Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

5. Lots techniques - Penser à l'avenir et au défi énergétique

François Ploye

Sujets relatifs :

, ,
5. Lots techniques - Penser à l'avenir et au défi énergétique

La résidence André-Dunoyer-de-Ségonzac, à Guyancourt (78) dispose d'un système actif ERS ( energ y recover y system ) de Biofluides couplé à une cuve de 32 kW qui récupère les calories des eaux usées pour préchauffer l'ECS et d'une Pac de 42 kW, qui fait l'appoint de température.

© Pascal Gontier

Avec des bâtiments compacts à l'enveloppe très isolée, la production d'eau chaude sanitaire (ECS) est devenue un enjeu parfois plus important à traiter que le chauffage.

Les résidences étudiantes partagent avec d'autres établissements tels que les casernes, les foyers de travailleurs ou les résidences seniors, une grande répétabilité des espaces et une importante densité d'habitants. Le recours à des solutions préfabriquées, voire modulaires, est fréquent pour les façades, les salles de bains ainsi que pour les distributions électriques et hydrauliques. Différents fabricants proposent des kits préfabriqués de pieuvres hydrauliques ou électriques et même des modules sur mesure prêts à l'emploi, intégrant la production d'ECS. Fin août 2016, l'agence LCR Architectes et Bouygues Bâtiment Nord-Est ont livré pour le Crous de Reims (51) une résidence de 100 chambres modulaires à ossature bois préfabriquées par Ossabois. Les nappes de chauffage en faux-plafond du RDC ont été préfabriquées ainsi que les gaines techniques verticales. Cette approche a été reproduite par Bouygues Construction plusieurs fois pour des résidences étudiantes ou des casernes modulaires, sans être pour l'instant généralisée.

La résidence André-Dunoyer-de-Ségonzac, à Guyancourt (78) dispose d'un système actif ERS ( energ y recover y system ) de Biofluides couplé à une cuve de 32 kW qui récupère les calories des eaux usées pour préchauffer l'ECS et d'une Pac de 42 kW, qui fait l'appoint de température.

Le chauffage électrique fait de la résistance

Avec la RT202, le chauffage électrique semblait être réduit à un rôle de figurant, en appoint de modes de chauffage plus efficaces et plus verts. Il résiste cependant dans les nouvelles résidences étudiantes, où les besoins en chauffage sont extrêmement réduits du fait de la performance des enveloppes. En premier lieu dans les régions où le climat n'est pas trop rude. Ainsi à La Rochelle (17), la résidence Aziyadé, qui compte 92 studios étudiants, a été préfabriquée en béton. Après seulement sept mois de chantier, elle a été livrée à la rentrée 2016 par l'agence bordelaise Hobo Architecture. Grâce à la forte inertie des murs composés d'un mur porteur intérieur de 18 cm d'épaisseur, d'un isolant en laine de verre de 16 cm et d'un parement en béton de 8 cm, les besoins en chauffage l'hiver sont réduits et peuvent être couverts par de petits radiateurs électriques.

À Angers (49), la résidence étudiante Kley de 353 chambres a été livrée à la rentrée 2017 au promoteur Bouygues Immobilier par l'Atelier Rol-land. « Sur le plan de la performance thermique, l' idée était de répondre à la RT2012 tout en simplifiant la maintenance et l'exploitation des équipements », explique Jérôme Diot, directeur Développement durable et Énergie chez Egis à Tours. Là aussi, le chauffage électrique s'est avéré adapté à des besoins en chauffage réduits du fait de la performance de l'enveloppe composée d'un béton isolant de type Thermédia avec une ITE. Les panneaux rayonnants verticaux installés (de marque Atlantic Tatou Digital) sont faciles à poser et à maintenir. Ils intègrent toute l'intelligence (programmation, détection de présence et d'ouverture de fenêtres… ) servant à optimiser la consommation électrique.

Les cuves de stockage (à dr. ) de l'eau chaude de la Maison de l'Île-de-France (Paris) fournies par Lacaze Energies ont un piquage à deux niveaux, en haut pour l'ECS à 75 °C et en bas pour le chauffage à 45 °C.

L'innovation pour la production d'ECS

En revanche, la consommation d'eau chaude sanitaire (ECS) demeure à des volumes importants une grande partie de l'année, avec du puisage concentré quelques heures par jour. Il est donc nécessaire de trouver des solutions adéquates faisant appel à des énergies renouvelables pour la production associée à du stockage. Trois opérations récentes en font la démonstration. Pour la résidence Kley d'Angers (49), « nous avons privilégié pour la production d'ECS un système collectif Heliopac sous Titre V constitué de six PacZ Solerpac SE 134a-12 raccordées à 300 m² de capteurs solaires souples, précise Jérôme Diot (Egis). L 'association d 'un système de chauffage individualisé avec une production d 'ECS collective est un peu l' inverse de ce qui se fait couramment ». Grâce à une température de stagnation très basse, le système HelioPac évite la surchauffe estivale et permet de dimensionner une plus grande surface de captation. Les 10 500 litres de stockage en ballons bénéficient d'une isolation poussée avec 10 cm de laine de verre. Leur volume a été dimensionné de manière à obtenir une journée d'autonomie même avec un climat peu favorable. Le Cep calculé est de 75,27 kWhep/(m2 .an) pour un Cepmax de 79,50.

À Guyancourt (78) la résidence André-Dunoyer-de-Ségonzac, conçue en Bepos Effinergie 2013 par l'architecte Pascal Gontier pour le bailleur Valophis Sarepa, compte 147 logements qui ont été livrés à la rentrée 2017. Sa structure est en poteaux dalles avec des façades en ossature bois, préfabriquées en usine et revêtues d'un bardage bois. « Le bâtiment est très bien isolé, presque passif, avec un chauffage au gaz et une production solaire PV qui compense les principaux usages. L'ECS est produite par le système actif centralisé de Biofluides de récupération des calories des eaux usées », commente l'architecte. Enfin, dans la maison de l'Île-de-France de la Cité e ), conçue en Bepos par l'agence Nicolas Michelin (ANMA) et livrée début 2017, environ 80 % des besoins thermiques en chauffage et ECS des 142 chambres disponibles sont couverts par la production de calories des 250 m 2 de panneaux solaire à tubes sous vide en façade sud. Cette centrale solaire joue en outre le rôle d'écran acoustique vis-à-vis du boulevard périphérique. La spécificité est le stockage inter-saisonnier des 3 qui font la hauteur du bâtiment, très bien isolées par 10 cm de laine de roche et 30 cm de polyuréthane.

Local technique contenant les Heliopac et les ballons de la Résidence Kley, à Angers (49).

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°369

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Nexity et le Plan Bâtiment Durable s'engagent dans un «green deal»

Nexity et le Plan Bâtiment Durable s'engagent dans un «green deal»

Nexity s'engage d’ici à 2020 à procéder à la rénovation énergétique de 30 copropriétés. Un « Green Deal » vient d’être signé par Philipe[…]

Grhyd, le premier démonstrateur français d’injection d’hydrogène

Grhyd, le premier démonstrateur français d’injection d’hydrogène

La journée BtoBIM 2018 est lancée

La journée BtoBIM 2018 est lancée

Le projet Mermoz.net rend le béton souple

Le projet Mermoz.net rend le béton souple

Plus d'articles
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX