AMO 2018

Plus d'articles