Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

1b Éclairage Quand l’automatisme adapte la lumière aux besoins

Sujets relatifs :

1b Éclairage Quand l’automatisme adapte la lumière aux besoins

Le système Geppadi, actuellement en test dans la zone d’activités économiques de Grâce-Hollogne en Wallonie, s’adapte au trafic. Chaque luminaire est équipé de capteurs de mouvement et de présence qui reconnaît le type d’utilisateur (véhicule motorisé, cycliste, jogger, piéton) et anticipe ses besoins. (Doc. Geppadi. )

La variation de l’intensité de l’éclairage public peut être contrôlée en fonction de la luminosité ambiante ou du trafic, entraînant de substantielles économies d’énergie.

L’éclairage public traditionnel, représente environ 40 % de la facture d’électricité des municipalités. Certaines communes ont pris la décision brutale de couper l’éclairage, par exemple sur la tranche horaire de minuit à 5h00 du matin.

Plus malin, au lieu de programmer une année à l’avance l’allumage des lampadaires publics, il est possible de faire varier leur intensité en fonction de l’horaire, mais aussi en fonction de certaines situations, telles que le climat qui influe sur la luminosité ambiante, ou le trafic. « À notre niveau, confie Serge Villa, ingénieur technico-commercial chez Augier, l’éclairage intelligent signifie, par exemple, la diminution des flux lumineux à certaines périodes de la nuit ou de l’année, de manière automatique ou sur demande du réseau, ou par exemple pour répondre à une alerte EcoWatt (demande de délestage) en cours ou dans le cadre du Plan climat-énergie. »

Une offre qui s'industrialise

Oslo a été pionnière en Europe, en remplaçant les lampes de 55 000 lampadaires par des lampes sodium à haute performance, et les ballasts magnétiques par des ballasts électroniques. La communication avec le serveur central se fait via l’alimentation électrique existante. Deux grands principes ont été appliqués : une diminution progressive de l’intensité au milieu de la nuit avec une remontée le matin, et une amélioration de l’éclairage dans les périodes de pointe de trafic. L’économie constatée est supérieure à 60 %. « Il est possible de réaliser jusqu’à 70 % d’économie, en combinant la modulation avec les Led, assure François Séguineau, vice-président Europe de Toshiba. Le " smart lighting " permet d’intervenir pendant les pics de consommation, en baissant un peu l’intensité. C’est aussi une meilleure réactivité face à un dysfonctionnement. » La mutation vers de nouveaux modes d’éclairage est encouragée par la circulaire européenne 2005-32-EC qui demande en France le remplacement d’ici à 2015 des trois millions de lampadaires à vapeur de mercure.

Les initiatives se multiplient, de toutes tailles. Le plus grand projet est à Clermont-Ferrand (63). Le remplacement des 16 000 points lumineux par des lampadaires économiques a été confié au tandem Cégélec – Spie, un déploiement qui s’est effectué sur dix-huit mois. L’intelligence du système vient du logiciel de télégestion Tegis fourni par Sogexi. L’intensité lumineuse est ajustée en finesse en fonction du trafic ou du confort des riverains, ce qui a permis d’économiser près de 40 % de l’électricité. Le mouvement va s’accélérer. Philips et le spécialiste des réseaux Cisco ont annoncé qu’ils travaillaient de concert pour proposer une offre d’éclairage urbain intelligent aux collectivités locales. Toshiba s’est associé avec le suisse Landis Gyr (qui fabrique le relais implanté dans le lampadaire), pour proposer avant fin 2013, une solution d’éclairage intelligent pour les collectivités. « La communication du lampadaire avec l’ordinateur central passe actuellement par le réseau électrique. À terme, elle se fera sans fil, avec le protocole Dali et sera bidirectionnelle », précise Marc Chebbo, responsable développement, Landis Gyr.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°325

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Œuvres d'art monumentales, camouflage ou protection solaire high-tech, les façades s'enjolivent, jouent avec la lumière et, parfois même, s'animent en fonction du vent ou de l'orientation… Les[…]

11/04/2019 | Technipédia
Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Une vitrine du bâtiment intelligent

Une vitrine du bâtiment intelligent

Bibliothèques BIM, les objets virtuels en rayons

Bibliothèques BIM, les objets virtuels en rayons

Plus d'articles