Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

5 CENTRES HOSPITALIERS Sécuriser les espaces et améliorer le confort des usagers

Sujets relatifs :

5 CENTRES HOSPITALIERS Sécuriser les espaces et améliorer le confort des usagers

Au Bailleul (72) grâce aux murs-rideaux des façades, laissant pénétrer la lumière naturelle, la couleur se projette à l'intérieur.

Traiter l'éclairage des espaces hospitaliers nécessite une étude pointue, conditionnée aux exigences d'un programme, d'un site et de besoins spécifiques. La démarche est doublée d'une recherche drastique d'économies de fonctionnement et d'énergie.

Chaque projet de conception d'un hôpital nécessite une étude spécifique d'éclairage, pour traiter notamment les espaces d'accueil, d'attente, d'hébergement et de circulation. Le double objectif visé est d'améliorer le confort des usagers et des malades, tout en leur offrant des espaces sécurisés et plus agréables à vivre. Chaque espace est alors l'objet d'une approche particulière. D'une manière générale, toute étude d'éclairage est conditionnée à un programme contraint, où le rendement du flux lumineux imposé est de 4 W/m2.

Qualité environnementale oblige, la puissance moyenne exigée, sur l'ensemble d'un bâtiment hospitalier, s'élève à 50 kW/m2/an. Ce qui implique une réelle recherche d'économies de fonctionnement sous-tendue par une baisse notoire des consommations électriques. Le choix de l'appareillage électrique doit être le mieux adapté aux besoins des usagers et des patients, en termes d'usage et d'esthétique. Ainsi, pour les chambres, l'éclairage spécifique se limite, le plus souvent, à la pose sur le mur de gaines en tête de lits médicalisées. Ce type d'applique, homologué et proposé par divers fabricants, a l'avantage de réunir plusieurs fonctions mises à disposition, à proximité des patients. Horizontale ou verticale, cette poutre technique est composée d'un profilé métallique modulaire et insère, à la demande et suivant les besoins, des équipements électriques et d'éclairage ainsi que les fluides médicaux. Cette gaine peut comporter un tube fluorescent à éclairage direct ou indirect et diverses prises (électrique, informatique, téléphonique, appel malade, gaz, etc.). Et par mesure d'hygiène, la gaine fixée au mur facilite l'entretien de la chambre, puisque le lit et la table de chevet sont mobiles.

À chaque espace, un éclairage approprié

Le pôle Santé Sarthe-et-Loir (Le Bailleul), réalisé par Jean-Philippe Pargade, met en œuvre ces gaines de tête de lit en aluminium thermolaqué blanc de marque Biolume, placées à 1,60 m de hauteur. Cet équipement performant offre quatre modes d'éclairage différents : ambiant ou indirect, lecture ou direct, soins (direct et indirect) ou bien veille, avec commande ou télécommande intégrées au bandeau. En variante, ce même fabricant propose un ensemble coordonné constitué d'un bandeau en aluminium extrudé fixé au-dessus du lit (arrivée électrique et fluides) et d'un luminaire posé en applique, muni de tubes fluorescents et ballast électronique. Pour le Groupe-6, les chambres sont également équipées de ce type de poutre technique de marque TLV. Sachant que le personnel soignant préfère la gaine horizontale, par rapport à la verticale, étant accessible de chaque côté du lit ou des deux lits. Cette équipe d'architectes a d'ailleurs conçu la gamme Médi 6 pour TLV, un tableau plus esthétique et ergonomique. Formé de panneaux de particules, cet élément offre plusieurs revêtements de finition, comme de la peinture, la polychromie apportant un élément décoratif appréciable. Par ailleurs, pour l'éclairage des couloirs, l'ambiance lumineuse créée est fondamentale, car les malades couchés véhiculés ne doivent jamais être éblouis. Dans le couloir, où beaucoup de réseaux sont insérés en plafond, l'éclairage indirect est privilégié. Au CH du Bailleul, les faux plafonds en métal des circulations sont équipés d'une succession de spots encastrés (18 W) pourvus de caches opales, placés sur les bords et non en partie centrale, selon une trame irrégulière. Pour le Groupe 6, l'appareillage fonctionnel est fixé en applique sur les murs ou bien encastré en plafond, pour les couloirs de 1,90 m à 2,40 m de largeur. « Le travail sur la lumière est essentiel dans ce type d'espace étroit, où la lumière du jour ne pénètre pas. L'éclairage non éblouissant au rendu doux est privilégié, avec une émission indirecte où la lumière se réfléchit sur les surfaces des murs et des sols », explique Rosanna Damiani, chargée de l'éclairage chez Groupe-6.

Aussi, dans l'hôpital intercommunal de Vesoul (Haute-Saône), bâti en 2009 par le Groupe-6, les circulations de 2,40 m de largeur sont éclairées indirectement par des appliques murales à tubes fluorescents T5 de 1,20 m de longueur, disposées tous les 2,40 m.

Hall souvent conçu sur deux niveaux

Pour les zones plus stratégiques, comme les changements d'axes de circulation, ou bien les postes d'accueil ou de soins, l'espace valorisé, servant de points de repère, fait l'objet d'un traitement spécial. Il est mis en scène, par la pose de lampes downlight ou de tubes fluorescents. Quant au hall d'accueil, qui s'élève sur un ou deux niveaux suivant les cas, il est plutôt théâtralisé. Au Bailleul, cet espace à simple hauteur est éclairé par des spots fluo­compacts intégrés au plafond et répartis selon une trame régulière de 1,80 m. Au-dessus des banques d'accueil, sont installés des luminaires en formes de gouttes d'eau de modèle Castore (Artémide). Suspendues à différentes hauteurs, de façon aléatoire, ces lampes rendent l'espace plus intime et chaleureux. Pour le Groupe 6, le hall est presque toujours conçu sur deux niveaux (7 à 8 m de hauteur), voire sur trois. L'éclairage naturel y est favorisé et l'exposition ouest plein soleil, proscrite. L'éclairage artificiel complémentaire est à la fois fonctionnel et scénique, l'accent étant mis sur les fonctions s'y rattachant, comme la banque d'accueil et le bureau des admissions. Le traitement plus libre de cet espace varie suivant le lieu et le programme. Pour l'hôpital de Vesoul, le hall bénéficie de lumière du jour et d'un éclairage artificiel garanti par des projecteurs à filtres anti-éblouissement intégrés en plafond. Le rendu de lumière met en valeur la couleur vert pomme de l'escalier et assure le niveau d'éclairement requis.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°297

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

La renaissance du 52 Champs-Élysées

Dossier

La renaissance du 52 Champs-Élysées

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Plus d'articles