À l’université de Jussieu, des plafonds sur mesure offrent leurs lumières à la science

Sujets relatifs :

À l’université de Jussieu, des plafonds sur mesure offrent leurs lumières à la science

Outre leurs performances, les luminaires de l’université de Jussieu ont été choisis pour leur capacité à s’intégrer à l’architecture. Certains, comme les baffles luminoacoustiques des laboratoires, ont été développés spécifiquement pour le projet.

Construite par l’architecte Édouard Albert au début des années 1960, l’université Pierre-et-Marie Curie, centre d’enseignement et de recherche scientifique situé place Jussieu à Paris, a subi une rénovation complète à la suite du désamiantage des bâtiments. La réhabilitation du secteur est, confiée à Architecture-Studio, a permis d’équiper l’établissement d’une nouvelle bibliothèque, localisée dans un des patios ; de trois amphithéâtres pédagogiques ou « colloques » ; du « Tipi », centre culturel de construction conique transparente, de 20 m de haut, entièrement vitrée et habillée d’une résille de tubes en aluminium.

La ligne directrice de la mise en lumière de l’ensemble des espaces, réalisée par l’agence 8’18’’, reposait sur deux principes fondamentaux : l’intégration des produits dans l’architecture et un éclairage aussi efficace que durable, c’est-à-dire peu énergivore et faisant appel à des sources à longue durée de vie. Les concepteurs ont fait le choix de sources multiples : fluorescentes, à leds et aux iodures métalliques.
À l’extérieur, trois principes accompagnent l’architecture du lieu. Le parvis bénéficie de l’éclairage émanant de luminaires Comatelec mis en œuvre sur des mâts de 5 m de hauteur disposés dans les îlots végétalisés. Les rotondes, qui relient les différents bâtiments, sont soulignées verticalement par des projecteurs installés dans le plafond en bois, tandis que les circulations (dallage signé Jacques Lagrange) sont éclairées par des bandes lumineuses latérales fluorescentes (tubes T5, 4 000 K) intégrées dans la structure. L’ensemble est piloté par un système de gestion comprenant la programmation horaire et la détection de présence. Les nombreuses œuvres d’art ont été mises en valeur de façon spécifique à l’aide, soit d’encastrés de sol (sculptures), soit de petits candélabres (fresque de Léon Gischia par exemple) équipés de leds en partie haute et de lampes aux iodures métalliques en partie basse pour l’éclairage de circulation.

Trois technologies

À l’intérieur, l’éclairage artificiel a été défini, pour chaque espace, en fonction de l’activité, de l’architecture et des apports de lumière du jour. Seule exception, l’amphithéâtre « colloques », aveugle, situé au niveau -1, combine plusieurs types d’éclairage (foyer, gradins, intervenants), tous gradables et commandés séparément. En ce qui concerne les autres amphithéâtres, la mise en lumière associe trois technologies différentes : leds, sources fluorescentes et lampes aux iodures métalliques ponctuellement. Le concept des deux bibliothèques repose sur un plafond de nuages blancs complètement intégré à l’architecture des espaces. Quant aux laboratoires, les concepteurs lumière ont travaillé en étroite collaboration avec les acousticiens, afin de développer un « plafond éclairant » qui puisse s’intégrer aux contraintes architecturales très spécifiques de ces locaux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Pose soignée pour toiture en pente

Pose soignée pour toiture en pente

C’est au cœur d’une forêt de 45 hectares, au parc animalier et botanique de Branféré (56), que seront hébergés en mai deux okapis originaires du Congo ainsi que des antilopes (sitatunga), des grues caronculées et des dik-diks....

29/03/2022 |
Un outil pour évaluer la prévention des risques de TMS

Un outil pour évaluer la prévention des risques de TMS

Cure de jouvence pour thermes d'antan

Cure de jouvence pour thermes d'antan

Dôme contemporain en bois de 34 tonnes

Dôme contemporain en bois de 34 tonnes

Plus d'articles