Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

5. ZOOM SUR… Une extension de station d’épuration certifiée Iso 14001

Sujets relatifs :

5. ZOOM SUR… Une extension de station d’épuration certifiée Iso 14001

Étanchéité terrasse végétalisée 1. Bande pare-gravier (alu perforé 20/10) 2. Étanchéité Élastophène (70/25) 3. Étanchéité Sopralène Flam soudé 4. Couche drainante (ép. 6 cm) 5. Couche filtrante 6. Substrat (ép. 8 cm) 7. Végétalisation garrigue 8. Gravillons (50 mm) 9. Couche d’interposition 10. Isolant panneau de mousse PU (ép. 80 mm) 11. Pare-vapeur cloué/soudé 12. Pannes 13. Panneaux CTBX cloués (22 mm)

Avec le projet d’extension de la station de Maurepas (Yvelines), située en aval du bassin de retenue de la Courance et gérée par le Siac, l’emploi de l’eau s’effectue de la récupération des eaux pluvialesen terrasses végétalisées jusqu’à un système de Pac eau-eauà captage géothermique...

En 2002, le Siac (Syndicat intercommunal d’assainissement de la Courance) reprend la gestion des réseaux d’Eaux usées (EU) et des postes de relèvement de trois communes (Maurepas, Coignières et Le Mesnil-Saint-Denis) des Yvelines, ainsi que les services administratifs et d’exploitation afférents. En 2005, une fois les désordres des réseaux d’assainissement identifiés par le Schéma directeur d’assainissement (SDA), le syndicat a demandé au bureau d’études AIT d’effectuer les travaux de déconnexion des collecteurs et avaloirs des Eaux pluviales (EP) rattachés au réseau d’évacuation des EU.

C’est dans ce contexte qu’il a été décidé de construire une extension de bureaux. Cette extension est conçue comme un bâtiment bioclimatique mettant l’eau au service de son fonctionnement. Cela se traduit par une couverture végétalisée dont le rôle est de récupérer les EP et de déphaser son évacuation dans le réseau. L’eau est également utilisée dans un captage géothermique qui, relié à un échangeur, assure le chauffage des locaux via une Pac eau/eau. Enfin, l’eau sert également de vecteur calorique au travers des Vitrages solaire thermiques (VST).

Une couverture végétalisée

L’extension est un bâtiment en RDC de 162 m² (Shon), indépendant du corps principal de la station. L’architecte Brigitte Bosco l’a conçue dans une optique d’intégration au site boisé. D’où l’emploi d’une structure bois sur un soubassement, d’un plancher porté en béton et d’un bardage en Western Red Cedar. Dans le cadre de la RT 2005, cette construction vise à réduire les consommations d’énergie, en tirant parti des apports passifs l’hiver et en limitant les surchauffes d’été. Pour ce faire, une partie des baies orientées sud sont des doubles vitrages thermiques à l’intérieur desquels circule un réseau d’eau qui alimente la Pac eau/eau et produit via un échangeur l’eau chaude sanitaire. Ce procédé Robin Sun (voir schéma) participe à raison de 30 % au chauffage/ECS. Les 70 % restants sont assurés par un captage géothermique arrivant à la Pac. Ce dernier est un double réseau horizontal superposé, rempli d’eau glycolée. La chaleur est diffusée à travers un plancher chauffant basse température, réseau de tubes en polyéthylène réticulé incorporé dans la dalle. Pendant l’hiver, priorité est donnée à la récupération d’énergie par les VST. Ainsi, la chaleur récupérée alimente un ballon solaire de 2 500 l et le PCBT à concurrence de 40 °C. Lorsque cet apport est insuffisant, la Pac prend le relais. Durant l’été, en journée, la Pac étant à l’arrêt, l’énergie récupérée par les VST est dissipée vers les nappes géothermiques. La Pac passe la nuit en mode réversible, afin de refroidir les locaux. Avec ce fonctionnement, la consommation électrique globale du bâtiment est de 17 800 kWh/an. La toiture-terrasse est étanchée sur un support bois en Ctbx de 19 mm, cloué sur un réseau de pannes. Ce support (U = 0,20 W/m2.K) est recouvert d’un procédé végétal type écosedum qui se nourrit des EP. Ce complexe, installé sur un pare-vapeur en Elastophène 25, se compose d’un matelas isolant en mousse de polyuréthanne (80 mm) collé, recouvert successivement par un Élastophène 70/25 ; d’une seconde couche d’étanchéité soudée (Sopralène Flam Jardin), d’une couche drainante de 6 cm (Sopralithe Z) recouverte d’une nappe filtrante (Sopra­filtre), le tout recouvert de 8 cm de substrat Sopraflor. La végétalisation de type Garrigue termine le montage.

Par sécurité, le BET a surdimensionné la puissance des équipements : PCBT :  10 % des déperditions, Pac :  10 %, CTA :  5 % du Débit utile (DU), ventilateur d’extraction  5 % (DU) et les pompes  5 % (DU).

N°304

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°304

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles