Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

« Pilotage et maintenance, pour améliorer la performance énergétique à moindre coût »

Sujets relatifs :

« Pilotage et maintenance, pour améliorer la performance énergétique à moindre coût »

Chauffage et eau chaude sanitaire représentent 78 % de l’énergie finale consommée dans l’habitat. Aussi, la rénovation thermique des logements s’impose. J’ai donc écrit le 4 avril dernier à Madame Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, afin de lui proposer des feuilles de route pragmatiques pour la rénovation énergétique des 5 millions de logements français équipés de chauffage collectif. L’impact final de nos propositions serait ainsi d’économiser 65 millions de MWh/an, de réduire de 15 millions de tonnes/an les émissions de CO2, d’économiser 3,4 milliards d’euros/an et de développer des emplois non délocalisables.
Pour la Fedene 1 , une rénovation énergétique des bâtiments réussie passe par la combinaison de trois approches. L’investissement, dont l’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique, est le premier réflexe des décideurs ; il dépend toutefois des contraintes financières. Le recours aux services de pilotage et de maintenance assure une utilisation performante des installations rénovées ou existantes dans la durée. Ces services contribuent ainsi à l’efficience énergétique et à la pérennité des équipements. La présence sur le terrain de nos entreprises s’avère essentielle. Elle favorise la prescription de changement d’équipements et la sensibilisation des utilisateurs et décideurs. L’évolution du comportement des consommateurs joue en effet également un rôle majeur. Il est indispensable d’informer ces publics, de les conseiller et les accompagner.
Hasard du calendrier, le jour même de la nomination des nouvelles ministres de l’Écologie et du Logement, nous présentions les résultats de l’étude Fedene sur la rénovation énergétique. Celle-ci démontre que des actions peuvent être engagées immédiatement en s’inscrivant dans une démarche progressive et ciblée, selon les typologies des bâtiments résidentiels collectifs et les zones géographiques. À titre d’exemple, pour un bâtiment des années soixante, à Nancy, un investissement de 3 000 € par logement dans une combinaison d’actions sur les équipements thermiques permet de réaliser 40 % d’économies d’énergie avec un temps retour brut de 5 ans.
Dans le prolongement de cette étude, pour faciliter et déclencher rapidement la rénovation énergétique des logements en immeubles avec chauffage collectif (logement social et copropriété), nous proposons d’inscrire dans le projet de loi « Transition énergétique » :
• l’établissement de « feuilles de route » pragmatiques, au travers d’une démarche progressive jusqu’en 2050, avec un objectif intermédiaire à 2025, comprenant des actions sur le bâti et les équipements ainsi que des actions de pilotage et maintenance performants des installations, le tout en fonction de la situation socio-économique et de l’état initial du bâtiment (avec des actions immédiates pouvant générer 20 % d’économies, sans investissement considérable) ;
• la « garantie de performance réelle dans la durée », pour que les décideurs soient pleinement rassurés sur les effets des actions qu’ils engagent : réduction des consommations d’énergie et des charges de chauffage.Au travers de ces propositions, notre priorité est de contribuer avec efficacité à la rénovation énergétique des bâtiments. C’est un enjeu environnemental, économique et social majeur.

N°333

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°333

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles