« Non, l’engouement pour le bois n’est pas un effet de mode »

Sujets relatifs :

PHOTO - 848092.BR.jpg

L’engouement pour le bois dans la construction serait-il un effet de mode ? Il est vrai que le matériau connaît un succès grandissant. Les 16 et 17 avril, le forum international bois-construction réunissait ainsi 1 090 participants, à Nancy. Et le colloque national "Logement social et construction bois", organisé par l’institut technologique FCBA et l’Union sociale pour l’habitat, rassemblait quelque 250 personnes à Bordeaux le 31 mars.
Parallèlement, la maison à ossature bois représente plus de 10 % de parts de marché. Et entreprises et concepteurs de la filière réalisent de plus en plus d’ouvrages remarquables. À l’instar du stade Arena-Allianz de Nice ; ou de la future Cité de la civilisation du vin à Bordeaux. Le bois prend également de la hauteur, comme l’illustre un bâtiment de logements collectifs de sept niveaux réalisé à Saint-Dié-des-Vosges.
Plusieurs faits doivent cependant être rappelés. Tout d’abord, la formation initiale se traduit par la présence d’un nombre de techniciens et d’ingénieurs spécialisés en bois-construction nettement plus important qu’il y a une trentaine d’années.
Ensuite, toute la chaîne d’acteurs se mobilise. Après un travail de fond en matière de prescription par le Centre national pour le développement du bois [CNDB], France Bois région se structure pour prendre le relais. La Fédération de l’industrie bois-construction, elle, a été créée en 2000. Quant aux industriels et entreprises - par le biais des organisations professionnelles UIB, UFME, FFB, Capeb… - ils ont su fédérer leurs actions, en mettant en place une taxe affectée. Celle-ci, gérée par le Codifab, est indispensable pour mener à bien de grandes études et recherches structurantes dans les domaines de la menuiserie, des panneaux, de la structure, de l’ossature bois… L’amont de la filière s’est inscrit dans la même logique, avec une contribution volontaire obligatoire [CVO] gérée par France Bois Forêt.
Toujours du côté des industriels et entreprises, plus de 250 bancs de tailles automatiques de charpente ont été implantés en vingt ans et six fabricants français démarrent une activité de production de CLT [cross laminated timber ou lamellé-croisé].
L’étude Acoubois menée pendant quatre ans a donné naissance à un module bois dans le référentiel Qualitel ; lequel fiabilise les choix techniques dès le stade de la conception. Et tandis qu’un catalogue construction bois est accessible gratuitement sur internet [*], plusieurs ajouts sont déjà programmés.
Enfin, la filière - identifiée comme l’une des filières d’avenir du Plan nouvelle France industrielle [PNFI] - travaille notamment sur une offre technique pour réaliser des bâtiments en élévation.
Concernant les produits non traditionnels, l’Institut technologique FCBA a développé une entité avec le Centre scientifique et technique du bâtiment, Synerbois, afin d’améliorer l’accompagnement à l’évaluation. Chaque année, il travaille sur plus d’une vingtaine de dossiers.
Une table sismique a été dimensionnée et optimisée pour les solutions constructives en bois, un outil d’essai unique en France. De même, une dizaine d’essais Lepire auront été réalisés sur trois ans pour fiabiliser les solutions constructives de façade en structure bois ; et plus d’une vingtaine d’essais de résistance au feu ont été effectués avec, à la clé, un outil normalisé de justifications de parois écran à base de bois sous forme de solutions génériques.
L’institut technologique FCBA gère plus d’une vingtaine de marques de certification et constitue l’un des trois plus importants organismes de certification de produits en France. Son offre en matière d’essais est l’une des plus complètes en Europe, puisqu’elle rassemble sur un site de production à Bordeaux la quasi-totalité des besoins bois-construction en matière de caractérisation : mécanique, sismique, réaction au feu, acoustique, durabilité, composés organiques volatils et qualité de l’air, étanchéité, stabilité, vieillissement, thermique, perspirance, écotoxicologie, etc.
Le DT 31.4 sur les façades à ossature bois enrichira prochainement la panoplie des outils normatifs. Quant au programme Rage, il a déjà abouti à la rédaction de huit documents - guides et règles professionnelles - sur la construction bois.
Disposant de logiciels métiers performants de conception et de fabrication assistées par ordinateur [CFAO], la filière bois, au même titre que les autres filières, est très sensibilisée au BIM et à la maquette numérique. Aussi ne manquera-t-elle pas d’apporter sa contribution au Plan de transition numérique dans le bâtiment.
Toutes ces implications collectives et structurantes permettront notamment à la filière de développer de nouveaux marchés. Elles constituent, entre autres, une sorte de plan de transition de la "MOB vers la COB", c’est-à-dire de la maison ossature bois vers la construction ossature bois, en élévation.
Alors, effet de mode ? Non, le fruit d’un travail de construction.(*) www.catalogue-construction-bois.fr

N°342

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°342

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le règlement européen produits de construction (RPC) entre en vigueur er juillet 2017. Pour aider les professionnels, le syndicat des fabricants de câbles Sycabel édite son guide de mise en œuvre. La «[…]

26/06/2017 | SécuritéActualité
NF C 15-100, ce qui change dans l'habitat

Interview

NF C 15-100, ce qui change dans l'habitat

Le guide 2016 de la sécurité incendie dans les parkings

Interview

Le guide 2016 de la sécurité incendie dans les parkings

Droit souple et conception : des conséquences très concrètes

Droit souple et conception : des conséquences très concrètes

Plus d'articles