Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

5 ZOOM SUR… L’immeuble tertiaire Eos Generali à Issy-les-Moulineaux

Sujets relatifs :

5 ZOOM SUR… L’immeuble tertiaire Eos Generali à Issy-les-Moulineaux

Optimiser les débits d’air La modulation du débit d’extraction de l’air est asservie à l’occupation, ce qui assure une meilleure efficacité énergétique tout en optimisant le débit d’air par rapport à l’occupation et aux usages. Ce débit variable est commandé dans les salles de réunions par des sondes à CO2.

© Doc. Agence d’architecture Bridot Willerval – L’Autre Image.

Bâtiment phare du sud parisien, l’immeuble Eos Generali est conçu suivant la démarche HQE bâtiment tertiaire. Des plafonds rayonnants assurent la température de l’air et la filtration est prise en charge par des centrales de traitement d’air.

À Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), Generali Immobilier a lancé une opération immobilière d’envergure, avec l’un des premiers bâtiments tertiaires HQE Exploitation. Generali Immobilier participe actuellement à la définition d’un label HQE Exploitation avec Certivéa, filiale du Cstb, pour répondre à une lacune de la réglementation en matière d’immobilier durable. L’entreprise anticipe sur la réglementation, en suivant une démarche HQE bâtiments tertiaires dans ses différents projets. C’est le cas de l’ouvrage d’Issy-les-Moulineaux, dont la conception a démarré en juin 2006. L’objectif est d’intégrer le bâtiment à son environnement, de disposer d’une gestion performante de l’énergie et d’optimiser la maintenance. Futur siège social de ­Microsoft, l’immeuble prévoit d’ouvrir ses portes en mars 2009. Le géant informatique s’est réservé 34 500 m2 sur les 43 000 m2 que comptent les trois corps de bâtiment.

La forme en E de l’immeuble a été affinée côté périphérique par une scission en trois bâtiments en forme de coques de bateaux, reliés sur l’arrière par un prisme de sept étages. La hauteur du bâtiment ne devait pas dépasser les 28 m réglementaires, au-delà duquel il aurait été classé IGH. L’astuce a consisté à construire une rampe de pompier au-dessus du hall d’entrée, afin d’élever le niveau du sol de référence de 7 m, soit deux étages. Ainsi le bâtiment central compte huit étages et culmine à 43 m en haut de l’acrotère. L’ensemble est mis en valeur par une ceinture végétale ondulante autour des bâtiments. La toiture du prisme est elle-même végétalisée en sedum, de couleur rouille, vert, jaune, variant suivant les saisons. Les efforts ont aussi porté sur le confort intérieur, l’efficacité thermique et la maintenance. La lumière naturelle entre à flots, grâce à des façades en verre rideau, à l’exception de la façade arrière du prisme en inox. Eos Generali sera sans doute l’un des derniers bâtiments à se permettre une façade en verre sans brise-soleil. De même, la contrainte thermique était seulement d’être conforme à la RT 2000 mais dans les faits le bilan énergétique espéré serait proche de la RT 2005. Les vitrages ont été choisis pour leurs propriétés esthétiques, mais aussi pour leurs bonnes qualités d’isolation phonique et thermique.

Plafond rayonnant réversible

Une spécificité importante de l’ouvrage réside dans le principe du plafond rayonnant réversible pour le chauffage et le rafraîchissement. La production d’eau glacée est assurée par deux groupes frigorifiques à condensation par eau, associés à des aéroréfrigérants en toiture pour l’évacuation des calories. Le chauffage provient du raccordement au réseau urbain. Outre une consommation d’énergie réduite, le plafond rayonnant ne génère pas de courant d’air.

La ventilation est assurée par une VMC double-flux avec des échangeurs rotatifs sur l’air extrait (de type Module de régulation motorisé d’Aldès) affichant une efficacité supérieure à 70 %. Des variateurs de vitesse sont placés sur les ventilateurs et les réseaux aérauliques ont été équipés de deux étages de filtres F5 et F7 à haute performance, dont l’un est muni d’une filtration à charbon actif.

Les réseaux sont par ailleurs séparés suivant les usages (bureaux, restaurant, auditorium) et sont aussi sectorisés en terme de température et de qualité d’air. Le confort hygrothermique est amélioré grâce au plafond rayonnant. Enfin, dans les locaux techniques, centralisés au cœur de l’immeuble, la GTC Johnson Controls France de type LON vient piloter et optimiser l’ensemble, chauffage, climatisation, ventilation et consommations électriques.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°283

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Des programmes d'envergure apportent un nouveau souffle à des IGH vieillissants tout en les adaptant à l'évolution des exigences et des usages. Façades mal isolées, parfois en simple vitrage,[…]

14/03/2019 | Chantier
IGH (3/6) - Des consommations optimisées

Dossier

IGH (3/6) - Des consommations optimisées

IGH (4/6) - Mieux protéger du feu en résidentiel

Dossier

IGH (4/6) - Mieux protéger du feu en résidentiel

IGH (6/6) - Du vert en hauteur

Dossier

IGH (6/6) - Du vert en hauteur

Plus d'articles