Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Interview

« Le bien-être des résidents et du personnel constitue la priorité »

Sujets relatifs :

« Le bien-être des résidents et du personnel constitue la priorité »

Élisabeth Gauche Dupacq est architecte associée depuis 2009 au sein de l’atelier Gauche’s Muru installé à Orthez et Bassussary, dans les Pyrénées-Atlantiques. L’agence, qui a réalisé une ,quinzaine d’Ehpad, base son travail sur la concertation avec les résidents et le personnel. Son approche est centrée sur les besoins des usagers et sur la qualité des espaces privatifs.

Définition

Qu’est-ce qu’un Ehpad ?

Un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) est une maison de retraite médicalisée dotée d’équipements adaptés, d’un personnel médical et paramédical et de services comme les soins ou la restauration. Il accueille des plus de 60 ans et peut être public, associatif ou privé. Aujourd’hui, le bien-être des résidents et du personnel constitue la priorité.

Réglementation

À quelle réglementation les Ehpad sont-ils soumis ?

Les Ehpad sont classés « ERP de type J ». Outre l’accessibilité, la sécurité incendie et la restauration, les usages et le personnel d’encadrement doivent être pris en compte. Les Ehpad sont liés par une convention avec l’agence régionale de santé et doivent remplir toutes les conditions d’accueil des personnes âgées. Constat est fait que la réglementation relative à l’accessibilité n’est pas toujours adaptée. Dans les salles de bains par exemple, les personnes âgées doivent généralement être accompagnées d’une ou deux personnes, alors que la norme impose des toilettes très près du mur (35 cm), ce qui pose des problèmes de circulation. Par ailleurs, des règlements sanitaires visent à lutter contre la légionellose.

Conception

Comment un Ehpad se conçoit-il ?

La connaissance des espaces est primordiale. Un Ehpad est composé d’espaces non accessibles aux résidents (20 % de la surface) et accessibles (80 %). Soit environ 38 m² de surface utile par résident, dont 21 m² d’espace privatif conçu comme un petit appartement et 7 m² de circulations. L’orientation du bâtiment joue un rôle important pour le bien-être et chaque chambre devrait avoir une vue sur un jardin ou sur l’horizon. Les unités protégées pour personnes dépendantes (UPPD) requièrent une conception particulière : elles sont généralement plus vastes pour permettre la déambulation et forment un circuit fermé sans cul-de-sac, autour d’un patio par exemple.

Aménagement

Quelles ont été les évolutions notables de l’espace de vie ?

L’aménagement de l’espace privatif en particulier doit favoriser l’autonomie du résident. Traditionnellement, les espaces communs sont placés près des entrées, lieux de passage et d’animation. Les couloirs possèdent désormais des zones de repos et les rez-de-chaussée ressemblent de plus en plus à de petits villages, avec des circulations plus fluides abritant coiffeurs, bibliothèques, etc. Les unités de vie, c’est-à-dire les chambres, remplissent plusieurs missions : dormir, recevoir des soins, accueillir la famille, prendre les repas. Il faut pouvoir les concilier dans une surface de près de 21 m² !

Éclairage

Quel est le rôle de l’éclairage ?

L’éclairage assure plusieurs fonctions : l’éclairement, la sécurité et le repérage. Dans les espaces privés, une veilleuse ou un détecteur de mouvement entre le lit et la salle de bains peut limiter les chutes nocturnes. Dans les couloirs, des luminaires adaptés permettront la déambulation, la nuit. L’éclairement minimal des circulations horizontales doit être de 75 lux, tandis que dans les escaliers, un éclairage permanent d’au moins 150 lux est obligatoire. Les résidents, et notamment les déficients visuels, moteurs et auditifs, doivent pouvoir se repérer facilement. L’apport lumineux de l’extérieur permet un repérage temporel, tant pour les heures de la journée que pour les saisons. La couleur joue un rôle important. En règle générale, une couleur différente est appliquée à chaque niveau, en particulier en sortie de chaque escalier. Les couleurs ne doivent cependant pas être trop criardes, dans les unités destinées aux malades d’Alzheimer notamment. Il faut aussi privilégier les contrastes dans les zones de circulation et adapter la signalétique, placée à hauteur de fauteuil roulant, en gros caractères.

Sécurité

Comment assurer la sécurité ?

Le résident doit être libre de circuler dans l’établissement, en toute sécurité. C’est pourquoi le pôle médical se situe le plus souvent en position centrale, à proximité des circulations verticales. De nombreux détails sont à prendre en compte. Dans les espaces privatifs, la porte de la salle de bains doit s’ouvrir par l’extérieur afin qu’elle puisse être ouverte si le résident fait un malaise. Il en est de même pour la porte d’entrée, qui ne doit pas être collée à la porte de la salle de bains. Les fenêtres font l’objet d’une attention particulière : si la lumière naturelle est privilégiée en installant de larges baies, celles-ci ne peuvent s’ouvrir qu’avec un entrebâillement de 10 cm afin d’éviter toute défenestration. Dans nos réalisations, nous installons un vitrage fixe avec une assise basse pour capter la lumière et un petit ouvrant de 40 cm avec une barre verticale de protection.

Mixité

La mixité générationnelle est-elle une évolution notable ?

Certainement. Il existe de plus en plus d’exemples et la démarche semble fonctionner. Pour la personne âgée, l’Ehpad doit avant tout être un lieu de vie au milieu de la vie. La mixité générationnelle constitue un moyen de rompre l’isolement. La proximité d’une crèche ou d’un jardin amène de la vie, de l’animation et du mouvement. Cette synergie requiert un bon programme d’animation et de gestion, mais au niveau architectural, cela ne génère pas de difficultés particulières.

Avenir

Que sera l’Ehpad de demain ?

Beaucoup reste à faire. Il faudrait augmenter les surfaces des chambres pour que les résidents aient un peu plus d’intimité ; réinventer le lit médicalisé afin qu’il puisse être transformé en canapé confortable pour les familles ou les amis ; construire des salons de réception avec des cuisines « thérapeutiques », etc. Il faudrait également développer les « Papy Lofts », ces appartements individuels à proximité d’Ehpad qui permettent aux personnes âgées de maintenir leur autonomie, tout en bénéficiant des services de l’établissement.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°337

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Entretien avec Karine Miquel, directrice marketing de Qualiconsult, à propos des conséquences réglementaires de la loi Élan sur l'accessibilité et la sécurité incendie. CTB : Quel est[…]

L’acoustique, ou comment « faire résonner ensemble écologie, économie et innovation »

Interview

L’acoustique, ou comment « faire résonner ensemble écologie, économie et innovation »

"Vers une nouvelle façon de construire et de mesurer l’efficacité du bâtiment et du coût global" Pascal Asselin, président de l'Untec

Interview

"Vers une nouvelle façon de construire et de mesurer l’efficacité du bâtiment et du coût global" Pascal Asselin, président de l'Untec

Gratuité de la reprise des déchets : la solution ?

Interview

Gratuité de la reprise des déchets : la solution ?

Plus d'articles