Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

À l’aide du BIM, préparons les futures générations d’architectes

Sujets relatifs :

À l’aide du BIM, préparons les futures générations d’architectes

"Le monde de l’architecture est en pleine mutation : transition énergétique, nouvelles technologies et processus révolutionnaires, tels que le BIM, bouleversent l’ordre établi et replacent les pratiques, prérogatives et le savoir-faire de l’architecte !

Le « BIM », apparu il y a une dizaine d’années, est un concept créé par l’architecte américain Phil Bernstein (1), qui consiste en un processus permettant d’explorer les caractéristiques physiques et fonctionnelles d’un bâtiment, avant qu’il ne soit construit. Grâce au BIM, il sera possible de réaliser des simulations énergétiques, structurelles, documenter, quantifier, estimer, construire, puis gérer le bâtiment. À l’instar du PLM, on pourra ainsi gérer le cycle complet de vie d’un bâtiment, depuis ses premières esquisses jusqu’à son exploitation et sa maintenance. On pourra donc optimiser sa planification, sa conception, sa construction, sa maintenance, et par voie de conséquence, réduire son coût global et son empreinte carbone.

L’arrivée de ce nouveau processus redéfinit totalement les relations entre tous les acteurs du projet et affectera positivement tous les métiers de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction. Le BIM redistribue donc explicitement les cartes du pouvoir et des responsabilités autour du projet. Tous ces acteurs se sont d’ailleurs emparés de ce nouveau concept et tentent de s’en approprier la pratique, jusqu’à la maîtrise d’ouvrage qui dorénavant le réclame et l’impose pour ses commandes publiques ou privées.

Que ce soit aux USA avec le premier projet BIM d’envergure que fut la Freedom Tower de l’agence SOM à New York, ou avec la Columbia University conçue par Renzo Piano Building Workshop, ou plus près de chez nous avec le magnifique hôpital de Lagny-sur-Marne créé par Brunet Saunier Architecture, ou les laboratoires Michelin de l’atelier d’architecture Chaix et Morel, il apparaît évident que ce phénomène est au moins aussi important que la révolution de l’apport de la perspective à l’époque de la Renaissance italienne.

Les professionnels de l’architecture et de l’ingénierie du monde entier – notamment anglo-saxons – s’emparent avec force du BIM depuis quelques années et l’adoptent au sein de leurs entreprises. En amont, les écoles d’architecture et d’ingénierie des pays anglo-saxons, nordiques ou asiatiques forment les professionnels de demain au BIM.

En France, la résistance au changement et à l’innovation est grande ! Les professionnels, même s’ils comprennent pour certains que le BIM leur sera indispensable pour entrer dans la compétition des projets internationaux et de la globalisation, n’ont hélas en majorité pas encore franchi le pas. En dehors de l’Éducation nationale qui a intégré le BIM à son programme d’enseignement des bacs STI, nos grandes écoles d’architecture et d’ingénierie s’opposent pour la plupart à l’enseignement et à la maîtrise du BIM, arguant qu’il interdit la compréhension et la maîtrise de la représentation dans l’espace du " projet ". La récente concertation autour de la réforme de l’enseignement en architecture initiée par Aurélie Filipetti ayant engendré 10 propositions, n’a pas abordé le thème des outils, processus et problématiques actuelles des architectes confrontés à un monde en pleine mutation et aux enjeux de taille pour la compétitivité de ces professionnels.

Faut-il donc se résoudre à accepter que l’architecte soit toujours perçu comme un artiste incapable de s’intégrer dans un environnement collaboratif et maîtrisé, qu’apporte le BIM ? Faut-il isoler les jeunes générations et leur interdire la capacité à se lancer dans la grande compétition internationale qui s’offrira à eux ? Ou faut-il effectivement, comme le font les autres continents, les préparer solidement aussi à ces nouveaux processus ?

Je conclurais par cette citation de mon professeur d’architecture, ancien élève d’Auguste Perret et académicien, M. Paul Maymont qui anticipait si justement dans les années 90 :" Vous verrez poindre d’ici à quelques années des technologies intelligentes qui sauront vous aider à créer des bâtiments s’intégrant parfaitement dans leur contexte environnemental, capables de réagir et d’être orientés de manière optimale. Des technologies vous aidant ainsi à maîtriser la conception et les ressources de notre planète pour le bien-être de tous ". Il avait compris ce que certains limitent aujourd’hui à la 3D, en omettant de voir la révolution qui se déroule autour d’eux et qui se nomme " BIM "."

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

RE2020, une progression en trois temps

RE2020, une progression en trois temps

Le gouvernement a annoncé les grandes lignes directrices de la RE2020 qui entrera en application à l’été 2021, avec une trajectoire progressive, notamment concernant les exigences constructives liées à la diminution de l’empreinte...

Façades non porteuses à ossature bois : nouvelle norme NF DTU 31.4

Façades non porteuses à ossature bois : nouvelle norme NF DTU 31.4

En faveur d’une RE2020 ambitieuse

Tribune

En faveur d’une RE2020 ambitieuse

"Les acteurs de la construction se sont approprié l'ACV"

"Les acteurs de la construction se sont approprié l'ACV"