Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

2 Éclairage Répondre aux différentes activités et penser entretien

Sujets relatifs :

2 Éclairage Répondre aux différentes activités et penser entretien

L’éclairage subaquatique peut être l’occasion de créer des effets lumineux ludiques avec variation de couleurs. (Centre aquatique et patinoire L’Odyssée à Chartres (28)/ARCOS Architecture/Arnaud Lombard.)

Dans les piscines couvertes, la perception visuelle dépend des éclairements, eux-mêmes fonction des niveaux de pratique de l’établissement. Mais au-delà des exigences de la norme NF EN 12193, le confort visuel sera optimisé grâce à une implantation judicieuse des luminaires.

Le nombre de bassins, la dimension de ces derniers, l’architecture du bâtiment, la présence ou non de lumière naturelle sont autant de facteurs à prendre en compte, afin de fournir un bon niveau d’éclairage dans une piscine. Dans les piscines couvertes, la surface occupée par les plages est sensiblement égale à la surface du plan d’eau ; la hauteur minimale sous plafond dans le hall est de 3 m et va bien souvent au-delà, compte tenu de la présence des plongeoirs. En effet, elle varie selon le type de bassin : hauteur plus basse au-dessus des bassins d’apprentissage et très haute au-dessus des plongeoirs.

La plupart des installations neuves comportent aujourd’hui de larges baies vitrées qui permettent l’été d’ouvrir la piscine sur l’extérieur. Cette architecture a une double incidence sur l’éclairage : elle laisse largement passer la lumière naturelle qui, d’une part, risque de générer des reflets à la surface de l’eau et d’autre part, constitue une contrainte supplémentaire pour l’installation des luminaires.

La présence de la lumière naturelle est à double tranchant : elle peut constituer un inconvénient pour le bon confort visuel des occupants, mais bien maîtrisée se révèle un atout dans le projet d’éclairage, à condition d’être prise en compte dès la conception de l’éclairage électrique.

Contrôle des apports de lumière naturelle

Le Facteur de lumière jour (FJ) représente la grandeur spécifique de la lumière naturelle : il s’agit du rapport de l’éclairement en un point donné reçu directement du ciel, à l’éclairement sur un plan horizontal provenant sans obstruction d’un hémisphère de ce ciel. La lumière naturelle d’une piscine couverte est suffisante, si la valeur minimale du facteur de lumière du jour sur les bassins est égale à 2.

Les niveaux d’éclairage naturel varient sans cesse au cours de la journée. Et,s’ils contribuent largement à créer une ambiance agréable pour les occupants,il n’en est pas moins nécessaire d’assurer une protection contre l’éblouissement, à l’aide notamment de pare-soleil et de vitrages filtrants, qui limitent la vision directe du soleil et les contrastes de luminance.

Les reflets à la surface de l’eau peuvent être réduits grâce à l’installation d’un éclairage subaquatique. En éclairage électrique, c’est l’implantation des luminaires qui permettra d’éliminer les reflets à la surface de l’eau.

Disposition des luminaires : la clé du confort visuel

De nombreux types de luminaires peuvent être installés dans une piscine, mais dans tous les cas ils doivent être conformes à la norme NF EN 60598-2-18. En ce qui concerne leur protection contre les chocs électriques, ils doivent être de classe III. S’agissant de leur résistance aux poussières et à l’humidité, les luminaires (sans contact avec l’eau des bassins) doiventêtre IP54 et pour les luminaires dont les parties sont en contact avec l’eau desbassins IPX8, c’est-à-dire étanchesà l’immersion sous pression(éclairage subaquatique).

Afin que la lumière pénètre bien dans la masse d’eau, tant pour les nageurs que pour les surveillants situés sur les plages, l’idéal est d’implanter les projecteurs, dotés d’une distribution lumineuse intensive, directement au-dessus des bassins, avec une direction du flux lumineux qui se rapproche de la verticale, afin d’assurer une meilleure pénétration des rayons dans l’eau. Mais cette installation nécessite de disposer d’un moyen d’accès pour l’entretien du matériel prévu dès le projet.

Autre solution : installer les luminaires à la limite plage-bassin à condition que la hauteur de fixation soit d’au moins 7 m ou supérieure à la moitié de la largeur du bassin, que les projecteurs soient peu inclinés (asymétriques) et que leur répartition lumineuse soit intensive. Dans le cas de petites piscines (faible hauteur), une disposition bilatérale est possible en limite de plage ou au-dessus du bassin.

Pour le tout nouveau centre aquatique de Blois (architecte Jacques Rougerie), la solution proposée par Ludovic Labidurie (pdg Neolux) a consisté à développer des appareils d’éclairage 270 W en aluminium IP67 à led, installés à 8 m de hauteur. La durée de vie des led est telle que les opérations de relamping ne sont plus nécessaires, ce qui a permis de résoudre les difficultés d’accès liées à la maintenance.

Utilisation de la lumière pour différencier les zones

La norme n’exige pas d’éclairage spécifique des espaces gradins et plages. Cependant, il est recommandé de créer des ambiances lumineuses différentes avec un niveau d’éclairement minimal de 100 lux.

La plupart des piscines ne comportent des gradins que d’un seul côté. Il est donc facile, en implantant les luminaires côté gradins et en les orientant vers le bassin, d’éviter les risques d’éblouissement des spectateurs. Ces tribunes peuvent bénéficier d’un éclairage plus ludique, par exemple avec variation de puissances et de couleurs (cf. encadré), qui permet de créer des effets lumineux différents en fonction du type d’activité : loisirs, entraînement, ou compétitions.

Comme pour tout type de local, il est intéressant de prévoir un système de gestion qui met en œuvre des dispositifs de détection de lumière du jour (en particulier en cas de larges parois vitrées) permettant de passer progressivement à l’éclairage électrique sans gêner les usagers.

Pour les plages, si l’architecture du bâtiment le permet, des luminaires installés au plafond directement au-dessus des circulations ou en appliques sur les parois, sont suffisants pour procurer un confort visuel à la fois aux surveillants et au public.

Subaquatique : un éclairage non-obligatoire, mais nécessaire

Si l’éclairage général est suffisant et offre les niveaux d’éclairement requis (cf. encadré), il n’existe aucune obligation à mettre en œuvre un éclairage subaquatique. Cependant, comme il l’a été mentionné, il permet de réduire les reflets à la surface de l’eau et apporte un confort visuel supplémentaire aux nageurs, en particulier pour les compétitions.

L’éclairage subaquatique est réalisé à l’aide de projecteurs encastrés dans les parois longitudinales du bassin et équipés de hublots. Ils doivent offrir une répartition lumineuse aussi large que possible, dans le plan horizontal et comprise entre 5 et 20°, dans le plan vertical. Le faisceau est d’autant plus étroit que le bassin est plus large.

Les projecteurs sont disposés horizontalement, l’axe du faisceau incliné vers le fond du bassin : l’inclinaison est d’environ 5° au-dessous de l’horizontale, ou plus, si les projecteurs sont installés à plus de 0,80 m du fond du bassin.

Les hublots peuvent être implantés en unilatéral (jusqu’à 12,50 m de largeur de bassin) ou en bilatéral (à partir de 15 m) et à 0,80 m du fond (axe du hublot-fond du bassin) sur la longueur du bassin. L’espacement préconisé entre les appareils est de 5 m, le premier et le dernier hublot sont alors distants de 2,50 m des extrémités.

Une galerie technique doit alors être aménagée pour avoir accès à la partie arrière des luminaires, afin de procéder aux opérations d’entretien nécessaires.

N°306

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°306

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles